Bin×Bin - Ninja Hamedori-kun

Ninpô... chaud !

Dans le Japon du XXIème siècle, les ninja se sont adaptés à la vie moderne en se spécialisant dans l’espionnage industriel au sein des grandes sociétés...
Kentarô, jeune salaryman bien sous tous rapports, est secrètement amoureux de sa jolie collègue Yumeka Kawai, mais sa timidité maladive l’empêche d’avouer ses sentiments à la jeune femme... Un beau jour, alors qu’il marche dans la rue perdu dans ses pensées érotiques, Kentarô est témoin d’une scène pour le moins étrange ; un ninja se fait sermonner par un cuistot. Kentarô s’immisce alors dans la "conversation", pour apprendre que le ninja n’a pas payé son bol de nouille. Kentarô propose alors au commerçant de lui payer ce que lui doit l’homme de l’ombre. Infiniment reconnaissant, le dénommé Hamedori Kanzô décide de devenir le serviteur de Kentarô...
Ce dernier travaille actuellement sur un projet ultra-secret de grande envergure, et il semblerait qu’un clan de ninja tente de s’emparer des données confidentielles. Un matin, le chef de Kentarô lui présente une nouvelle collègue, la charmante et intrigante Maki...

...relativement peu de suspense avec l’œuvre de Takao Nakano ; Bin×Bin - Ninja Hamedori-kun [1] c’est grave le bonheur ! Quatre mois après la sortie de son génial ofni chef-d’œuvrissime aux allures de film somme de la carrière du réalisateur nippon, j’ai nommé Mikosuri Hangekijou, l’obsédé le plus jovial de l’archipel revient avec la parodie sexy de Nin × Nin - Ninja Hattori-kun...

Amateurs de guiboles gainées de résille, de poitrines dévoilées de manière quelque peu éhontée et impudique (ouaiiiis !!!), d’humour potache, de cat fight et autres réjouissances du même acabit, Nakano a pensé à vous ! Ach pétits chanzeux ! fous allé foir té chôli mädchen von Japan tan’té tenu zehr kourteuh ! Evidemment, inutile de chercher ci ou là un quelconque intérêt analytique post-masturbatoire afin d’assouvir les fantasmes pseudo-intellectualisant d’une poignée de zombies incapables d’apprécier le second degré... Bin×Bin - Ninja Hamedori-kun n’est certainement pas le meilleur Nakano, mais il a largement sa place aux côtés d’œuvres du type L.E.G.S. ou autre Queen Bee Honey (tout en étant peut-être plus à rapprocher des Sawariman Kintarô) sans avoir à rougir de la comparaison et ce, bien qu’il soit un peu plus ouvertement sexuel que les comédies coquines précitées.

Les techniques de ninja deviennent ici prétexte à assouvir le fétichisme non dissimulé du réalisateur pour l’anatomie féminine gainée de nylon et autres shorts en cuir échancrés, culottes mouillées et tétons dardant vers l’infini... Les gros plans de croupe sont également au menu, sans parler des contorsions de son actrice principale, la charmante Sayaka Kitagawa (19 ans au moment du tournage et de la sortie du film) qui se voit offrir ici un véritable show à sa gloire, donnant parfois au film de Nakano des allures de show-reel ventant la souplesse de la jeune femme (est-elle en caoutchouc ?!) qui rentabilise ici ses dix années de danse classique. Notez au passage que Sayaka a depuis fait ses débuts dans l’industrie de l’AV avec Akurobatikku Love, véritable porno sorti le 28 Février 2005 [2] ...

Composé de sept saynètes d’une dizaine de minutes chacune, Bin×Bin - Ninja Hamedori-kun affiche très clairement un côté cheap voulu, tant les effets spéciaux sont à mourir de rire, et certaines situations à la limite du... génial, telle le prouve cette scène où Hamedori et Kentarô se débattent dans les muqueuses intimes de leur goulue du bas-ventre ennemie, ou encore ce combat sur le toit d’un immeuble jonché de tapis de sol bleus (oui, comme à l’école !) pour éviter que les acteurs ne se blessent ; du très grand art, assez typique de Nakano finalement. Bref, avec son lot de situations rocambolesques dont l’issue est inévitablement sexuelle, ses plans "hénaurmes" décortiquant l’anatomie de ses actrices consentantes, son humour au ras des pâquerettes (le jeu des questions en guise de combat), ses cosplay "ninjesques" faisant la part belle aux tenues en résille intégrale, ou encore du cat fight en ultra-gros plan, Bin×Bin - Ninja Hamedori-kun est inévitablement un véritable must !

Kuro | 20.05.2005 | Japon

DVD (Japon) | Taboo 7 en association avec TMC /Junk | Zone 2 - NTSC | Format : 1:1:33 - 4/3 | Images : Un pressage très correct aux couleurs clinquantes. | Son : Bonne stéréo. | Suppléments : Un très sympathique making of -comme d’habitude avec Nakano- d’environ 20’.

Ce DVD ne contient pas le moindre sous-titre.

Existe également en VHS (NTSC) au Japon.

Site Officiel de Sayaka Kitagawa :
- http://www.office-more.com/sayaka/top.htm

[1Onomatopée qui signifie qu’un sexe masculin se porte bien...

[2Sayaka Kitagawa a tourné depuis quatre autres pornos...

Japon | 2004 | Un film de Takao Nakano | Avec Sayaka Kitagawa, Yuki Anzu, Hiroyuki Kawasaki, Naoyuki Chiba, Emi Kuroda, Miki Takahashi, Yumi Yoshiyuki
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
La Guerre des mondes
Give Them a Chance
Zero Woman 5
Une vie toute neuve
Mr. Mamma
Gojoe
Love Undercover
The Beautiful Washing Machine
Cut - Three... Extremes
Whispering Sands
Dummy Mommy, Without a Baby
Heat After Dark
Duel à mort du sorcier chinois
Painted Skin
Made in Heaven
The Journals of Musan
Nobody Knows
Man-hole
Electric Shadows
The Security Women Affair
L’Eté de Kikujiro
Cowboy Bebop : Tengoku no Tobira
Les Eunuques
Legendary Couple