Master Q 2001

Herman Yau est vraiment surprenant ! Réalisateur culte d’abominables mais chef-d’oeuvrissimes ovnis cinématographiques tels que The Untold Story et autre Ebola Syndrome, il signe sous la houlette de Tsui Hark, le carton de l’année à Hong-Kong...

Master Q, Potato et Mr Chun, sont les héros d’une bande-dessinée très populaire en Asie. Un jour, leur créateur (Alphonso Wong Chak) décide de partir en vacances dans les montagnes de Chine pour y pécher avec Mr Chun ; Q et Potato se retrouvent alors livrés à eux-mêmes... Fred (Nicholas Tse - Time & Tide, Metade Fumaca), un jeune policier, est amoureux de Mandy (Cecilia Cheung - King of Comedy, Wu Yen) une jolie prof. Malheureusement, la mère de celle-ci s’oppose à leur idylle et lui arrange un mariage sans son consentement... ...c’est là qu’interviennent nos deux héros animés : Poursuivis par des membres des triades, Q et Potato sont à l’origine d’un accident qui plonge nos deux tourtereaux dans l’amnésie la plus complète...

Certes Master Q 2001 ne gagnera pas le prix du scenario le plus original de cette année, mais là n’est pas le but recherché. Bande-dessinée ultra connue dans l’ex-colonie, Master Q fut créée en 1962 par Alphonso Wong, chinois d’origine. Quarante ans après sa création sur papier, sa venue au grand écran ne pouvait passer que par un homme : Tsui Hark.

Le pari était de taille : faire de Master Q le premier film Hong-kongais mêlant acteurs "réels" et personnages de synthèse. Tsui Hark a donc fait appel au cultissime Herman Yau, réalisateur éclectique capable de passer de la comédie fantastique (série des Troublesome Night), au polar/triades (The Masked Prossecutor, War of the Underworld), sans oublier les crapuleuses Cat III, si chères au public local. En exagérant, c’est un peu comme si Dino De Laurentiis confiait l’adaptation cinématographique de Caliméro à Ruggero Deodato ( !)...non là j’abuse un peu...

Sur le plan technique, Master Q s’en tire avec les honneurs, utilisant à merveille les dernières technologies en matière d’images de synthèse, sachant que tout a été fait à HK (10 mois de post-production furent nécessaires). La sortie du film sera à tout jamais marquée d’une pierre blanche, tout du moins dans l’industrie locale (comme en son temps Stormriders), et il paraît tout à fait normal que ce projet soit associé à Tsui Hark, l’un (si ce n’est LE) des personnages incontournable en matière d’expérimentations cinématographiques, même s’il s’agit dans le cas présent d’un film "tous publics".

Au niveau de l’histoire en elle-même, le film étant destiné à un public jeune avant tout, on reste dans le classique, les scènes de comédie sentimentale alternant avec le comique et l’action, passant même par la comédie musicale ! Assez naïf (dans les grandes lignes), Master Q 2001 se laisse suivre sans ennui comme la sympathique comédie Hong-kongaise qu’il est. Ajoutez-y la "prouesse" technique et, rien que pour ça, il mérite votre attention.

Kuro | 28.06.2001 | Hong Kong

DVD
China Star Entertainment Group
Format : 1:1:85 - 16:9 (anamorphique !!!)
ImageS : Belles, colorées et bien définies, merci le transfert anamorphique !...bon comme d’habitude on n’échappe pas aux diverses rayures et taches de pellicule (ce qui est d’ailleurs étonnant compte-tenu de l’âge du film), mais ça...
Son : Très bon là aussi (mais que se passe-t-il ?!!), on a le choix entre du 5.1 et du DTS.
Sous-titres : Anglais ou Chinois
Au niveau des suppléments on a droit à un pseudo Making of de 5 minutes, qui tient plus de l’auto-promo que du documentaire, le trailer, des biographies/filmo des acteurs/réa/prod et du créateur de Master Q.

Disponible aussi en VCD sous-titré.

Hong Kong | 2001 | Un film de Herman Yau Lai-To | Avec Cecilia Cheung Pak-Chi, Nicholas Tse Ting-Fung, Chan Wai Man... mais surtout Master Q, Potato et Mr Chun !
The Sex Cannon Ball Run : Entretien avec Company Matsuo
Sea Fog
Yojimbo
Black Stone
Entretien avec Katsuya Tomita sur Bangkok Nites
Le Profond désir des dieux
To the Alley : The Films Kenji Nakagami Left Out
Oki’s Movie
Runaway
2000 AD
As Tears Go By
Men Suddenly in Black
Les chroniques de Riddick
Kishiwada Shounen Gurentai Kaoru-chan Saikyou Densetsu
Yamagata Scream
Alleycat Rock : Crazy Riders 71
Monrak Transistor
Yasagure anego den : sôkatsu rinchi
Kiken wo Kau Otoko
La Caja 507
Otage
Art of the Devil
Popee
Web of Deception
Natural City
Nid de Guêpes
The Taste of Tea
Real
A Colt Is My Passport
Wong Kar Wai, deuxième partie