Full Alert (au Ciné Alternative)

1ère Soirée organisée par l’association Made in Hong Kong
Le mardi 19 février à 21h30 au Ciné Alternative
(18/20, rue du Faubourg du Temple - Paris 11ème)

Arrivée peut-être un peu trop tôt, une partie de l’équipe de SdA s’est donc rendue le mardi 19 février à la première soirée organisée par la jeune association Made in Hong Kong. La météo n’était quant à elle pas avec nous ! Tant pis, la motivation de voir Full Alert (Ringo Lam /1997) sur grand écran était bien trop grande pour entraver notre bonne humeur...

Après avoir attendus un peu plus que prévu, nous entrons dans le cinéma aux alentours de 21h45 ; première surprise, une bière nous est offerte : sympa, surtout pour Kaelu-san qui pu récupérer celle de Takeuchi ainsi que la mienne. Bref, nous arrivons enfin dans la salle où nous sommes accueillis par de jolies jeunes femmes dénudées qui nous proposent alors de... Oups ! pardon, j’ai confondu !! Donc, nous sommes accueillis par la musique du grand Green Snake du non moins grand Tsui Hark, et à l’écran une petite présentation animée nous montre un Jackie Chan n’hésitant pas à décapiter à l’aide de son arme ce pauvre Karl Maka ou encore la pauvre Cynthia Khan (me semble-t-il...??). Bien sympathique tout ça !

C’est alors que les membres de l’association font leur entrée pour nous annoncer les festivités... la lumière s’éteint et le spectacle commence ; et ça commence très fort avec deux sublimes bandes-annonces de blaxploitation en VF siouplé ("Jim Kelly est ce qu’on peut appeler une véritable ceinture noire"... ouais, mortelllll !!!!) ! Hilarité de la salle, le public est conquis ! Suit le bande-annonce du magnifique L’Auberge du Printemps de King Hu, prochain film programmé par Made in Hong Kong. Puis nous avons droit à un court-métrage réalisé en images de synthèse (The Faktory - ’la fabrike’) dont on nous dit qu’il a gagné Imagina, et que le réalisateur est le créateur de la petite animation précitée.

La lumière se rallume et les membres de l’assoce nous présentent Cheung Chin, ami de Ringo Lam et producteur. Là fût la petite déception ; alors que, personnellement, je m’attendais à un mini-débat ou tout au moins à des questions-réponses, Cheung Chin n’a parlé qu’une minute pour nous dire que Ringo Lam était un grand réalisateur, aussi doué sinon plus que John Woo, et que Full Alert était l’un des ses meilleurs films... le tout dans un français parfait !... bon, visiblement, Monsieur Cheung Chin paraissait un peu fatigué, et d’ailleurs, pour clore sa prise de parole il nous dît : "(...) il est déjà tard, et je vous propose de regarder le film (...)". Suivit l’incommensurable bonheur de voir le chef d’œuvre de Lam sur grand écran, qui plus est, dans une copie magnifique...

Finalement, le bilan de cette première soirée organisée par Made in Hong Kong est plutôt bon ; l’accueil et le lieu étaient très sympas, six euros pour une soirée de ce style n’est pas un prix exorbitant (surtout pour une association), et puis c’est toujours agréable de pouvoir rencontrer d’autres personnes partageant une même passion ! Messieurs de Made in Hong Kong, vous pouvez d’ores et déjà compter sur la présence de Sancho le 19 Mars, car L’Auberge du Dragon sur grand écran, ça ne se rate pas !

PS : Merci à Fred (Frédéric Ambroisine) pour m’avoir gracieusement offert l’affiche de Full Alert ! ;-)


Full Alert, ou quand polar rime avec perfection...

Mak Kwan, ingénieur-architecte, est arrêté de manière musclée par la police, en pleine nuit dans son domicile. Accusé du meurtre d’un architecte, il avoue très vite son crime, non intentionnel selon lui. L’inspecteur Pao, chargé de l’affaire, sent malgré tout que quelque chose de plus gros se prépare et tente d’arracher le moindre indice à Kwan ; celui-ci, campé sur ses positions ne veut rien dire, malgré les explosifs retrouvés chez lui. Une véritable guerre psychologique va alors éclater entre les deux hommes...

Etrangement, il est des films dont j’ai énormément de mal à parler ; Full Alert en fait partie. Peut-être est-ce à cause de la perfection cinématographique qu’il me renvoie... Bref, cet article va être laborieux - pour moi -, autant vous prévenir tout de suite ! Pour mieux comprendre, retournons dans un passé pas si éloigné que ça...

Fin 1997, Ringo Lam revenu à Hong Kong après son escapade Van Dammesque (Maximum Risk /1996), tourne un polar très attendu, marquant son retour dans la récente ex-colonie britannique. Au début de l’année 98, la cassette malaisienne est disponible - peu de temps - dans certaines boutiques parisiennes ; coupée et affublée de trois sortes de sous-titres (chinois, anglais et malaisiens), le fait même de pouvoir découvrir si rapidement ce film est en soi un petit exploit qui fait chaud au cœur. Arrive alors le visionnage tant attendu de Full Alert... et là, surprise : inexplicablement, je m’empare du téléphone et fait part à ma mère (ce que je ne fais jamais !) de ma vision traumatisante d’un film, un polar hong kongais, dont les premières images du générique de fin me hantent... comme si une peur (une crainte ?) refoulée au plus profond de moi devait être exorcisée par les paroles réconfortantes d’une mère... Fin avril 98, soit quatre mois avant l’acquisition de mon lecteur de DVD, j’achète celui de Full Alert qui devient ainsi mon premier DVD...

Avec Full Alert, Ringo Lam repousse les limites du polar hong kongais ; manichéisme totalement proscrit du scénario, une noirceur exacerbée frôlant le poème mortuaire, une peur et une aversion pour la mort ressenties à chaque plan... Ce n’est certainement pas un hasard si Lam, au sommet de son art, ne privilégie pas les séquences d’action au détriment des scènes de comédie (dans le sens "jeu"), et vice versa. Y a-t-il des bons et des mauvais ? Les truands sont ils dénués de sentiments ? Peuvent-ils éprouver amour et compassion ? Qu’est-ce qui différencie réellement un policier d’un voyou ?... Les personnages interprétés par Lau et Ng sont ostensiblement les mêmes, hormis le côté de la loi duquel ils se trouvent, rien ne les distingue, ils sont identiques, rien ni personne ne peut affirmer que l’un est bon et l’autre mauvais ; ils ont les mêmes craintes, les mêmes phobies, ils aiment de la même façon... Lors d’une magnifique séquence où l’inspecteur Pao et Kwan parlent l’un face à l’autre de chaque côté du parloir, Lam fait en sorte que lors des champs/contre-champs, les visages des deux hommes soient en surimpression ; ainsi le visage de Pao se distingue sur celui de Kwan et inversement.

La mise en scène de Lam est un savant mélange de tonicité et de contemplation ; le côté tonique vient de l’utilisation d’une caméra épaule lors des séquences entraînant une poursuite ou une action de la police, quant au contrepoint de ce dynamisme visuel, il est représenté à l’écran par des plans habilement travaillés dont le moindre recoin est construit tel une toile de maître. Mais si sa réalisation est exemplaire, Full Alert doit également beaucoup à sa distribution sans faille ; Lau Ching-Wan (Too Many Ways to be No.1, Beyond Hypothermia, The Longest Nite), même s’il est toujours excellent, n’a jamais été aussi bon que dans le rôle de l’inspecteur Pao ; idem pour Francis Ng (9413, Bullets Over Summer, The Mission), qui livre ici une interprétation magnifique et magnifiée par un final atroce mais inévitable... Tous les autres, d’Amanda Lee (Shanghai Grand, The Magnificent Team, 9413) sublime de désespoir amoureux, à l’excellent Chin Kar Lok (Full Throttle, Operation Scorpio) ou encore Peter Yung (Final Option, Chinese Midnight Express 2) et Emily Kwan (The Untold Story, Victim), tous, sans exception, livrent ici l’une de leur plus belle performance. Le tout accompagné par une musique quasi subliminale et hypnotique de Peter Kam Pau-Tat.

Full Alert, polar d’une noirceur rarement égalée est selon moi le plus beau film de Ringo Lam ; un film sur l’amour, la mort et son appréhension... bref, un film sur la vie, tout simplement ; et les sanglots d’un homme, réconfortant quelques secondes auparavant sa femme, qui a le sentiment d’avoir perdu une partie de lui même, ne cesseront de me hanter...

Kuro | 22.02.2002 | Hong Kong

DVD | Mei-Ah | NTSC | All Zone | Format : 1:1:85 - 4/3 | Images : Pas top...la pellicule est très tachée. | Son : Mono, r.a.s. | Sous-Titres : Au choix anglais, chinois, japonais, coréens ou thaï. | Suppléments : rien !

Full Alert existe également en VCD (Mei Ah) et est sorti il y a quelques années chez HK Video en VHS (sous-titré en français). Il est aussi dispo chez HK Legends en zone 2 anglais.

aka Go Diy Gaai Bei | Hong Kong | 1997 | Un film de Ringo Lam Ling-Tung | Avec Lau Ching-Wan, Francis Ng Chun-Yu, Amanda Lee Wai-Man, Jack Kao, Chin Kar-Lok, Peter Yung Kam-Cheung, Emily Kwan Bo-Wai, Monica Chan Faat-Yung, Andrew Kam Yeung-Wa, Frankie Ng Chi-Hung, Lee Gin-Sang, William Cho Wing-Lim, Lee Siu-Kei
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Kangokujoi
Au-delà des montagnes
Mongol
Partho Sen-Gupta
Hit the Goal
Shaolin Soccer
I’m a Cyborg, but that’s OK
Womb Ghosts
Inside Man
Tokaido-Yotsuyakaidan
The Sniper
Sanpei the Fisher Boy
Infernal Affairs 3
The Missing Gun
Darkness
Musa
Gendai Ninkyô-shi
Kuchisake
La Légende De Zatôichi : Voyage Meurtrier
The Twilight Samurai
Black Kiss
Eternal Sunshine of the Spotless Mind
J’ai rencontré le diable
Half Twin