Collateral

Dommage.

Après sa biographie filmée de Mohammed Ali, Ali,
Michael Mann revient à ses premiers amours, le polar.
De son côté, après John Woo, Kubrick, Steven
Spielberg... Tom Cruise ajoute un nouveau réalisateur
de talent à son tableau de chasse déjà bien étoffé.

La séquence d’ouverture du film est de toute beauté
tant sur le plan visuel que de la mise en scène :
Couleur, jeu sur les profondeurs de champs, mouvement
de caméra... Michael Mann y introduit brièvement
Vincent (Tom Cruise), et nous convie au crépuscule à
une déambulation dans Los Angeles dans le taxi conduit
par Max (Jamie Foxx). On assiste à une course en taxi
qui se transforme en jeu de séduction entre Max et la
délicieuse Jada Pinkett Smith, dans le rôle de la
procureur, Annie Farrell. Les craintes nées à la
vision de la bande-annonce laissant subodorer
l’utilisation d’une caméra numérique, fût elle haute
définition, semblaient donc infondées. La désillusion
qui suivit n’en fût que plus cruelle.

A plusieurs reprises au cours du film, et même crime
de lèse majesté, pour des gros plans de Tom Cruise, la
mise au point est déficiente. Constatation pour le
moins paradoxale, l’avantage de la numérique HD n’est-il pas de permettre d’accroître la profondeur de
champs ! Quant à la fluidité de l’image, lorsque les
acteurs et/ou la caméra se déplacent, le numérique
laisse encore à désirer. Dernier point, les images
faute d’une lumière suffisante, prennent parfois une
teinte grise, verdâtre, bref rien de bien ragoûtant.

De telles imperfections sont difficiles à digérer, surtout lorsque l’on s’appelle Michael Mann, que l’on tourne avec l’homme qui valait mille milliards de
dollars, et que l’on dispose de toute la puissance
technique de la machine hollywoodienne.

Bien sûr, l’utilisation d’un tel matériel donne plus
de souplesse au réalisateur et d’énergie à la mise en
scène. Pourtant d’autres réalisateurs, comme Doug
Liman pour La Mémoire dans la Peau, arrivent au même
résultat, en faisant appel au 35 mm classique. Il me
semble à ce propos que la mode, je mets de l’énergie
dans mon film, mais au diable la mise au point, soit
une nouvelle tendance. Et non pas seulement pour une
ou deux scènes, mais de façon systématique tout au
long du film. J’en prends pour exemple récent La Mort
dans la Peau
et Clean. Rendons grâce cependant à Olivier Assayas de savoir poser sa caméra quant il le faut.

N’accablons pas non plus Michael Mann ( !), abstraction
faite de certains passages gâchés par le numérique,
son film contient de nombreux points positifs.
Notamment les scènes d’action qui, comme à son
habitude, sont de bonne facture. En outre, le
réalisateur maintient sans peine en haleine le
spectateur tout au long de son film.

La partie la plus réussie film n’est pas celle qui se
rapproche du polar traditionnel, mais l’errance en
taxi dans la nuit angelinos.

Autant le face à face Vincent/Max est intéressant,
autant le fil conducteur de l’intrigue, les 5
assassinats que doit commettre le personnage
interprété par Tom Cruise, est plombé. Difficile en
particulier d’imaginer que ces 5 personnes, supposées
témoigner à un important procès contre un cartel de la
drogue, soient aussi peu protégées qu’elles ne le sont
dans le film.

Les scènes de “road-movie” dans Los Angeles sont bien
plus fascinantes. Rarement Los Angeles aura été aussi
bien filmé. C’est devenu un lieu commun, mais la cité
des anges est un des personnages importants du film. Michael Mann nous invite dans les différentes
quartiers de la ville : celui des latinos, des noirs,
des coréens avant de finir à downtown L.A.

Quant aux acteurs de chair et de sang, Michael Mann
utilise Tom Cruise avec intelligence. Plus que le jeu
de l’acteur, c’est le corps de celui-ci qu’il met en
avant. Ne me demandez pas de l’expliquer, cela m’a
paru évident au long de ce film. Tom Cruise joue le
rôle de révélateur. La façade derrière laquelle se
cache Max va s’effriter, poussé dans ses limites par
le tueur. Le point de basculement du film intervient
lorsque Vincent force Max à prendre son identité. Dès
lors, le rapport entre les deux personnages s’inverse.
Max va cesser d’être passif, et prendre son destin en
main.

Kizushii | 5.10.2004 | Hors-Asie

Collateral est sorti sur les écrans français le 29 septembre dernier.

USA | 2004 | Un film de Michael Mann | Avec Tom Cruise, Jamie Foxx, Jada Pinkett Smith, Mark Ruffalo, Peter Berg, Javier Bardem
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Blind Shaft
Lipstick
Marriage is a Crazy Thing
Gokinjo Tantei Tomoe - Anazâ Bâjyon
Jism
The Eternal
Lee Yoon-Ki
Battle Royale 2
Le petit jouet
Alamar
Chanbara Striptease
Le colt, la brute et le karaté
Prisoner Maria the Movie
The Six Devil Women
Nid de Guêpes
Il Cartaio
Silent Hill
Flash Future Kung Fu
Krrish
Spiderbabe
Island of Dreams
Bloodrayne : The Third Reich
La perle rare
The Yellow Handkerchief