Afternoon Overheat

Quand on a peu de moyens, une solution pour un réalisateur débutant est de démontrer son talent en réalisant un court ou moyen métrage percutant qui lui servira ensuite de carte de visite. C’est un peu la technique utilisée par Ryuhei Kitamura avec Heat After Dark puis Down To Hell, lui permettant ensuite de réaliser le plus ambitieux Versus. Seijirou Maejima partage ce point commun avec Ryuhei Kitamura d’avoir commencé par un film à très faible budget, au casting réduit, de durée limitée et surtout faisant appel à une dose non négligeable de violence.

Deux braqueurs se retrouvent en pleine campagne avec une voiture en panne et une grosse somme d’argent. Sous l’effet de la drogue, l’un d’eux s’en prend violemment à son partenaire. Jusqu’au moment où un cycliste vient proposer son aide pour réparer la voiture...

Sur une base très simple, propice à la violence et dans un décor campagnard qui permet surtout de ne pas dépenser une part trop importante du budget dans la localisation (et dans la distribution, tout comme le Down to Hell de Kitamura), Afternoon Overheat est aussi intéressant qu’il montre les limites de son réalisateur. Plus qu’une carte de visite faisant preuve de son originalité, le film de Seijirou Maejima est finalement plus un hommage personnel aux films qu’il aime, et plus particulièrement à l’action violente made in Hong Kong.

D’ailleurs, le braqueur drogué n’est pas sans évoquer le Paul (Waise Lee) de Bullet in the Head (John Woo/1990). On retrouve une tendance à surjouer, des dialogues plus que limités, et une emphase mise sur les excès violents (et en grande partie improbables) ainsi que les effusions de sang. Le tout saupoudré de quelques soupçons d’humour noir. Profitant d’une durée très courte (40 minutes), Seijirou Maejima distille un rythme soutenu sans le moindre temps mort, avec des personnages qui refusent obstinément de mourir et surtout totalement obnubilés par l’argent (selon la bonne vieille formule de l’argent qui rend fou. Seijirou Maejima, encore un qui ne s’est jamais remis de la vision de Bullet in the Head).

Il faut cependant bien avouer que la formule fonctionne à merveille grâce à l’ambiance de folie qui y règne, les cris et hurlements mêlés à la drogue, aux armes et à l’argent, et une très bonne exploitation d’une base scénaristique simple.

Le reproche (si tant est que l’on peut véritablement appeler ça un reproche) que l’on peut cependant faire à Afternoon Overheat est d’être une fin en soit. Le film laisse peu de preuves du réel talent de Seijirou Maejima, qui s’il est visiblement non dépourvu de ressources et connaît bien ses classiques, ne parvient pas à démontrer l’existence d’un véritable potentiel. Dommage pour un petit film extrêmement sympathique qui mérite sans nul doute le détour. Au-delà des considérations de carrière cinématographique de Seijirou Maejima (qui n’a depuis réalisé que deux films : Afternoon Show et Raging Yubari), c’est un petit bijou d’ultra-violence old school rondement mené.

Zeni | 24.03.2004 | Japon

Afternoon Overheat est disponible en VHS au Japon.

aka Gogo no Oobaahiito | Japon | 1994 | Un film de Seijirou Maejima | Avec Kouji Ikeda, Shigeru Tatsumi, Hiroyoshi Uchida
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Duelist
The Way We Are
Furtif
The Sword With No Name
Young Detective Dee : Rise of the Sea Dragon
Phone
Iden & Tity
Kangokujoi
Hot War
Flight Plan
Les 7 samouraïs
Tel père, tel fils
The Neighbor No. Thirteen
Shirome
Kichiku
Cold Fish
Mascarades
Yoshihiro Nakamura
Goodman Town
Le Sorgho rouge
Thirst
A Bloody Aria
Old Boy
Dead End Run