Duel to the Death

Alors que l’ère du film de sabre touchait sa fin, Ching Siu-Tung signait l’un des plus grands Wu Xia Pian de l’histoire du cinéma...

Tous les dix ans, un tournoi oppose les deux meilleurs combattants japonais et chinois. Les représentants pour cette année sont respectivement Pu (Damian Lau - Last Hurrah for Chivalry, The Heroic Trio) pour la Chine et Hashimoto (Chui Siu-Keung - Zu, What Price Survival) pour le Japon, tous deux droits et courageux, ce qui n’est malheureusement pas le cas de tout le monde au sein de leurs entourages respectifs...

Premier film dirigé par un Ching Siu-Tung (A Chinese Ghost Story -1,2,3-, Swordsman 2) poussé vers la réalisation par le fougueux Tsui Hark, Duel to the Death parvient malgré un scénario de départ éculé, à aller bien au delà du simple film de sabre. Là où la plupart de ses congénères s’évertuaient à creuser les différences entre les chinois et les japonais, Ching Siu-Tung tente - et réussit - le pari inverse ; les deux héros sont bons, que l’un soit japonais et l’autre chinois ne change rien, et les pourris du films se trouvent également dans les deux camps... Duel to the Death est peut-être le seul et unique Wu Xia Pian ouvertement non raciste, ou tout du moins qui en dénonce la stupidité et les aberrations. Nos protagonistes principaux essayent de découvrir l’autre ; "c’est un homme comme moi", "quelles sont ses motivations les plus profondes ?",... Tant de questions que se posent Pu et Hashimoto, qui s’imposent d’emblée en grands philanthropes, et ce malgré leur "métier"...

Au niveau de la technique, Duel to the Death n’a pas à rougir ; outre les somptueux décors, les extérieurs magnifiquement retranscrits et une mise en scène où la lumière et l’obscurité jouent un rôle déterminant, le film nous propose également bon nombre de trouvailles ingénieuses (réalisées avec les moyens du bord, certes), telles nous le prouvent, par exemple, la séquence du ninja géant ou encore celle où l’on découvre une armée volante de ces mêmes ninjas... et une certaine mélancolie, presque palpable, se dégage des images du film.

Le film n’est pas non plus dénué d’humour ; la scène où Damian Lau dit à son maître qu’il doit partir sort tout droit de la grande tradition des comédies cantonaises. Mais Duel to the Death lorgne plutôt du côté de la tragédie, à la limite du conte philosophique. La trahison en est le thème principal, au même titre que la désillusion ou encore la mort. Dans une magnifique scène où Hashimoto médite sur le bord d’une falaise, Pu vient le rejoindre et lui dit : "Etre un artiste martial est triste... Les mauvais meurent, tandis que les bons sont insatiablement provoqués en duel"... Dure réalité qui n’échappe pas à nos deux valeureux combattants. La combat final, très violent et sanglant, est ponctué de questions existentielles posées par Pu... pourquoi nous battre alors que ce sont nos peuples qui se détestent ? Combat magnifié par les deux héros condamnés à s’entretuer par leurs pairs.

Duel to the Death est donc le Wu Xia Pian à découvrir de toute urgence par tous ceux qui ne l’auraient pas encore vu... les autres le savent déjà, il est un chef-d’œuvre incontournable du genre, ne serait-ce que pour les valeurs qu’il défend...

Kuro | 20.07.2001 | Hong Kong

DVD | Megastar | NTSC | All Zone | Format : 2:35 - 4/3 | Images : Des couleurs vives pour un master qui n’est pas toujours au mieux de sa forme. Pressage sans défaut...mais le 16/9 eut été le bienvenu ! | Son : Un 5.1 très pauvre que je qualifierai plutôt de vilaine stéréo centrée vers l’avant et agrémentée de très rares effets arrières. | Sous-Titres au choix Anglais, Chinois, Chinois simplifié et Japonais. | Langues au choix en VO cantonaise ou doublée en mandarin ou anglais.

Duel to the Death existe aussi en VCD (sans sous-titres je crois) et en cassette vidéo avec sous-titres français chez HK Video.

Hong Kong | 1982 | Un film de Ching Siu-Tung | Avec Damian Lau Chung-Yan, Chui Siu-Keung, Flora Cheung Tin-Oi, Chang Chung, Eddy Ko Hung
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Les disciples d’Hippocrate
G.I. Joe : The Rise of Cobra
La Coiffeuse
P-047
La Leçon de Choses de Mademoiselle Mejika
Bunty aur Babli
Oira Sukeban
Toilet Blues
Desire to Kill
Devil’s Woman
The Moss
Beat
Assault Girls
Metade Fumaca
Spectre
La Bataille de la Montagne du Tigre
Dark in the White Light
The Revenge : A Scar That Never Disappears
L’Hirondelle d’or
Flying Boys
Windfighters
The Hours
Shameless
Peking Opera Blues