Herbal Tea

Lam May-Chu (Candy Lo) est propriétaire d’un troquet de thé aux herbes, légué par ses parents. Ceux-ci sont décédés alors qu’elle n’avait que 14 ans et pour cause : ses parents avaient 65 ans lorsque May est née ! Un miracle qui s’explique semblerait-il, par les vertus des différents thés aux herbes préparés par la famille Lam, et dont May fait profiter tout le quartier. Et quand elle ne soigne pas ses voisines ou l’impuissance de leurs maris, May leur donne des cours d’arts martiaux, s’occupe de leurs enfants, répare leurs appareils électro-ménagers... bref, May n’a peut-être aucune vie sentimentale - en dépit de l’affection que lui portent l’un de ses vendeurs, sumotori wannabe, et Tiniball, calligraphe sur ses vieux jours qui tient la boutique en face de la sienne - elle n’en a pas moins une vie trépidante, rythmée par son altruisme naturel. Un jour, un tournage impliquant l’actrice fétiche de May, Linda, se déroule a proximité du bar à thé. Notre Mère Theresa locale y fait la rencontre de Dan (Jordan Chan), cascadeur et petit ami de Linda, auquel elle loue un appartement dans l’immeuble face au bar. Quand Dan se fait plaquer par l’actrice, May est bien décidée à remonter le moral de son nouvel ami ; elle l’accompagne notamment dans sa quête d’un véritable rôle au cinéma, en attendant l’occasion de l’aider à regagner le coeur de sa belle...

Herbal Tea marque une nouvelle incursion de Herman Yau dans le cinéma grand public et bon enfant, terrain qu’il explore de plus en plus régulièrement comme en témoignent les récents Give Them a Chance, Happy Family et autres Papa Loves You. L’ex-pape du Cat III retrouve pour l’occasion Candy Lo, qui s’était déjà prétée à ses délires sur Happy Family, pour une comédie romantique moins anecdotique qu’il y parait...

Si la trame du film, romance classique narrant l’évolution d’une amitié en relation amoureuse, est tout sauf originale, Herbal Tea marque des points de façon inhabituelle, à la force de son cadre et d’une sous-couche légèrement humoristique en forme d’hommage. Commençons donc par nous pencher sur le cadre de l’histoire... Dés la séquence d’introduction de Herbal Tea, visant à dresser un portrait complet de la personnalité de May, le spectateur comprend que Herbal Tea sera une histoire urbaine traitée de façon rurale ; à savoir que nous ne sortirons que très peu des rues attenantes au bar à thé, pour la simple et bonne raison que s’y jouent le théâtre de la vie et de la mort pour l’héroïne. Le récit semi-comique du décès de ses parents, au pied de leur bar, en est la meilleure illustration. Du coup, les rues de Hong Kong qui paraissent d’habitude si clinquantes et agitées, sont montrées ici sous un nouveau jour, rythmées non pas par un individualisme contemporain mais par un rapport aux autres d’une rare générositée, presque anachronique.

Cette approche nouvelle des rues hongkongaise, est un pretexte idéal à la redécouverte de son industrie cinématographique. Et il apparaît à la fin de Herbal Tea, que la comédie romantique n’est qu’un prétexte pour Herman Yau, désireux de rendre hommage à tous ces acteurs et cascadeurs anonymes, qui travaillent comme des forcenés pour faire du cinéma HK ce qu’il a toujours été. Le personnage de Jordan Chan, Dan, est le lieu d’expression de nombreux clins d’oeils, au travers d’excellentes séquences où l’on se penche sur ses figurations improbables dans Hard Boiled et autres classiques locaux. Il permet aussi au réalisateur de faire un clin d’oeil à son acteur fétiche et ami, l’immense Anthony Wong, au cours d’une scène où Dan se retrouve à participer au tournage d’un film de Catégorie III. May l’encourage et lui rappelle à juste titre, que cela n’a pas empêché certains acteurs de recevoir de nombreux prix...

Sous couvert de comédie légèrement loufoque - Herman Yau reste Herman Yau, et les quelques scènes de combat du film sont plutôt à prendre au second degré -, Herbal Tea dissimule une appréciation de la vie quotidienne des hommes et des femmes anonymes, qui font de Hong Kong et de son cinéma des territoires uniques. Candy Lo et Jordan Chan y sont excellents dans un surjeu volontaire, et l’auteur-réalisateur de Ebola Syndrome et The Untold Story nous apparaît une fois de plus comme un être généreux, tout aussi altruiste que sa délicieuse héroïne.

Akatomy | 17.08.2004 | Hong Kong

Herbal Tea est disponible en VCD et DVD HK chez Universe.

Hong Kong | 2004 | Un film de Herman Yau Lai-To | Avec Jordan Chan Siu-Chun, Candy Lau Hau-Yam, Li Li-Li, Patrick Tang Kin-Won, Hui Siu-Hung, Spencer Lam Seung-Yi, Belinda Hamnett, Simon Lui Yu-Yeung
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Jay and Silent Bob Strike Back
Hidenori Okada
Dirmawan Hatta
Doppelgänger
Crows Zero II
4:30
Six Strong Guys
Yôkai Kidan
The Man Who Stole The Sun
Prière pour un tueur
Vital
Oki’s Movie
Horoscope 2 : The Woman From Hell
Resurrection of the Little Match Girl
Memories of Murder
Equilibrium
Magnificent Warriors
That’s Cunning ! Shijo Saida no Sakusen ?
Goodbye, South, Goodbye
Bloody Mallory
Sakuya : yôkaiden
Naked Poison 2
Paprika
Breathless