Inochi

Magnifique combat pour la Vie...

Miri Yu est écrivain. Lorsqu’elle tombe enceinte d’un homme marié, elle comprend vite que celui-ci n’est pas prêt à quitter sa femme... Seule, elle se tourne vers son ex, Yutaka Higashi un metteur en scène de théâtre, afin de trouver conseil et réconfort. Miri ne sait que faire de l’enfant, et n’est pas sûre d’être capable de l’élever seule. Quelques temps après leurs retrouvailles, Higashi apprend qu’il est atteint d’un cancer très avancé. Ils décident alors tous deux, qu’il fera tout pour combattre ce mal qui le ronge, et qu’elle donnera naissance au bébé pour vaincre la mort...

Traiter d’un sujet aussi pénible et douloureux que la maladie, en l’occurrence ici le cancer, n’est pas aisé. Comment éviter de tomber dans une sorte de pessimisme oppressant ? c’est assurément la question s’est posé Tetsuo Shinohara (Hatsukoi, Love Cinema vol.4 - Harikomi), le réalisateur d’Inochi, très certainement aidé par la base que constituent les trois romans autobiographiques écrits par Miri Yu, Inochi, Tamashii et Ikiru... Inochi est avant tout le combat d’un homme contre le temps et la maladie. Un homme qui voit dans la naissance de l’enfant que porte Miri, sa propre renaissance, et par là même la lueur d’espoir qui lui donne envie de se battre. Mais ce combat est à double tranchant ; si Higashi se sait condamné, il va au fur et à mesure que l’échéance s’approche, regretter un futur qu’il ne connaîtra jamais, une vie avec un enfant qu’il ne verra jamais grandir...

...Inochi se situe donc au carrefour de l’existence de deux personnages. Miri, dont le talent d’écrivain n’est plus à prouver, perd toute confiance en elle, et se retrouve dans une position délicate ; doit-elle garder cet enfant qui n’aura jamais de père, et le veut-elle vraiment ? Assurément non, tout du moins dans un premier temps... Petit à petit, elle semble se désincarner, s’éloigner de son corps qui ne lui appartient plus vraiment, et sombre dans un état de dépression qui semble irrévocable...
Puis, apparaît Higashi, amant/mentor de la jeune femme, sorte de Pygmalion, il reste son seul véritable amour, même si leur séparation fût aussi brutale que passionnée. A l’annonce de l’aspect irréversible de sa maladie, Higashi ne semble pas véritablement touché... Il se sent fort, et se dit qu’il pourra affronter la mort en homme, sans crainte ni regrets...

...lorsqu’il apprend que Miri est enceinte, il change légèrement son fusil d’épaule, et se dit que cet enfant est un cadeau, comme s’il allait revivre à travers lui. Higashi décide donc de tout faire pour combattre son cancer, et part aux Etats-Unis durant de nombreux mois, où il suit une thérapie intense... Mais la maladie est plus forte, et son retour au Japon ne fait prendre conscience aux deux êtres, que du temps perdu, en vain... pour rien.

Lorsqu’Higashi revient d’Amérique, c’est en homme affaiblit qu’il apparaît à ses amis. Quant à Miri, elle est devenue une femme plus forte, plus vivante et moins prisonnière de la condition de victime dans laquelle elle s’était enfermée jusqu’alors. Elle comprend que la vie qu’elle porte en elle est la plus belle chose qui puisse lui arriver, et va petit à petit aimer à nouveau, aimer la vie, et tout faire pour que son enfant soit heureux... Mais rien n’est simple, et tandis que la vie fait son apparition, Higashi dépérit de plus en plus, s’affaiblissant, transformé par ce mal incurable qui le ronge, faisant d’un homme fier et fort un être apeuré par la mort, et par l’image qu’il renvoie aux autres... et à lui-même... Miri se retrouve dans l’étrange position d’accompagner un homme vers la mort, et un enfant dans la vie...

Pour son vingt-deuxième film, le prolifique Testuo Shinohara - quatre films réalisés en 2002 -, ex-assistant réalisateur de Yoshimitsu Morita et Ryosuke Hashiguchi, s’entoure d’un casting sans faille pour faire vivre l’univers créé par l’écrivain Miri Yu ; c’est la sublime Makiko Esumi (Pistol Opera) qui interprète Miri, avec force et fragilité... Quant à Higashi, c’est l’excellent Etsushi Toyokawa (Kizudarake no Tenshi) qui trouve ici l’un de ses plus beaux rôle, en même temps que l’un des plus difficiles qui soient. A leurs côtés, se mêlent Toshio Kakei, Goro Kishitani, ou encore Kirin Kiki et Kumiko Asô, respectivement dans les rôles de la mère et de la sœur de Miri... Quand à la magnifique partition de Tatsuya Murayama [1], elle transporte le film vers des horizons d’une intense émotion.

Profondément triste et d’une beauté qui n’a d’égal que l’émotion qu’il dégage, Inochi est empli d’un espoir profond, personnifié par un enfant qui a tout à apprendre de la vie. Tetsuo Shinohara accouche d’un film magnifique, dont le spectateur restera hanté par les pleurs d’un homme qui sait qu’il ne verra jamais grandir l’enfant qu’il tient dans ses bras...

Kuro | 28.09.2003 | Japon

DVD (HK) | IFL en association avec Kam & Ronson Enterprise | NTSC | All Zone | Format : 1:1:85 - 4/3 | Images : Un master criblé de taches et griffures, sans parler du pressage en lui-même qui offre un 4/3 déplorable... et vive la régression ! | Son : Le 5.1 indiqué sur la jaquette se transformera étrangement en une stéréo sans la moindre ampleur dans votre lecteur de DVD...

Suppléments : ...rien !

Ce DVD comporte des sous-titre chinois et anglais optionnels, mais affichés en même temps ! En gros, pas de sous-titres, ou les deux...

DVD (Japon pas vu) | Toei | NTSC | Zone 2 | Format : 1:1:85 - 16/9

Suppléments : Making of, images tournées lors de la présentation du film au Festival de Montréal, teasers/trailers...

[1La très belle chanson du film, Whishing on the Same Star est interprétée par Namie Amuro.

aka Life | Japon | 2002 | Un film de Tetsuo Shinohara | D’après les romans Inochi, Tamashii et Ikiru écrits par Miri Yu | Avec Makiko Esumi, Etsushi Toyokawa, Toshio Kakei, Kirin Kiki, Kumiko Asô, Goro Kishitani, Yuki Saito, Mitsuru Hirata, Yasufumi Terawaki, Toshie Negishi, Toru Emori
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Hinokio
The Legend of Speed
Bad Movie
Heroic Duo
Maborosi
Kôji Fukada et Ken Fukazawa
The Haunted Cop Shop 2
Black House
Dark in the White Light
Les Nuits rouges du Bourreau de Jade
The Heavenly Kings
Secret Sunshine
Trouble Maker
Panic in High School
Fighter in the Wind
Elephant Song
8000 Miles 2
Shara
Trio afghan
Cheng Wen-tang | Lu Yi-ching
Chinese Odyssey 2002
The Imp
Stereo Future
The Record