Meurtre à Yoshiwara

Plus d’argent, plus d’amour.

Sano Jiro est un tisserand prospère et apprécié par tout le monde pour ses qualités humaines, de ses employés à ses sous-traitants en passant par ses clients. Il a été abandonné à sa naissance car il était défiguré par une vilaine tache entourant son œil droit. Toutes ses tentatives pour trouver une femme afin d’avoir un héritier ont échoué : les femmes ne supportant pas son visage défiguré. Lors d’un voyage à Edo pour y voir une femme célibataire, parente éloignée d’un client, ce dernier l’invite à Yoshiwara, le quartier des plaisirs. Il y fait la connaissance d’une prostituée de bas étage, Tamatsuru, qui n’est pas dégoûtée par cette marque. Sano Jiro croit enfin avoir trouvé la perle rare.

Tomu Uchida nous dépeint ce monde de la prostitution qui, s’il offre aux clients une échappatoire à la pesanteur sociale de l’ère d’Edo, est régi par des règles strictes comme le reste du Japon. Les maisons closes font partie d’une corporation qui veille au bon déroulement des affaires dans le quartier. Comme la société à l’extérieur du quartier, les prostituées sont classées selon une hiérarchie rigide. Tamatsuru, qui a essayé d’exercer le plus vieux métier du monde en dehors de Yoshiwara, est méprisée par les simples geishas qui elles-mêmes s’effacent devant les courtisanes de haut rang. Plus que des prostituées, ces dernières sont d’une certaine façon comparables aux danseuses dans l’Europe du 19ème siècle, qui étaient aussi admirées pour leurs compétences artistiques. Tout un monde gravite autour d’elles : maquilleuses, comédiens, apprenties, videurs...

Meurtre à Yoshiwara aurait pu s’appeler Malédiction à Yoshiwara. Tamatsuru et Sano Jiro sont tous les deux prisonniers de leurs destins. La première est condamnée par la société à demeurer à l’intérieur des murs clos du quartier des plaisirs : sorte d’enceinte prophylactique. Pour illustrer ce thème de l’enfermement, le réalisateur multiplie les plans montrant les murs isolant le quartier des plaisirs et les portes qu’il faut franchir pour y accéder. Il filme aussi fréquemment des vues de Tamatsura qui regarde à l’extérieur du bordel à travers les murs largement ajourés du bâtiment.

Deux alternatives s’offrent à elle : finir dans la fosse commune, comme la prostituée décédée dans le bordel d’à côté, ou trouver un miché suffisamment plein aux as pour acheter sa liberté. Sano Jiro a tous les attributs de la poire : riche, bon cœur, crédule... Bref, le pommier idéal à secouer pour le tenancier de la maison de tolérance et la maquerelle. Il est l’archétype de la personne aveuglée par l’amour que l’on retrouve dans de nombreuses œuvres et pas seulement au Japon. Sano Jiro se singularise cependant par le sort qui s’acharne sur lui depuis sa naissance. En ce sens, il est également un prisonnier.

La belle représentation du « monde flottant », comme est surnommé le mode du divertissement et de la prostitution au Japon, constitue l’un des atouts du film. Tomu Uchida a tourné le film en studio et a disposé des moyens pour présenter sur l’écran une belle reconstitution tant au niveau des décors, que des costumes. Meutre à Yoshiwara pourra cependant laisser sur sa faim le spectateur en raison d’un trop grand classicisme. Un mot, qui sous ma plume, n’est pas habituellement péjoratif.

Kizushii | 4.12.2008 | Japon

Meutre à Yoshiwara est inclus dans un coffret édité par Wild Side, que nous remercions, associé à deux autres films de Tomu Uchida : Le monde Fuji et la lance ensanglantée et Le détroit de la Fin. Il est également disponible dans une version « pocket ».

aka Yoto monogatari : Hana no Yoshiwara hyaku-nin giri | Japon | 1960 | Un film de Tomu Uchida | Avec Chiezo Kataoka, Yoshie Mizutani, Eijiro Kataoka, Akiko Santo, Shinobu Chihara, Sadako Sawamura
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
China Strike Force
Renzoku bôkan
Pétition, la cour des plaignants
Chasseurs de Dragons
Mere Yaar Ki Shaadi Hai
The Spiral
Ring 0 : Birthday
Moon Child
4:30
L’Été de la dernière étreinte
J’ai rencontré le diable
L’Hirondelle d’or
Midnight Fly
Nami Iguchi
Ran
Ran
My Sassy Girl
La Sirène rouge
n[EOn]
Le Dieu de la guerre
Monsters
Amoklauf
Escape From Hong Kong Island
Gyeongju
Raikô Sakamoto