Diamond Hill

La pureté d’un sentiment aussi puissant que l’amour qui unit une sœur à son frère semblait être une chose difficilement abordable cinématographiquement, jusqu’à Diamond Hill...

May et son frère sont deux enfants inséparables. Seuls après le suicide de leur père, ils se retrouvent placés en orphelinat, jusqu’au jour où la petite fille est adoptée par un couple. Séparée de son frère, elle va tout faire pour tenter de le garder près d’elle...

...par où commencer ?... Diamond Hill est une œuvre unique ; poème visuel d’une rare beauté, cet étrange conte filmé par Cheang Pou-Soi est peut-être l’un des plus beaux films hongkongais qu’il m’ait été donné de voir, de par sa simplicité d’une part, et de par son avant-gardisme graphique d’autre part. Mélangeant audacieusement - mais également pour des questions de budget - 35mm et Vidéo numérique, il nous entraîne dans un double univers, où passé et présent se mêlent dans un ballet onirique et réaliste à la fois, et où la fiction fantasmagorique semble côtoyer un quotidien qui n’est que trop "quotidien"...

...difficile de parler d’un film basé sur l’attente de deux enfants, sur un espoir nourri par un rêve commun ; l’espoir d’un amour concrétisé en une union parfaite... parfaite ? Non malheureusement, car l’enfance, état tristement (et volontairement) éphémère pour un trop grand nombre n’a pas sa place dans une société où le rêve a disparu. La recherche, ou plutôt la fabrication d’un monde parallèle, semble être le but de nos deux enfants affublés de leurs carcasses d’adultes, bien trop lourdes à porter, physiquement et psychologiquement parlant. Ces enfants qui vécurent jusqu’à leur "séparation" à Diamond Hill, y recherchent un diamant depuis leur plus jeune âge ; métaphore d’un bonheur difficile à trouver et pourtant si proche dans leurs esprits... un diamant, un morceau de verre ; quelle importance au fond, l’important étant de croire...

Quatrième des cinq films réalisés par Cheang Pou-Soi (Beach Girl /1999, Horror Hotline... Big Head Monster /2001) qui en est également le scénariste, Diamond Hill est donc un film non identifié au sein de l’industrie locale ; inclassable, émouvant, troublant, les adjectifs ne manquent pas pour le définir. Inutile de parler de la distribution, parfaite, y compris Carrie Ng (City on Fire, Gunmen, Naked Killer) dans le rôle inattendu de la mère adoptive de la jeune May... sans compter une musique envoûtante signée Tommy Wai Kai-Leung, à qui l’on doit notamment la partition de Time & Tide (Tsui Hark /2000).

Œuvre dure à bien des égards qui n’hésite pas à esquisser des sujets délicats (l’inceste ?), Diamond Hill reste malgré tout d’une grande pudeur, vis à vis des ses héros, mais également de ses spectateurs ; une pudeur qui ne fait qu’accentuer le côté lyrique du film, un lyrisme dépouillé, pour que n’en subsiste qu’une chose, la beauté formelle d’un sentiment pur...

Kuro | 8.02.2002 | Hong Kong

Diamond Hill n’existe malheureusement qu’en VCD.

VCD | Deltamac | NTSC [1:1:85 - 4/3] | Images correctes. | Mono cantonais ou doublé en mandarin. | Sous-titres anglais et chinois imposés.

Vivement une édition DVD !!!

aka Faat Gwong Sek Tau | Hong Kong | 2000 | Un film de Cheang Pou-Soi | Avec Maggie Poon Mei-Kei, Woody Chan Chin-Pang, Cheung Tat-Ming, Carrie Ng Ka-Lai, Hui Siu-Hung, Chan Kwok-Bong, Joe Lee Yiu-Ming, Cheang Pou-Soi
Entre le ciel et l’enfer
Les salauds dorment en paix
Hirokazu Kore-eda
Après la tempête
Taipei Story
La forteresse cachée
They Came to Rob Hong Kong
The Taste of Tea
Invisible Target
Pinocchio 964
La Vallée de P’ia
Opapatika
Dracula, pages tirées du journal d’une vierge
Le Pensionnat
Porno jidaigeki : Bohachi bushido
Le Dernier exorcisme
Her Name is Cat
Nabi
Tokyo G.P.
Tekken
Tonda Kappuru
Last Train Home
Zebraman 2
Tomie Re-birth
Piranha 3D
Inside Man
Vampire Cop Ricky
Para entrar a vivir
Naruhiko Onozawa : producteur de Masao Adachi
All around us