Minisuka Tokusôtai - L.E.G.S

Attention chef-d’œuvre !!!

Dans une petite boite privée, un groupe de jeunes femmes pose en musique pour une séance photo de cosplay. Pendant cet agréable spectacle, des yakuza traficotent à proximité... Soudain, une explosion se produit sur scène et quatre jeunes femmes aussi sexy qu’armées font irruption. Equipées de leur mitraillette, bazooka, sabre et autre fouet, les shine shine gals - comme elles aiment à se faire appeler - détruisent tout sur leur passage... Lorsque même le MPD ne peut plus rien, il ne reste qu’un espoir : les Minisuka Tokusôtai, branche secrète de la police nippone dont les uniques membres sont trois jeunes femmes aux minijupes très... mini ! Emmenées par la jolie Mari, elles vont tenter de découvrir qui sont les shine shine gals, quel est leur rapport avec la pègre, et surtout, qui se cache derrière ce quatuor de race-queens apocalyptique qui sème la destruction partout où il passe...

Adeptes de jolies guiboles, catfights, petites culottes, cosplay, décolletés éhontés, minijupes taillées dans 30cm carrés de tissus, maillots échancrés et autres réjouissances de ce type, préparez vous à soixante minutes de bonheur visuel tellement intense que vos zygomatiques risquent des courbatures pour un bon moment !

...mais quel est donc le génie qui sa cache derrière un tel spectacle ?! Takao Nakano bien sûr !!!... Né en 1962 à Osaka, il débute sa carrière dans les années 80 en réalisant principalement des publicités pour le petit écran... en 1991, il débute sa véritable carrière, celle qui va lui permettre de devenir le réalisateur reconnu qu’il est aujourd’hui en assouvissant sa passion, mettre en scène des films érotiques mêlant l’humour, le fantastique et une grande richesse... d’idées - visuelles aussi dans une certaine mesure ! En France, ses œuvres les plus fameuses portent les noms d’Exorsister (Uratsuki Dôji), et Playgirls (Za Purei Gâruzu), puisque la société Haxan distribua il y a quelques années trois épisodes de la première et deux de la seconde en VHS... En dehors de ces videos cultes en nos contrées, Nakano est l’auteur d’un nombre de films assez impressionnant tels Queen Bee Honey, le parodique Sawarîman Kintaro (dont la suite fût tournée à peine six mois plus tard !), ou encore le culte Virgin Sniper. En dehors de son œuvre de fiction, le jovial Nakano a tourné (et continue de tourner !) un nombre impressionnant de videos de catfights - entendez par là des combats féminins en petites tenues - très - moulantes ou - très - échancrées - dont en plus d’être le réalisateur, il est également le MC, sans parler de son activisme au sein de l’industrie de l’AV (Adult Video)...

C’est un fait, on ne peut pas dire que le casting du film puisse faire de l’ombre à la Royal Shakespeare Company !... mais les attributs de nos comédiennes... euh... bon passons, de nos "actrices" donc, font largement l’affaire, et le spectateur averti aura vite compris quels furent les critères de sélection de l’ami Nakano !

A ma gauche, les gentilles : Ichiko Sannomiya, Kumi Ichikawa et Naoko Morita prêtent leurs physiques avenants aux trois Minisuka Tokusôtai. Charmantes au demeurant, elles nous viennent du monde des gurabia (mais oui, vous savez bien, ces jeunes femmes qui posent en bikini dans des postures plus ou moins suggestives...), race-queens et sexy aidoru... bref, tout ce dont on a besoin pour un casting de cet acabit ! A propos, je décerne une mention spéciale à la voluptueuse Ichiko Sannomiya, une jeune femme très... en forme(s) !!!

A ma droite, les vilaines : Idem que dans le cas précédent ! Race-queens et high leg queens - Aahhh ils sont forts ces japonais, il ont un nom pour tout ! - sont au rendez-vous, avec en guest star, la taiwanaise Yinling, connue aussi sous "l’appellation" complète Yinling of Joytoy - "création" vivante du producteur/ réalisateur/ scénariste/ designer/ visionnaire/ barjo Hiraokanovsky Kuratachenko - charmante race-queen dont les poses lascives en ont traumatisé plus d’un...

...Egalement à la hauteur du film, la musique, ou plutôt les musiques, puisqu’on y retrouve notamment des morceaux des excellents Dragibus (cocorico !), de la gentiment déjantée Mami Chan, ou encore les énervées 54 Nude Honeys !

Avec Minisuka Tokusôtai - L.E.G.S., Takao Nakano prouve une fois de plus qu’il existe bel et bien un "cinéma" de pur divertissement, jouissif, agréable, drôle, gentiment débile, sexy, fauché et regorgeant de trouvailles. Un cinéma qui, à l’image de son réalisateur, promène son inaltérable bonhomie sans que le "grand public" n’en soupçonne l’existence... pur produit dont seul Nakano possède la recette, sorte de crossover inattendu entre la pochade familiale et le porno fétichiste, Minisuka Tokusôtai est un condensé de bonne humeur dont on ressort heureux, une seule envie en tête : y retourner !!!

PS: je ne peux qu'encourager ceux d'entre vous qui voudraient en savoir plus sur l'érotisme dans le cinéma nippon à surfer sur le site de Zeni, Japanese Erotic Cinema, la bible francophone sur le sujet: http://zeni.free.fr

Kuro | 5.05.2003 | Japon

DVD | Daiei/Nippon Columbia Video en association avec Nihon New Media | NTSC | All Zone | Format : 1:1:33 - 4/3 | Images : Nickelles, vraiment rien à redire ! | Son : Très bonne stéréo.

Suppléments : Un petit making of qui respire la joie de vivre !

Ce DVD ne comporte pas le moindre sous-titre.

aka L.E.G.S. - The Lady Executionners for General Security - Minisuka Tokusou Tai : L.E.G.S. | Japon | 1998 | Un film de Takao Nakano | Avec Ichiko Sannomiya, Kumi Ichikawa, Naoko Morita, Saho Kashiwabara, Yinling (of Joytoy), Mizuki Yamamoto, Nao Takigawa, Takako Kataishi
A Brighter Summer Day
Angel Terminators
Marlina, la tueuse en quatre actes
A Scene at the Sea
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Une affaire de famille
30 jours de nuit
South of The Clouds
The Big Slaughter Club Returns
Takashi Nishimura
Chalte Chalte
Shinji Aoyama | Masaya Nakahara
Bootleg Film
Gangnam Blues
Black Blood
Maléfique
Bad Blood
Twist
Les Filles du botaniste
893 TAXI
Alone in the Dark
Seventh Code
Inside Desiree Cousteau
Firaaq
Lucio Fulci : L’Aldila
Messengers
Human Lanterns
A Trio
La forteresse cachée
Tomorowo Taguchi : cinéaste