It’s a Dream

S’il n’a pas été récompensé, It’s a Dream est l’une des bonnes surprises de l’édition 2012 du Festival des 3 Continents. Malgré toutes les restrictions auxquelles il est confronté, le cinéma iranien parvient encore régulièrement à nous offrir de bons films.

Étudiante, Roya a cru aux promesses de richesse immédiate et sans peine du dirigeant beau parleur d’une société. Mais cette entreprise cache en réalité une pyramide financière. Elle va découvrir sans le savoir une des règles d’airain de la finance : la rentabilité d’un investissement est proportionnelle au risque pris. Roya a beau démarcher des personnes qu’elle espère aussi crédules qu’elle dans les gares routières de la capitale, elle n’en convainc aucune de la remplacer dans la combine. Acculée, elle a finalement emprunté 7 millions de tomans à la cousine de sa colocataire du pensionnat, mais n’arrive pas à trouver le moyen de les rembourser. Sans le savoir, elle se retrouve enfermée dans un double piège.

It’s a Dream est un film souterrain. Dans sa conception notamment, puisqu’il a été tourné sans autorisation. Pour pallier cette difficulté, le réalisateur a choisi de tourner la très grande majorité des scènes dans des endroits clos : voitures, le pensionnat de Roya, maisons... Les rares plans à l’extérieur sont filmés, soit dans des rues résidentielles désertes, soit de loin sans que la foule puisse se douter qu’un tournage est en cours. La difficulté de faire un film dans ces conditions semble apparaître lorsqu’un homme intervient, vitupérant contre la scène en cours. Mais est-ce un acteur ou un iranien ordinaire qui proteste contre le tournage ? Mystère. C’est terminé dit un des personnages, comme s’il disait coupez pour arrêter la scène. Étonnant.

Ce film a été réalisé à l’abri de l’œil inquisiteur des autorités, tout comme se déroule une partie de la vie des iraniens. It’s a Dream parle d’une société en liberté très surveillée. Une dictature qui compte le nombre de fois que l’on pisse [1] ou plus poliment qui flique même les comportements les plus personnels. Cette surveillance est personnifiée dans le film par le cerbère en tchador à l’entrée du pensionnat où loge Roya. À chaque fois qu’elle souhaite sortir ou que quelqu’un vient lui rendre visite, il faut montrer patte blanche ou biaiser avec le système.

Devant cette absence de perspectives, vers où peuvent se tourner les Iraniens ? Vers le ciel, réflexe logique dans une théocratie, mais ici dans une version plus terre à terre. Par deux fois, la caméra pointe vers le ciel pour filmer un avion. Comme le dit Medhi, le petit ami de Roya, l’émigration semble être la seule solution. Celle de nombreux cinéastes iraniens ces dernières années est la partie immergée de l’iceberg.

Les autres, ceux qui ne le souhaitent pas ou n’ont pas les moyens d’émigrer, doivent faire avec la réalité du pays. Dans ces conditions difficiles, la tentation est grande de croire aux solutions miraculeuses. Lorsqu’ils quittent les chemins officiels, ils s’exposent aux aigrefins de tout poil et les plus faibles sont forcément les plus susceptibles d’être les dindons de la farce.

Menant son film tambour-battant, le réalisateur Mahmoud Ghaffari parvient jusqu’au bout à maintenir la tension. Il montre comment plus son héroïne se démène – et elle le fait avec une belle force de caractère -, plus elle s’enfonce définitivement, comme dans des sables mouvants. Les forces souterraines sont trop puissantes.

It’s a Dream a été présenté lors de l’édition 2012 du Festival des 3 Continents (Nantes), en compétition officielle.

[1Réplique de Pierfrancesco Favino dans Piazza Fontana, l’un des bons films de cette fin d’année.

aka In Yek Royast | Iran | 2012 | Un film de Mahmoud Ghaffari | Avec Hadis Miramini, Elham Kerda, Mehdi Pourmosa, Behrang Alavi
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Ryû ga gotoku : gekijô-ban
Make it Big
City Under Siege
Rise
Dangan Runner
The Art of Fighting
Ran
Ran
Bombón (El Perro)
Four Women
30 jours de nuit
Jiang Hu
The Doll Master
Sympathy for Mr. Vengeance
Ju-on 2
Casino
Kakera
The Bullet Train
Licence to live
August In The Water
39 -Keihô Dai Sanjûkyu Jô-
Return to a Better Tomorrow
Antenna
Loved Gun
Horus, prince du soleil