Mille et un jours

Une femme. Journaliste. Derrière la caméra. Sa voix nous commente les images qui défilent devant nos yeux : des hommes et des femmes, à l’endroit où ils habitent. Où ils aimeraient vivre en paix. Cela n’a pas été possible ces dernières années, à cause du "conflitisraélopalestinien", qu’on entend en général comme un seul mot, un phénomène comme un bloc, difficilement appréhendable, à ce niveau, autrement que de manière partisane. C’est là toute la force de Mille et un jours : se placer au niveau des individus, ajouter de l’humanité là où, de l’extérieur, on ne perçoit que le fracas des bombes et des chars, le bruit et la fureur shakespeariens de la vie tant en Israël que dans les territoires palestiniens. Sans prendre parti, sans insister pour le mettre en valeur sur le malheur des uns au détriment de celui des autres, F. Laffont nous fait pénétrer au plus profond, au plus vrai du quotidien des victimes. Qu’elles soient, donc, israéliennes ou palestiniennes.

Cette leçon d’humanisme est rendue plus forte encore par la forme que prend le film, sorte de fiction basée sur des faits malheureusement bien réels. La distance donnée par l’existence du personnage de la photographe (l’alter ego de F. Laffont, comparable au personnage du photographe auteur des textes lus sur les images de Sans soleil de Chris Marker), qui nous éloigne du documentaire pur en transformant les faits bruts, les "pièces du dossier" en scènes d’un film de quasi-fiction, permet d’avancer vers... une solution. Ou du moins l’espoir d’une solution.

D’ailleurs, il paraît impossible que ce conflit se résolve autrement que par l’absence de prise de parti, par la prise de conscience par chaque camp de la souffrance de l’autre. En cela, Mille et un jours est fondamentalement optimiste : la journaliste n’affirme-t-elle pas, après avoir rendu visite à un agriculteur victime d’un arrachage de ses oliviers ou à un citadin ayant perdu des proches dans un attentat, qu’il y a "un temps pour la guerre et un temps pour la paix" ? L’espoir est là, au cœur du film, choses des plus rares dans les œuvres qui s’attachent aux guerres, quelles qu’elles soient. C’est ce qui fait de Mille et un jours l’un des plus beaux documents, l’un des plus beaux plaidoyers pour la paix portés à l’écran ces dernières années. Une sorte d’épiphanie de la nature du conflit, souvent cachée dans les médias par la recherche incessante du sensationnel. On sort de là avec un œil neuf, et les premières plumes de la colombe dans le cœur.

Lester D. Shapp | 23.01.2004 | Hors-Asie

Date de sortie de Mille et un jours sur nos écrans : le 28 janvier 2004.

Site officiel : http://www.1001jours.com

France | 2003 | Un film de Frédéric Laffont | Avec Danielle Douet
The Sex Cannon Ball Run : Entretien avec Company Matsuo
Sea Fog
Yojimbo
Black Stone
Entretien avec Katsuya Tomita sur Bangkok Nites
Le Profond désir des dieux
Precut Girl
Godzilla vs. Mechagodzilla
La femme de Seisaku
Girls’ Night Out
Kaili Blues
Nowhere Man
Yasagure anego den : sôkatsu rinchi
Ballroom Dancing
Silk
Quatre minutes
Le portrait de Petite Cosette
Mes Voisins les Yamada
Gokudô no Onnatachi - Ribenji
Wong Kar Wai, première partie
Bombón (El Perro)
Bangkok Dangerous
Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre
Innocence
Mob Sister
My Sassy Girl
Porno jidaigeki : Bohachi bushido
The Frame
Kunoichi Ninpô Chô
Metade Fumaca