Jade Goddess of Mercy

"Do you believe in retribution ?"

Un ami de Yang Rui lui fait part de l’arrivée dans son club de Tae Kwon Do, d’une jeune femme naturellement belle et simple, qui pourrait bien lui plaire s’il acceptait de relever le défi d’approcher celle qu’il qualifie de « femme guerrière ». Yang Rui tente en effet de séduire He Yanhong, mais la jeune femme, froide et solitaire, ignore ses avances et attentions. Un soir, elle le repousse même d’un coup de pied ; un contact qu’elle regrette rapidement et qui lui permet de s’ouvrir au séducteur résigné. Un rapprochement qui marquera le début d’une chute pour les deux personnages : Yang Rui doit démissionner de son travail, car sa boss et petite amie sait tout de sa relation avec Yanhong. Influente, elle se débrouille même pour faire perdre à la jeune femme son emploi dans le club de Tae Kwon Do, et en profite pour asséner à Yang Rui un dernier coup. Savait-il que cette femme qu’il prétend aimer, lui cache l’existence d’un enfant ? Yanhong lui explique que le père de l’enfant est mort et que c’est de sa faute, mais n’en dit pas plus pour l’instant. Elle n’a pas le temps de regagner la confiance de Yang Rui que celui-ci se retrouve en prison, victime du dernier piège tendu par son ex, qui utilise un pot de vin qu’elle lui avait demandé d’accepter pour le condamner. Lorsque Yang Rui est libéré, grâce à l’intervention d’une relation de Yanhong, la jeune femme n’est plus à Pékin. Dans une longue lettre, elle lui dévoile sa véritable identité : celle de An Xin, membre des forces de l’ordre spécialisée dans la lutte contre la drogue dans sa région d’origine du Yunnan, à Nande. Fiancée à Tiejun, journaliste consciencieux, elle s’éprend du jeune et insolent Mao-jie, sans se douter des conséquences de leur relation...

Jade Goddess of Mercy est l’adaptation par la réalisatrice Ann Hui (Zodiac Killers, Visible Secret, Summer Snow, Song of the Exile) d’un roman chinois populaire de l’auteur Hai Yan. Polar dramatique, c’est une œuvre atypique, qui réussit là où beaucoup échouent, à trouver un équilibre identitaire, entre le mélodrame et l’actionner nihiliste.

Au cœur de Jade Goddess of Mercy réside He Yanhong / An Xin, femme qualifiée d’incarnation de cette déesse par Yang Rui, qui sert de narrateur dans cette histoire aux multiples visages. Elliptique, sa rencontre avec He Yanhong se fait en accéléré, ne s’attardant que sur les étapes décisives de l’évolution de leur relation. Dans cette première partie, la narration du film est quelque peu déroutante et l’on a l’impression d’assister à un biopic par proxy, tentant de percer à jour l’intimité de la femme incarnée par la merveilleuse Zhao Wei (Green Tea). Pourtant les traces du motif de condamnation tissé par Ann Hui sont déjà distillées dans les premiers dialogues entre les deux protagonistes, avec la réaction craintive de Yanhong à l’évocation par Yang Rui, du châtiment qu’il faut savoir accepter pour vivre en toute sérénité. “You believe in retribution ?” Pourquoi cette femme a-t-elle peur des retours de bâton de la vie ? C’est le véritable propos du film, qui profite de l’incarcération de Yang Rui pour nous plonger dans le drame qui a défini la frilosité d’An Xin face à son quotidien.

Dans cette seconde partie, Jade Goddess of Mercy navigue entre les frasques amoureuses de son héroïne, incapable de résister à ses prétendants, et l’opposition de son comportement en tant que femme flic, brutale et sûre d’elle. Le destin se chargera de réunir les deux facettes d’An Xin dans une même problématique au travers de sa rencontre funeste avec Mao-jie, qui est l’occasion de tisser un liant pertinent entre le mélodrame et le polar sombre. Ann Hui, une fois de plus au travers d’une simple phrase, affirme le caractère inévitable de la condamnation de son personnage, dont Mao-jie déclare qu’elle sera incapable de l’oublier, bien au-delà de leur rupture. Une prophétie d’abord simplement amoureuse, qui devient lourde de sens lorsqu’An Xin, flic, affronte un Mao-jie qu’elle ne connaît finalement pas, dealer de drogue, et condamne sa famille. Pour autant, le film ne verse pas intégralement à partir de cet instant, dans le polar pur. Ann Hui maintient jusqu’au terme de cette histoire pessimiste, l’équilibre entre pathos et action, avec un talent sobre. Une simplicité qui est à l’image de l’interprétation de Zhao Wei : la femme timide ne se transforme pas en super flic - même si elle en est une - mais devient une autre de façon fluide, sans extravagance. Le personnage n’est aucunement schizophrène et c’est ce qui permet à Jade Goddess of Mercy de réussir si brillamment sa rencontre délicate de deux genres bien distincts, de les confronter sans se contenter de les juxtaposer. Ann Hui ne cède à aucune larme facile, à aucune emphase, pour amener An Xin au terme de son errance terrestre. Sombre à en pleurer, le final du film est aussi méchant que logique, conclusion inévitable du motif retenu par la réalisatrice, similaire dans son caractère inéxorable au mécanisme de violence qui construit le Sympathy for Mr. Vengeance de Park Chan-wook. Avec une différence notable tout de même : au cœur de cet univers impitoyable, de ce cycle de mort et de destruction familiale et filiale, An Xin / Zhao Wei est un rayon de soleil à l’éclat particulier, brillant et terne à la fois, dont la chaleur, destructrice, est simplement envoûtante.

Akatomy | 24.05.2007 | Chine

Jade Goddess of Mercy est édité en DVD et VCD HK par Universe. Chapeau bas à l’éditeur pour une édition VCD dégueulasse, au débit chaotique et au ratio applati, qui ne fait jamais justice à l’intelligence de la réalisation de Ann Hui ou au charme singulier de son actrice. Sans oublier que le "résumé" du film sur la jaquette, raconte l’histoire dans son intégralité...

aka Yu guanyin - Goddess of Mercy | Chine | 2003 | Un film de Ann Hui | Avec Vicki Zhao Wei, Nicholas Tse Ting-Fung, Liu Yunlong, Sun Haiying, Chen Jianbin
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
6ixtynin9
Millennium Mambo
Funuke Show Some Love, You Losers !
Mission : Impossible III
Taxi Hunter
Red Room 2
Frugal Game
Kié la petite peste
RoboGeisha
Waiting in the Dark
Plaisirs inconnus
Blue Swallow
Crime of Beast 2
Dai-Nipponjin
Mohouhan
Love in a Puff
Kunoichi Ninpô Chô
Lilya 4-ever
Chansons paillardes : ah ! les femmes
Ah Beng Returns
The Blacksheep Affair
Hara-Kiri
Orokamono - Kizudarake no Tenshi
Shin Kankin Toubo