2000 AD

Peter est un homme-enfant de la meilleure espèce : passionné de jeux video et de gadgets électroniques, il dépense la majorité de l’argent qu’il n’a pas pour assouvir sa passion, qu’il partage avec le frère de sa petite amie, accessoirement collègue de travail dans une société indéterminée. Peu importe de toute façon, puisque son grand frère Greg, qui travaille pour le compte d’une grosse société de sécurité informatique aux USA, où il vit avec sa petite amie Salina, le ravitaille régulièrement à coups de chèques salvateurs. C’est lors d’une descente de Greg à Hong Kong que commence un étrange imbroglio : le frangin est supecté d’être un espion impliqué dans une affaire de vol de logiciel classé sécurité défense, et la police vient l’arrêter. Mais la vérité est toute autre : le voleur est en réalité un membre de la CIA, supposé ami de Greg... lui aussi employé par l’ « Agency ». Lequel ami s’arrange pour le faire violemment exécuter, sous les yeux impuissants de son frère et de Ronald Ng des forces de l’ordre locales, histoire qu’il ne puisse poursuivre son enquête sur le vol du logiciel. Peter prend assez mal la chose, et décide de partir lui-même à la poursuite de l’assassin de son frère, flanqué de la trouble Salina...

2000 AD est un sympathique témoignage de l’état du cinéma hongkongais à la fin du siècle dernier ; en plus d’être le dernier véritable film d’action réalisé par Gordon Chan à ce jour. Affichant des véléités de superproduction à l’ambition internationale, et ce jusque dans sa coproduction avec Singapour où se déroule la seconde moitié du film, 2000 AD se veut un « gros » film high-tech, à la pointe des technologies et des menaces contemporaines. C’est d’ailleurs la seule explication que l’on peut trouver à son prégénérique orienté combat aérien, où des F-16 de Singapour font une démonstration de leur supériorité électronique. Le seul intérêt de cette séquence : pouvoir la proclamer dépassée à son issue, en faveur du nouveau terrain de bataille que constitue internet. Et chaque ordinateur portable, sur ce théâtre d’opérations, possède la puissance dévastatrice d’une bombe nucléaire... d’où le vol de logiciel qui sert de sujet au film.

A vouloir se la jouer blockbuster US, 2000 AD tourne ainsi autour du pot pendant de longues minutes, qui désservent l’exposition plus qu’elles ne la rendent captivante. Tout ça paraît fouilli, peu naturel, empli d’éléments narratifs qui n’ont pas leur place... jusqu’à l’exécution de Greg. Symptomatique de l’approche retenue par Gordon Chan sur le film, cette séquence pour le moins brutale est une véritable explosion de violence, visuelle et sonore. Un sniper s’acharne sur une voiture en pleine rue, la réduisant en charpie pour être certain d’atteindre ses occupants... Ca fait mal mais c’est bienvenu, puisque 2000 AD se pare alors de nouveaux atouts : ceux d’une violence apparemment erratique, mais des propres mots du réalisateur, d’utilité narrative.

A partir de cet instant, 2000 AD se défait de ses éléments importés pour se recentrer sur l’action ; un choix qui offre au film ses meilleurs moments, avec l’exécution sus-citée, mais surtout un incroyable gunfight dans un parking. Le personnage de Francis Ng - le bien nommé Ronald Ng - y rencontre un destin imprévu, et clôture ainsi la première partie, proprement barbare, de 2000 AD - offrant à l’acteur deux prix d’interprétation (mérités) au passage. La seconde moitié se déroule à Singapour, les scènes d’action y sont encore nombreuses mais ne possèdent plus la même furie de balles et de tôle outragée. Pour des raisons d’autorisations, Gordon se recentre sur les capacités physiques (remarquables) d’Aaron Kwok, et si l’histoire patine un peu le long de son fil blanc, elle est mise en scène avec suffisament de dynamisme pour qu’on ne la lache plus. D’autant que Peter y démontre un petit côté Beast Cops assez intéressant.

Un témoignage donc ; c’est ce que constitue ce film d’action de Gordon Chan. Une œuvre fascinante par bien des aspects (sa mise en scène incroyable de la violence), décevante par autant d’autres (la volonté de structurer le film à l’américaine ; une propension, inhabituelle chez le réalisateur, à l’esbrouffe au début du film). A l’image des Jackie Chan de cette période et de tant d’autres films visant l’international, 2000 AD tente de se faire passer pour ce qu’il n’est pas, et rate le coche de l’excellente série B, au profit du statut de film agréable traversé de fulgurances. Aaron Kwok y est comme toujours impeccable, Francis Ng grandiose, et l’on y découvre la très belle Phyllis Quek - que l’on aurait aimé retrouver plus souvent par la suite. Gordon Chan quant à lui, aura compris les limites d’une globalisation forcée, et s’en ira par la suite explorer d’autres voix, de la comédie au film concept (son récent A-1). Et le cinéma de Hong Kong, plutôt que de lorgner systématiquement vers le blockbuster ricain, d’y réaffirmer sa personnalité.

Akatomy | 29.04.2005 | Hong Kong

2000 AD sera disponible le 26 mai 2005 en DVD, édité par CTV dans un joli petit digipack - comme The Legend of Speed. La copie bien qu’anamorphique, est tout simplement vilaine, tâchée de partout et sans couleurs. La piste 5.1 en VO est par contre nickelle. En guise de suppléments quelques bandes-annonce, une interview de Gordon Chan qui tourne un peu en rond du fait du naturel peu bavard du bonhomme, et un making-of étonnant - malheureusement doublé en mandarin ! - tout à la gloire d’Aaron Kwok (clip de l’acteur-chanteur, séquences de danse, ode à ses capacités - nombreuses - de pilote, de cascadeur et j’en passe). Cette édition devient donc la façon la plus complète de découvrir ce film cahotant mais attachant. Remerciements à Mathilde Fourest, Vanessa Giorno et Pierre Bouyer.

Hong Kong | 2000 | Un film de Gordon Chan Kar-Seung | Avec Aaron Kwok Fu-Sing, Phyllis Quek, Daniel Wu, James Lye, Gigi Choi Lok-Chi, Francis Ng Chun-Yu, Ray Lui Leung-Wai, Andrew Lin Hoi, Ken Lo Wai-Kwong, Tony Ho Wah-Chiu
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
A Colt Is My Passport
Eko Eko Azarak : B-Page
Chasseurs de Dragons
Web of Deception
Banlieue 13
Kazuhiro Soda : Théâtre 1 / Théâtre 2
La proie
Address Unknown
Tomie : Beginning
Temptress of a Thousand Faces
Olivier Assayas
Godzilla vs. Mechagodzilla
Marî no Emono
Bubba Ho-Tep
The Passenger
Evil Aliens
Suneung
Queen Kelly
Godzilla X Megaguirus
Women from Mars
Nightmare
Lilya 4-ever
Windfighters
Electric Dragon 80 000 V