I Wish I Knew

Jia Zhang ke poursuit avec I Wish I Knew son travail de mémorialiste de la Chine. Cette dernière réalisation ne défriche pas de nouvel horizon cinématographique, elle s’inscrit dans la lignée de ses films précédents, Still Life et 24 City. Elle lui offre pourtant l’occasion d’élargir son propos, jusque-là limité à l’époque de la Chine communiste.

En accueillant l’exposition universelle de 2010, Shanghai redevient la capitale économique et culturelle de la Chine qu’elle était avant 1949. En évoquant Shanghai, ou plutôt les shanghaïens restés sur place ou émigrés à Taïwan et à Hong-Kong, Jia Zhang ke revisite l’histoire moderne de la Chine. Les souvenirs évoqués sont aussi bien ceux des démocrates, que des nationalistes ou des communistes, victimes les uns des autres. Jia Zhang ke cherche à réconcilier la Chine avec elle-même. Cinéaste de la mémoire, il fait revivre des modes de vie disparus. Un extrait des Fleurs de Shanghai illustre ainsi le "phénomène" des concubines.

I Wish I Knew se différencie de ses dernières réalisations par la place particulièrement importante accordée à la dimension culturelle [1]. Si ses films font habituellement usage de références cinématographiques, comme La petite fleur dans 24 City ou John Woo à plusieurs occasions, les arts prennent une place particulièrement importante dans cette dernière œuvre.

Les témoignages les plus nombreux sont en effet ceux de personnalités ou de descendants de personnalités du spectacle. La fille du réalisateur Fei Mu nous apprend ainsi dans quelles conditions Printemps dans une petite ville, l’un des grands classiques du cinéma chinois, est né. Les studios n’étaient pas utilisés et allaient perdre de l’argent, le feu vert pour le tournage a donc été donné ! Le témoignage de Rebecca Pan, la tante du personnage jouée par Leslie Cheung dans Nos années sauvages, ne peut réprimer une larme au souvenir des difficultés rencontrées avec sa mère lors de leur arrivée à Hong-Kong. Cette scène est la plus émouvante du film.

Certaines interventions sont plus surprenantes. Une des femmes interviewées se révèle être la fille de Du Yesheng, le chef de la Bande Verte, l’une des plus célèbres triades du Shanghai des années 30, qui opérait depuis la concession française.

Le film impressionne par la science du rythme et du montage de Jia Zhang ke. D’autant plus qu’il ne contient aucune action à proprement parler, seulement des interviews, entrecoupées d’extraits de films, de scènes de rue et, comme toujours chez Jia Zhang ke, de nombreuses scènes de déplacements. Le montage a la fluidité d’un enchaînement de tai-chi, donnant au film une classe folle avec ses doux panoramiques.

Film de commande pour l’exposition universelle, I Wish I Knew comporte certaines scènes obligées : les travaux nécessaires à la préparation de cet évènement. Mais plus important, dans son approche du Shanghai contemporain, le réalisateur désamorce la glorification de cette époque en choisissant des personnages bien superficiels comparés aux témoins des périodes précédentes. Pas de capitaines d’industrie pour glorifier le succès économique chinois, mais un riche boursicoteur qui a découvert que, dans des marchés très inefficients, il est possible de tirer d’importants profits très simplement. La seconde personne est un écrivain à succès, beau gosse et pilote de voiture de course...

Kizushii | 6.08.2010 | Chine

I Wish I Knew a été présenté au festival de Cannes en 2010, dans la sélection Un Certain Regard.

[1A l’exception notable de son deuxième film, Platform, mais qui a été réalisé il y a déjà 10 ans.

aka I Wish I Knew, Histoires de Shanghai - Hai Shang Chuan Qi | Chine | 2010 | Un film de Jia Zhang ke | Avec Zhao Tao et 18 témoins
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Une fiancée pour papa
Gun Crazy Episode 3 : The Big Gundown
Luna Papa
Tetsudo-en (Poppoya)
Nightmare
Nightmares in Precinct 7
La perle rare
China Strike Force
Mother India
La Petite balle lancée par un nain
Lost Souls
Queen Kelly
Way of Blue Sky
Duel à mort du sorcier chinois
One Night Husband
My Hero
Human Lanterns
Kokkuri
Casino
13 Assassins
A Lonely Place to Die
Destination finale 2
The Devil Came From Akasava
We Don’t Care About Music Anyway...