Frugal Game

Vous pensiez vraiment que Noël aurait pu être Noël sans un petit Miriam Yeung ? Mais certainement pas, voyons ! D’où l’intérêt d’avoir conservé son dernier film en date, Frugal Game, pour la période des fêtes. Au programme ? Et bien figurez vous que... something completely different, pour reprendre une expression chère aux Monty Python !

Et oui, car ce Frugal Game de Derek Chiu (The Log, Final Justice, Love au Zen, Comeuppance) n’est pas une énième comédie de quiproquo avec Miriam ; ce n’est d’ailleurs même pas vraiment une comédie... Wai (Eric Tsang) est le père de deux enfants, Chin-Wah (Miriam Yeung) et son petit frère, qu’il élève seul depuis que leur mère a abandonné la petite famille. Pour compliquer le tout, Wai est au chômage depuis un certain temps déjà mais ne peut se résoudre à l’avouer à ses enfants. A l’image du personnage de Ryo Ishibashi dans l’excellent Koroshi de Masahiro Kobayashi, il passe donc sa journée à traîner dans un fast-food, où de nombreux sans-emploi tentent comme lui de trouver un boulot, mais aussi de résoudre leurs problèmes financiers. Quelle n’est pas sa surprise de voir un jour arriver à sa table Diana (Carol Cheng), sa supérieure qui l’avait elle-même viré ! A son tour passée à l’écrémage économique, Diana propose à Wai de devenir sa femme le temps d’un jeu télévisé, auxquelles seules peuvent s’inscrire des familles de quatre personnes sans revenus. Elle ne parvient pas à convaincre Wai ? Qu’à cela ne tienne, elle se rend chez lui et vend son secret à Chin-Wah. Voila donc la "famille" Wai embarquée dans le Frugal Game, une émission type Loft Story qui se déroule sur une semaine, au cours de laquelle deux familles s’affrontent par économies interposées : au bout du compte vaincra celle qui aura dépensé le moins d’argent sur les 400 HK$ (soit environ 49 Euros !) alloués par la production pour tenir sept jours. Le prix emporté par les vainqueurs ? La chaîne de télé endossera toutes leurs dettes, leur permettant de repartir à zéro...

Ce n’est pas la première fois que Miriam Yeung se retrouve plongée dans un scénario initié par les déboires économiques de Hong Kong ; dans Dummy Mommy, Without a Baby, la grossesse fictive de Miriam trouvait en effet sa justification dans le licensiement qu’elle enrayait. Ici cependant, le ressort social est plutôt prétexte à une satire sur fond de drame familial, plutôt qu’à une avalanche de gags tous plus extrêmes les uns que les autres. Vous vous en doutez, la télévision voyeuriste est le premier objectif critique de Derek Chiu, comme en témoigne l’utilisation sporadique des aléas sentimentaux de Diana et Chin-Wah pour augmenter l’audimat. Mais les critiques sont nombreuses dans Frugal Game, et amenées intelligemment. Ainsi une dénonciation rapide du piratage - plus subtile que son équivalent de My Name is Nobody -, mais aussi de l’abus de pouvoir pratiqué par les producteurs TV hongkongais (celle-ci permettant d’ailleurs un excellent cameo de Ti Lung dans son propre rôle). La propension de nos sociétés modernes à placer la consommation au-dessus des valeurs familiales est le liant de ces divers messages, qui s’accompagnent de sourires, certes, mais jamais de fous rires.

Car en dépit d’un casting principalement comique (Eric Tsang et Miriam Yeung en tête, même si Carol Cheng se défend très bien), Frugal Game est beaucoup plus touchant qu’hilarant. Je pense notamment à cette séquence récurrente du cinéma asiatique (cf. Love Letter, Satorare : Tribute to a Sad Genius, mais aussi Lost and Found) au cours de laquelle Wai emmène sa fille à l’hôpital sur son dos, en traversant la moitié de la ville, ainsi qu’au faux témoignage du véritable trio familial pour descendre Diana - l’intégralité de leur discours se ramenant en réalité à la mère/femme qui les a abandonnés. Tous les acteurs sont excellents dans ces scènes comme dans toutes les autres, et Derek Chiu prouve à un public certainement dubitatif que Miriam Yeung est capable de faire autre chose que l’éternelle adolescente maladroite - ce qui est déjà une réussite en soi !

Une dernière remarque enfin avant de terminer cet article : en guise de conclusion, Frugal Game prône le travail comme seule méthode de réussite. Pour l’accompagner, une assertion parfaitement nouvelle dans le cinéma HK, autant que bienvenue : celle d’une véritable identité hongkongaise, longtemps laissée en suspens à cause de la rétrocession de 1997. "Nous pouvons tout faire, puisque nous sommes hongkongais." Sans doute Derek Chiu fait-il directement appel au talent de ses confrères réalisateurs pour redresser l’industrie cinématographique HK, autrefois florissante. Tout ce qu’il faut, c’est un peu d’huile de coude. Avec cet excellent et original Frugal Game en tout cas, Derek Chiu prouve bien qu’il l’a compris, lui !

Akatomy | 28.12.2002 | Hong Kong

Frugal Game est disponible en VCD et DVD HK chez Universe. La copie du DVD est tout à fait correcte, même si elle manque parfois de contraste. La bande-son en 5.1 est de très bonne qualité, et les sous-titres ne comptent pas trop de fautes. En suppléments, le trailer et un making-of du film, ainsi que quelques bios/filmos.

Hong Kong | 2002 | Un film de Derek Chiu Sung-Kei | Avec Miriam Yeung Chin-Wah, Eric Tsang Chi-Wai, Carol Cheng Yu-Ling, Eason Chan Yik-Shun, Lai Yiu-Cheung, Josie Ho Chiu-Yi, Ti Lung
He Lives by Night
Kazuhiro Soda : Campaign 2
Campaign 2
Hana to Hebi 3
Pandémie
Hozour
Women from Mars
La Rose sauvage
Los Sin Nombre
All About Women
Running Wild
Ninja 3, la domination
Au Carrefour
Hara-Kiri
Flying Boys
Piranha 3D
Joyce Bernal
La Cité Interdite
Blades of Blood
The Yakuza Way
Memories Look at Me
Hakuchi
Divergence
Resident Evil : Apocalypse
The Mummy, Aged 19
Protégé de la Rose Noire
Lust in Hell – Edge of the World
Wonderful Town
Showa Kayo Daizenshu
Opera Jawa