301-302

Auteur coréen à succès inconnu en France, le réalisateur Park Chul-Soo a déjà réalisé une bonne dizaine de long-métrages et créé en 1994 sa propre société de production. Parmi les rares films coréens distribués aux Etats-Unis ces dernières années, 301-302 au titre énigmatique, dresse un portrait troublant de deux jeunes femmes célibataires et complexées, aux rapports particuliers à la nourriture.

Yun-hee et Song-hee, occupent respectivement l’appartement 301 et 302 se faisant face sur le pallier d’un immeuble moderne de Séoul, à l’enseigne prémonitoire "New Hope Apartement" (l’appartement du nouvel espoir). Song-hee, "bonne vivante" aime par dessus tout préparer des plats copieux et faire l’amour ; Yun-hee, introvertie et anorexique, se réfugie dans ses livres, écrivant des articles sur les régimes. Alors qu’un détective essaye d’élucider la disparition mystérieuse du 302 en enquêtant chez sa voisine de palier, nous entrons progressivement dans l’univers psychologique et l’histoire personnelle des deux femmes au travers d’une narration alternant flash-back et brefs retours à la réalité.

302 est une femme solitaire, dont l’enfance au sein de la boucherie familiale a été marquée notamment par le traumatisme psychique du viol par son beau-père, et provoqué son dégoût de toute nourriture ainsi que le rejet du contact avec l’autre sexe. Elle prend soin d’éviter sa voisine, venant d’emménager, qui ne pense qu’à l’agencement de sa nouvelle cuisine ; et lorsque cette dernière lui offre un plat cuisiné avec passion cela provoque en elle l’envie de vomissements. Dès lors, face à l’incompréhension mutuelle, le refus de manger de 302 qui vexe 301, la relation qui s’installe entre les deux femmes prend un tour conflictuel et violent. 302 va jusqu’à forcer sa voisine à manger ses plats abondants de victuailles. Mais, contre le rejet physique et viscéral de la nourriture préparée par 302, une relation nouvelle faite de confidences mutuelles et d’une certaine perversion mènera à la découverte d’un terrible secret.

L’originalité du film réside dans l’utilisation de la nourriture comme révélateur des phobies et des obsessions de chacune des deux femmes. Véritable personnage secondaire, la nourriture est transfiguration du sexe. Le plaisir de cuisiner se substituant à celui de faire l’amour pour 301, alors que la douleur de manger cristallise l’angoisse du sexe, vécu comme souillure et associé à la mort pour 302. Source de conflit au début, la nourriture permet aux deux femmes de se confesser mutuellement leur passé douloureux, jouant le rôle de révélateur psychique. Le film abonde en gros plans de légumes, poissons et viandes cuisinées ou crues dont les couleurs saturée renforcent la sensation de malaise qu’on éprouve au contact des blessures intérieures des personnages. Le réalisateur, au point de vue féministe, s’attache à montrer les relations existant entre nourriture, sexe, violence et mort. Le caractères pervers aux accents Sadiens de cette relation est renforcé par le jeu de domination/soumission qui s’installe entre les deux femmes. 302, au caractère fort et dominateur se met à cuisiner pour 301, qui se soumet et se force à manger souffrant malgré tout. Leurs différences apparentes cachant une solitude commune qui les rapproche in fine.

Si l’on peut saluer la richesse des thèmes et l’originalité de leur traitement, on reprochera néanmoins une mise en scène par trop convenue, notamment au travers des descriptions de l’enfance de 301 au sein de la boucherie familiale, ainsi qu’une scène d’amour un peu trop explicite. De même la bande-son, parfois écrasante, aux sonorités de synthétiseurs est bien trop grossière pour refléter les troubles psychologiques et la complexité des relations féminines. On regrettera par ailleurs que Park Chul-Soo n’approfondisse pas davantage la relation et l’intimité qui se nouent entre les deux femmes, préférant s’attarder sur les flash-back alternés de l’intimité vécue des deux voisines. Heureusement, une certaine dose d’humour noir mariée à une esthétique réaliste et froide, font de ce drame psychologique féministe sur la solitude, une réflexion moderne non dénuée d’intérêt sur nos rapports à la nourriture et notre place au sein de la société.

301-302 est disponible en DVD coréen chez Planet Entertainment, sous-titré en anglais ; ainsi qu’en VHS NTSC aux USA - elle aussi sous-titrée.

aka 301, 302 - 301/302 | Corée du Sud | 1995 | Un film de Park Cheol-Su (Park Chul-Soo) | Avec Hwang Shin-Hye, Bang Eun-Jin, Kim Chu-Ryeon
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Bungee Jumping of Their Own
Africa addio
Breaking News
The Violent Kind
Doppelgänger
Outlaw
Hard Luck Hero
Shaun of the Dead
Panic in High School
Blood Brothers
The Machine Girl
XXX 2 : The Next Level
X-Cross
Dil Chahta Hai
The Getaway
Ishii & Ishii
With a Girl of Black Soil
The Rapeman
U-Man
Interview
Sous les drapeaux, l’enfer
Onmyouji
Rayya Makarim | Dian Sastrowardoyo
Never to Lose