Le Pornographe

Le missionnaire...

Subu Ogata (Shoichi Ozawa) exerce deux professions : représentant de commerce en instruments médicaux et pornographe. Pornographe, il l’est plutôt par vocation et non pour l’argent ; car pour lui, il s’agit en quelque sorte d’une mission sanitaire. Il apporte le bonheur aux nombreuses personnes, qui s’épanouissent sexuellement grâce aux films qu’il produit, et aux vierges qu’il fournit. Sa vie se partage entre ses activités et sa "famille". Il vit à Osaka, avec Haru Masuda (Sumiko Sakamoto), une coiffeuse veuve et ses deux enfants, un garçon Koichi (Masafumi Kondo) et une fille Keiko (Keiko Sagawa). Haru, toujours fidèle à son défunt mari, refuse de l’épouser. Ogata est perturbé par cette relation douloureuse avec Haru, la police le contrarie et ses amis ne cessent de lui demander de l’argent. Il se sent de plus coupable de l’accident d’enfance de Keiko, marquant à jamais ses jambes d’une cicatrice indélébile et du désir qu’il éprouve désormais. Haru redoute la colère des démons et surtout d’un poisson, sorte de carpe obèse, réincarnation de son mari. Et pour régler le problème elle lui propose d’épouser sa fille. Son fils se met en ménage avec une prostituée, elle en perd la raison. Désespéré, Ogata se livre alors à la débauche et finira par se couper du monde, en tentant cependant de soulager une dernière fois la gente masculine. Il créé une sorte de femme artificielle, grandeur nature, avec tous les attributs et attraits féminins et sans les défauts humains de sexe faible. Il refuse de vendre son invention et s’en va poussé par la vague qui l’a libéré, vers le grand large.

Adaptation d’un roman scandaleux de Akiuyki Nosaga (Introduction à l’anthropologie, 1965), Le Pornographe est un film étrange, absolument moderne, qui traite de sujets douloureux comme la pornographie, l’inceste ou la folie, sans verser dans la facilité, et chose exquise, sans se livrer au voyeurisme. Les scènes les plus perturbantes sont désamorcées dans leur noirceur, par la compassion et disons l’humour du cinéaste. Il ne juge pas ses personnages, ne prend pas parti, il les montre seulement tels qu’ils sont : faibles et désespérément humains. Mettant en scène une collégienne attardée aux prises avec un vieil amateur de jeunes filles en uniforme, il se contente de neutraliser l’horreur en s’abstenant de nous montrer l’aboutissement de la perversion, et en poussant le thème jusqu’au grotesque. Comment parvenir à attirer l’attention de la jeune fille ? En lui donnant une sucette. Qui lui donne la sucette ? Son père qui n’est autre que le commanditaire et acteur du film.

Imamura s’intéresse à cet univers comme le ferait un scientifique, il ne fait pas la morale, mais se contente de montrer scrupuleusement quels sont les travers de la société et des êtres qui la composent. La caméra-microscope privilégie le plan fixe sur les personnages, démonte chaque parcelle de leur vie, lorsqu’ils mangent, qu’ils bavardent et qu’ils font l’amour. La réussite majeure provient du fait qu’elle fait comme ou à la manière d’un voyeur. Le directeur de la photographie s’est ingénié à encombré le champ au maximum d’objets, de fenêtres, de cadres divers, pour nous mettre dans la position de celui qui observe physiquement la scène. Ou de celui qui voit celui qui prend plaisir à voir... Dérangeant, non ?

Sébastien Bondetti | 10.06.2004 | Japon

Le Pornographe est notamment disponible en DVD Criterion.

aka Jinruigaku nyumon - The Pornographers | Japon - 1966
Un film de Shohei Imamura | Avec Shoichi Ozawa, Sumiko Sakamoto, Masaomi Kondo, Keiko Sakawa
A Scene at the Sea
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Une affaire de famille
Have a Nice Day
Le Murmure de la pivoine
Poussières dans le vent
A Touch of Sin
Departures
Swordsman 2
Les Garçons de Fengkuei
Silver Hawk
Marronnier
L’île nue
Distance
Hi, Dharma
Twins Mission
Chocolate Inspector
Exilé
Lost in Translation
The Snare
My Blueberry Nights
Dil Chahta Hai
Mizu no nai pûru
The Man Who Watched Too Much
Taegukgi
Autograph
Dotsuitarunen
The Sniper
Piranha 3D
Shôrinji kenpô