April Snow

Hur Jin-Ho est un réalisateur rare ; trois films seulement réalisés à ce jour, sur une période de sept ans. C’est pourtant l’homme qui a révolutionné le cinéma coréen et plus particulièrement le mélodrame, au travers de Christmas in August en 1998. Sublime histoire d’amour dans laquelle l’attention portée aux gestes du quotidien remplace une quelconque emphase sentimentale à l’américaine, Christmas in August était la première exploration du processus amoureux pour le réalisateur sud-coréen. Après One Fine Spring Day, Hur Jin-Ho se penche à nouveau sur ce processus qui le fascine, et plus particulièrement son début, sa fin, et dans le cas présent, le terrain limitrophe et de possibles que constituent ses différentes interruptions.

In-Su et Seo-Young se rendent tous deux à l’hôpital. Ils y découvrent leurs conjoints respectifs, plongés dans un coma au sein de la même chambre, suite à un accident automobile. A la tristesse de la situation s’ajoute l’interrogation de la découverte : la femme de l’un et le mari de l’autre étaient dans le même véhicule. Elle était ivre, censée être en déplacement professionnel mais en réalité en vacances... In-Su et Seo-Young ne tarderont pas à comprendre que leurs conjoints entretiennent - entretenaient ? - une relation extraconjugale. C’est bien entendu cette trahison qui, au lieu de les isoler, les rapproche ; et avec les prémisses de leur relation affluent les questionnements, quant à la légitimité de ce rapprochement, lui-même extraconjugal...

Si le sujet d’April Snow peut renvoyer les fans d’Harrison Ford à un Random Hearts (Sidney Pollack, 1999) de triste mémoire, le film de Hur Jin-Ho est tout autre. Plus qu’une simple histoire de seconde chance amoureuse, cette histoire d’avril ne fait pas de l’amour naissant son seul protagoniste. C’est l’Amour tout court - marital, extraconjugal, innocent, détruit - qui est le sujet pluriel du film. Bien que In-Su et Seo-Young soient en effet les seuls protagonistes du film, leurs conjoints respectifs imposent leur présence au travers de leur absence. Les attitudes des deux êtres trahis laissent transparaître un profond respect pour les accidentés, même si les colères qui accompagnent la découverte sont sobrement représentées ; et l’on devine les couples brisés en filigranne, à l’image de cette photo de mariage de In-Su sur laquelle la caméra du réalisateur ne fera jamais le point.

D’une certaine façon, Hur Jin-Ho tisse un lien implicite entre ces quatre amoureux : si chaque couple s’est un jour aimé, et si les amants interdits vivaient une histoire pure, pourquoi In-Su et Seo-Yeong ne se correspondraient-ils pas ? Plutôt que de juger, le réalisateur s’intéresse aux détails qui construisent un amour perdu, un amour de découverte (la superbe scène d’amour qui réunit les deux héros), un amour retrouvé (au travers du refus d’In-Su d’interroger sa femme). Les prestations des acteurs et en particulier de Son Ye-Jin, dans ces instants simples et essentiels, sont excellentes ; on gardera en mémoire cet instant pudique de partage, que constitue l’épluchage d’une pomme par In-Su et Seo-Yeong.

L’objectif d’April Snow est en réalité d’une incroyable générosité : au travers d’une étude amoureuse d’une grande délicatesse, Hur Jin-Ho ne recherche pas la légimité de l’une ou l’autre des relations dépeintes, dans le cadre ou hors-champ. Ce qui l’intéresse, c’est la reconnaissance de ces différents amours, en tant que force de vie comme de destruction. Car l’amour est une chose fantastique dotée de vie propre, un lien indicible que cette neige d’avril, partagée par deux êtres qui ne pourront s’aimer qu’en souvenir, réunit hors du temps et des contraintes de nos sociétés modernes.

Lire aussi l’interview de Hur Jin-ho, réalisateur.

Diffusé dans la section Panorama du 8ème Festival du film asiatique de Deauville, April Snow sortira sur les écrans français le 12 avril 2006. Il est par ailleurs disponible en DVD coréen, avec sous-titres anglais.

Corée du Sud | 2005 | Un film de Hur Jin-Ho | Avec Bae Yong-Joon, Son Ye-Jin, Lim Sang-Hyo, Kim Kwang-Il
Sea Fog
Yojimbo
Black Stone
Entretien avec Katsuya Tomita sur Bangkok Nites
Le Profond désir des dieux
UZU : entretien avec Gaspard Kuentz
Legend of the Sacred Stone
Martyrs
Fleur Pâle
SPL
Metalhead
The Doll Master
Wet Dreams
Satorare : Tribute to a Sad Genius
Sympathy for Lady Vengeance
Jakarta
Wang Bing
Severance
Nightmares in Precinct 7
February
Cochons et Cuirassés
Taegukgi
People Mountain People Sea
L’Hirondelle d’or
Criquets
Female Convict Scorpion
Beauty Female Detective
The Heartbreak Yakuza
Samurai Princess
Akusengari