Bichunmoo

Mélangez la folie furieuse des combats de The Blade et la beauté picturale de The Lovers et vous obtiendrez un film coréen admirable : Bichunmoo. Plus qu’admirable, Bichunmoo est un film hallucinant. Bichunmoo possède un ésthetisme réel déjà visible dans Zipang et surtout chez notre ami totalement barré Tsui Hark.

Shin-ha (Shin Hyeon-Jun) et Sullie (Kim Hee-Seon) ont grandi ensemble. L’amitié se transformant au fil des années en amour, Shin-ha décide de demander la main de sa compagne.

Mais son maître, qui l’a élevé, le lui déconseille et ses derniers espoirs s’envolent quand il apprend que le père de sa promise l’a destinée à un autre homme. Décontenancé, il rentre retrouver son vieux maître qui vient d’essuyer une terrible agression. Ce dernier, avant de mourir, avoue à Shin-ha qu’il est le seul survivant et descendant d’une ancienne dynastie, massacrée jadis par le père de celle qu’il aime. Il décide donc de faire tout ce qui est en se pouvoir (et quel pouvoir !!) pour se venger et reconquérir sa bien-aimée. Mais sa destinée est tout autre...

Bon trêve de bavardages et d’intro foireuse. Bichunmoo est un gros chef-d’œuvre. Bien sûr tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on le visionne. Mais sachez que Bichunmoo est enjoué, virevoltant, épique, et larmoyant (peut-être est-ce le seul "défaut" du film et encore !!). Bien que se pâmer devant des coréens est plus digne que de pleurer devant un bateau qui coule.

Dans cette version de Tristan et Iseult filmée à l’épaule, tout est beau :
- les acteurs : Shin Hyun Joon en détenteur des "bichuns secrets" est tout simplement fantastique en combattant dont la destinée est de se faire trahir par tous ceux qu’il côtoie. Kim Hee Sum est sans nul doute la plus belle asiatique que la Terre est jamais connue (elle est parfaite croyez-moi).
- les plans : sortis tout droit de je ne sais d’où (peut-être d’un asile), ils sont construits de façon à s’inquiéter pour le cadreur.
- les situations : conçues avec plus de profondeur qu’à l’accoutumée et hautement plus significatives que dans un Better Tomorrow.

Pour résumer, et pour en finir avec cet article peu reluisant et n’ayant même pas réussi à dépeindre correctement ce que j’éprouve devant ce film, Bichunmoo c’est grand, très grand et cela mériterait à plusieurs titres la distribution en salles. Et puis de toute façon la Corée c’est mortel. Ishii est un dieu vivant comme Miike et comme Sancho. Alors vive le cinéma mortel et vive nous !!!!!!!!!

Takeuchi | 31.08.2001 | Corée du Sud

DVD hongkongais chez Deltamac. | Avec piste en mandarin, cantonais, Coréen 5.1 et coréen DTS. | Sous-titré en anglais. | Malheureusement en plein cadre ; le pressage a souffert du haut-filtrage du film mais reste correct. | Suppléments : trailer, clip, making-of doublé en cantonnais et non sous-titré (on n’avait qu’à être bilingue comme tout le monde).

DVD double coréen édité chez Spectrum au format et sans doute d’une qualité sublime. Avec près de 2 heures de suppléments : trailers, interviews,...

aka Dance with Sword | Corée du Sud | 2000 | Un film de Kim Yeong-Jun | Avec Kim Hee-Seon, Shin Hyeon-Jun, Jeong Jin-Yeong
Barberousse
 Les Bas-fonds
Manille
Entre le ciel et l’enfer
Les salauds dorment en paix
Hirokazu Kore-eda
The Return of the Street Fighter
Shakti the Power
Journal érotique d’une secretaire
Shaolin Popey 2 : Messy Temple
Un homme, un vrai
Crocodile
Shadow of the Wraith
Les Chevaliers du ciel
Crows Zero II
Beyond our Ken
Confession of Pain
Showa Kayo Daizenshu
Sunrise
What Price Survival
A la verticale de l’été
Crying Fist
Dragon Tiger Gate
Bollywood à Beaubourg
La Nouvelle de la Classe
2002
Yurisai
301-302
Le temple de Shaolin
Koufuku no Kane