Marriage is a Crazy Thing

Marriage is a Crazy Thing n’est pas le premier film coréen que nous ayons pu voir qui aborde la complexité des relations homme-femme en dehors de l’apparat traditionnel de la comédie romantique ; souvenez-vous notamment de Oh ! Su-Jeong (Virgin Stripped Bare By Her Bachelors) et de son approche très "Nouvelle Vague". Les deux films diffèrent néanmoins par leur point de vue : là où Oh ! Su-Jeong conservait pendant longtemps une distance (trompeuse) par rapport à ses personnages, optant pour une forme très travaillée de subjectivité, Marriage is a Crazy Thing choisit le camp du cynisme le plus complet. Un choix qui s’avère rapidement déroutant pour le spectateur...

Joon-Young est l’aîné d’une famille comptant trois enfants. Son problème ? Alors que son frère et sa soeur sont déjà mariés, il est encore célibataire - situation qui plonge sa mère dans un embarras plutôt anachronique. Du coup, l’un des meilleurs amis de Joon-Young - quant à lui sur le point de se marier - lui dégote une "blind date" avec une certaine Yon-Hee, une amie de sa future femme. Un après-midi à 15h00 devant un KFC, un journal roulé dans la main comme précisé par son ami, Joon-Young attend la jeune femme - mais il n’est pas seul ! Yon-Hee arrive cependant suffisamment en retard pour que le second prétendant du jour se décourage. La jeune femme plait beaucoup à Joon-Young, et pourtant il n’en laisse rien paraître ; d’une façon parfaitement mécanique, il emmène Yon-Hee au cinéma avant de lui offrir à dîner. Au cours du repas, Yon-Hee avoue qu’elle avait effectivement donné rendez-vous à une seconde personne, pour faire son choix : cette "blind date" est loin d’être sa première. Yon-Hee est tellement désespérée de se caser qu’elle enchaîne les rendez-vous avec les inconnus, dans l’espoir de trouver chaussure à son pied. Nos deux héros admettent que leur situation est pathétique, et pourtant le mécanisme de rencontre se poursuit ; ils se retrouvent dans un "love hotel", où ils passent la nuit ensemble, après avoir fait l’amour. Un comportement qui contraste fortement avec leurs échanges verbaux très durs, où chacun déclare regretter de ne pas être, à ce même moment, aux côtés de quelqu’un d’autre. En dépit du bon sens, Joon-Young et Yon-Hee continuent de se fréquenter, alors que la jeune femme persiste à cumuler les rencontres aveugles...

Ce qui rend Marriage is a Crazy Thing si déstabilisant, presque désagréable par moments, c’est le comportement de ses personnages. S’il devient très rapidement évident que Joon-Young et Yon-Hee pourraient parfaitement choisir de faire un long bout de chemin ensemble, chacun d’eux décide pourtant de lutter contre. L’idée en elle-même de deux personnages attirés l’un par l’autre, qui se rejettent par peur de s’engager est loin d’être nouvelle, mais Marriage is a Crazy Thing (qui est l’adaptation d’un roman visiblement très connu en Corée) va beaucoup plus loin que les drames passionnels classiques dans la mise en scène de ce rejet paradoxal.
Le couple "intermittent" formé par Joon-Young et Yon-Hee n’est qu’une partie d’un trio amoureux dont le troisième participant n’est jamais présent à l’écran. Cette troisième personne, c’est le mari de Yon-Hee ; et son absence est l’aspect le plus intéressant du film. En choisissant de ne traiter que la relation extra-conjugale de Yon-Hee, on pourrait croire que Marriage is a Crazy Thing s’intéresse en fait principalement au point de vue masculin de l’histoire, à cette "seconde roue du carrosse". En réalité, Joon-Young devient, par le biais de la mise en scène, le protagoniste principal non pas du film, mais de la vie sentimentale de Yon-Hee - véritable centre de ce constat particulièrement déprimant sur les couples du XXIème siècle.

Joon-Young en est une première facette : le fait d’être célibataire ne lui pose pas de véritable problème ; en réalité sa gène provient de celle ressentie par son entourage, et particulièrement par sa mère. C’est du moins ce qu’il pense dans un premier temps, et c’est ce qui lui permet d’avancer dans sa relation avec Yon-Hee de manière parfaitement détachée, au début. Puis le mariage intervient, et si Joon-Young conserve ce détachement ; celui-ci correspond désormais à une frustration à laquelle il ne s’était jamais préparé.
Yon-Hee, elle, prend le problème dans l’autre sens. Joon-Young est sans doute pour elle un compagnon idéal, mais il n’est pas un mari potentiel car il ne peut lui apporter le standing que la société se doit d’attribuer à une jeune femme de son époque. Elle sauve donc les apparences mais décide de se créer une vie parallèle avec Joon-Young, sans se rendre compte de la douleur qu’elle lui inflige de façon constante.

Les deux attitudes se recoupent au sein de quelques instantanés pris par Yon-Hee, qui souhaitait autrefois être photographe. Ce roman-photo fictif - ou tout du moins biaisé - opère un lien avec un rêve d’enfance inaccompli : cette partie cachée, alternative de sa vie (qui est pourtant la seule que nous lui connaissons) correspond à celle qu’elle aurait aimé avoir le courage de choisir ; tandis que son mariage découle de la voix imposée par la société. Seules ces photos traduisent l’authenticité des sentiments que les deux protagonistes éprouvent l’un pour l’autre.

Marriage is a Crazy Thing est donc un film douloureux : il devient très dur, au bout d’un moment, de regarder les protagonistes assumer leurs déceptions avec une telle nonchalance. Et pourtant on devine les intentions positives du réalisateur, qui sont de nous orienter vers une voix personnelle, de suivre nos rêves et d’écouter nos désirs. Il faut dire aussi que la relation improbable partagée par Yon-Hee et Joon-Young aurait de quoi décourager n’importe qui de faire autrement !

Akatomy | 6.10.2002 | Corée du Sud

Marriage is a Crazy Thing est disponible en DVD coréen, sous-titré anglais, édité par Enter One.

aka Crazy Marriage | Corée du Sud | 2002 | Un film de Yu Ha | Avec Eom Jeong-Hwa, Gam Wu-Seong
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Koji Hagiuda
All About Women
Serafuku to Kikanju
Juhn Jai-hong
Return of the Living Dead : Necropolis
The Twilight Samurai
Monsters
Hostel
Vampire Warriors
Dance, Subaru !
La Guerre des mondes
Mere Yaar Ki Shaadi Hai
Takeshi Kitano, l’imprévisible
Claustrophobia
Orokamono - Kizudarake no Tenshi
Renzoku bôkan
Peter Chan
Bijokan
Crying Fist
Herman Yau
Théâtre 1 / Théâtre 2
Intimate
Killing Angel
People Mountain People Sea