Heart of Dragon

Comme quoi, même en tapant dans les "vieux" films HK, on peut toujours avoir des surprises...

Sans doute influencé par bon nombre de mes lectures, j’ai toujours cru que l’incroyable Crime Story de Kirk Wong était le seul drame de la carrière de Jackie Chan. Vous le connaissiez, vous, ce Heart of Dragon réalisé à peu de chose près en même temps que Police Story par l’autre Lucky Star, Sammo himself ? Et bien, au risque de vous décevoir, moi pas. A tort, d’ailleurs...

Tat-Fung (Jackie Chan) a beau être membre du CID (l’un des nombreux sigles chers à Michael Fitzgerald Wong), il n’en caresse pas moins un avenir plus serein : depuis vingt ans, ce SWAT fraîchement "diplômé" rêve de devenir marin et de faire le tour du globe. Si Tat-Fung avait été seul au monde, il aurait sans doute quitté la police depuis longtemps. Mais c’est loin d’être le cas, puisqu’il a un grand frêre hors du commun à sa charge : Sammo Hung, gentil attardé d’une trentaine d’années, qui passe son temps à jouer avec les enfants des voisins.
Un jour, Tat-Fung annonce tout de même son départ de la police pour partir en mer. Si sa copine le prend très mal, il va sans dire que Sammo vit le départ de son petit frère comme un abandon, une fuite. Même les collègues du CID l’insultent et remettent en question leur amitié envers cet homme sans coeur et sans honneur. Tat-Fung est à bout, et ne sais plus quoi faire de sa vie... L’implication accidentelle de son frère dans une affaire de vol, qui finit par mettre sa vie en péril, va très nettement simplifier sa décision...

Typiquement eighties dans sa construction saccadée, Heart of Dragon (First Mission dans sa version japonaise enrichie de nombreuses scènes de combat hors-trame) est néanmoins particulièrement atypique dans la carrière de notre ami Jackie. Ce n’est pas la première fois que l’on voit l’acteur incarner un personnage au bord de la rupture, loin s’en faut : de Police Story à Rumble in the Bronx, Jackie s’est très régulièrement énervé pour parvenir à ses fins. Dans Crime Story, la situation est déjà un peu différente puisque le flic incarné par Jackie Chan se rebelle non plus seulement contre les "méchants" de l’histoire, mais aussi contre un système judiciaire trop corrompu (les prémisces d’une colère contre ce système judiciaire HK sont d’ailleurs déjà très nettement lisibles dans le premier Police Story) - c’est à cette occasion que l’on découvre pour la première fois une véritable hargne, aussi bien chez le personnage que chez le comédien. Plus extrème encore, Heart of Dragon parvient à faire de Jackie, à plusieurs reprises, un personnage cruel et égoïste, non pas de caractère mais par incapacité : incapacité à faire de son grand frère un homme, à réaliser ses rêves, à contenter sa petite amie. Pour la première fois, Jackie incarne un personnage qui est véritablement frustré, en dehors d’un quelconque engagement politique. Ici, Jackie est humain, faillible, et déclare en pleurant à son grand frêre boudeur qu’il a déjà pensé à l’étrangler pour simplifier leur vie à tous les deux.

Si cette dernière scène est la plus surprenante du film - n’oubliez pas que c’est Sammo Hung qui joue le Raymond Babbit de service - ce n’est pas la seule à faire preuve d’une énorme sévérité. Du coup, dans sa première moitié, Heart of Dragon est un véritable drame, sans la moindre scène d’action - ce qui en décontenancera plus d’un.
La seconde moitié marque presque le début d’un autre film (sa vision en Laserdisc rend d’ailleurs la structure fort déconcertante). Avec l’implication de Sammo dans une affaire de vol, qui poussera Tat-Fung à agir contre la loi pour sauver son grand frère, le film prend la direction de l’actionner traditionnel à la Jackie Chan : poursuite motorisée spectaculaire menant sur un affrontement final de près de vingt minutes, magnifiquement construit en crescendo. L’évolution du combat, de la distance de l’arme à feu à la proximité du coup de poing, est parfaitement filmée par la caméra toujours en mouvement de Sammo Hung (qui ne se bat pas une seconde dans le film), et surtout montée avec un rythme redoutable, très représentatif des films HK des années 80.

Très à part dans la filmographie de Jackie Chan, Heart of Dragon donne donc dans le drame complet (presque larmoyant, c’est vous dire) avant de verser dans l’action pure. Mais l’épilogue du film nous rappelle que c’est avant tout l’histoire d’un homme frustré, qui, à cause d’un frère qu’il ne peut abandonner, se verra contraint de laisser tomber ses rêves. Un compromis aussi réaliste que pessimiste, que Jackie Chan ne nous offrira sans doute plus jamais au cours de sa carrière. Rien que pour constater la fin de course de cette trajectoire instable et surprenante, Heart of Dragon mérite très largement d’être vu.

Akatomy | 9.04.2002 | Hong Kong

Heart of Dragon est disponible en DVD HK all zone chez Mega Star (désolé, pas vu !).

aka Heart of the Dragon - First Mission | Hong Kong | 1985 | Un film de Sammo Hung Kam-Bo | Avec Jackie Chan Sin-Lung, Sammo Hung Kam-Bo, Emily Chu Bo-Yee, Dick Wei, Mang Hoi, Melvin Wong Kam-Sum, James Tien Chun, Tai Po, Chin Kar Lok, Yuen Wah, Wu Ma, Lam Ching-Ying, Corey Yuen
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Talking Cock
Kung Fu Hip Hop
Midnight Fly
Raped By An Angel 4 : The Raper’s Union
L’Anguille
Macabre
Banlieue 13
La véritable histoire de Wong Fei Hung + L’héroïne rouge
Tiresia
Crime et Châtiments
Forever the Moment
Invitation Only
Les Cendres du temps
Dagon
BloodRayne
The Revenge : A Scar That Never Disappears
Hentai Land
Starry, Starry Night
Tomie Another Face
Rinco’s Restaurant
Mutt Boy
Kamen Raidâ : The First
Dracula, pages tirées du journal d’une vierge
Street Fighter : The Legend of Chun-Li