Dil Se

Terroriste mon amour.

Mélangeant romance et terrorisme, le cinéma indien et notamment au travers du film Dil Se - dont le titre peut se traduire par "du fond du coeur" - se permet toutes les audaces. Ce n’est pas la première fois que réalisateur Mani Ratnam aborde des sujets sensibles. Dans Bombay, il évoquait l’histoire d’amour entre un hindou et une musulmane, lors des émeutes communautaires de Bombay au début des années 90.

Dans une petite gare balayée par le vent et la pluie, un journaliste de All Radio India, Amar (Shahrukh Khan), a le coup de foudre pour la seule autre voyageuse présente, Meghana (Manisha Koirala), qui va pourtant disparaître dans la nuit avec le premier train. Le hasard puis la détermination d’Amar vont lui permettre de revoir cette mystérieuse inconnue. Une histoire d’amour qui prend la forme d’une enquête journalistique...

Enfant de la bourgeoisie de Dehli, Amar se voit confronté à certains aspects plus sombres des 50 premières années d’indépendance de l’Inde. Mani Ratnam évoque en effet la situation au Cachemire, et n’hésite pas à montrer les frustrations de certains peuples, ainsi que certaines exactions de l’armée indienne.

Shahrukh Khan nous livre une interprétation dans laquelle il est égal à lui-même. Le moins que l’on puisse dire est que l’on ne peut pas lui reprocher de ne pas se donner dans son rôle. Quant à Manisha Koirala avec ses yeux tristes, elle apporte la sensibilité qu’il convient à ce rôle de terroriste déchirée entre son engagement révolutionnaire et l’amour qu’elle ressent pour Amar.

Si certains numéros musicaux ne s’intègrent pas de la façon la plus harmonieuse du monde dans le film, le spectateur est cependant récompensé par quelques morceaux de bravoure. Le plus marquant est celui tourné dans les splendides paysages himalayens du Ladakh. Finalement, l’esthétique kitsch de Bollywood rejoint celle des temples bouddhistes, ou inversement. Le célèbre premier numéro musical, avec les voyageurs qui dansent sur le train emmené par un Amar survolté par son amour, a malheureusement le défaut de traîner un tantinet en longueur.

Pourtant la plus belle séquence du film est filmée sans fioriture. Le réalisateur nous montre l’arrivée au point du jour à Delhi du commando de terroristes, alors que les préparatifs pour la commémoration du cinquantième anniversaire de l’indépendance débutent. En quelques plans de toute beauté, Mani Ratnam nous présente les lieux où est supposé se dérouler l’attentat, alors que les terroristes le répètent mentalement.

Tout au long de Dil Se, le réalisateur Mani Ratnam et son chef opérateur, Santosh Sivan, n’hésitent pas à utiliser des styles tout à fait différents. Un premier se rapprochant du documentaire pour la partie qui a trait à la quête "journalistico-amoureuse" de Shahrukh Khan, et une esthétique plus bollywoodienne pour les épisodes plus "glamours".

Dil Se servira d’ailleurs d’inspiration pour le premier film de son directeur de la photo Santosh Sivan, Malli le combat d’une vie. Ce dernier film a quant à lui eu la chance de connaître une sortie sur les écrans français en 2001, grâce au soutien de l’acteur John Malkovich.

Dil Se n’est pas exempt de défauts - quelques lourdeurs notamment -, mais la tenue de l’ensemble est plus qu’honorable.

Dil Se fait partie de la programmation de la rétrospective Vous avez dit "Bollywood" ? à Beaubourg, et est disponible notamment en DVD chez Eros Entertainment.

aka From the Heart | Inde | 1998 | Un film de Mani Ratnam | Avec Shahrukh Kha, Manisha Koirala, Preity Zinta, Aditya, Malaika Arora
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
DV Domestic Violence
Re-Cycle
2009 Lost Memories
Zebraman 2
Ring 2
Black Kiss
Garden State
Persepolis
The Sorcerer and the White Snake
’Til Madness Do Us Part
Say Yes
Printemps dans une petite ville
Sharp Guns
Lady Snowblood - Love Song of Vengeance
Professeur Layton et la Diva éternelle
The Murderer
Jay and Silent Bob Strike Back
Gonin Saga
Chatroom
Blind Shaft
Vinyan
Doan Minh Phuong
Somebody Up There Likes Me
Gojira tai Megaro