Monte Adentro

Le bout du chemin approche pour le métier de muletier en Colombie. Le metteur en scène argentin Macario Alonso a décidé de montrer l’une des dernières personnes exerçant cette profession. Ce labeur est en déclin final et certains signes ne trompent pas. La maison familiale dans les montagnes, où un muletier vit avec sa femme et son fils, a perdu de sa superbe, et si son fils joue dans la véranda à ses pieds, il s’amuse à faire rouler une voiture sur le plancher et non à faire courir un cheval miniature. Cette profession est appelée à s’éteindre avec la génération du père.

L’homme en question, Novier Valencia, a remporté un important contrat : un déménagement vers une maison de campagne. Un tel transport nécessitant plusieurs mules, il ne peut pas faire seul le trajet et fait donc appel à son frère Alonsi. A la différence de son frère, il n’exerce pas le même métier que leur père, après avoir eu l’opportunité d’apprendre le métier de cordonnier dans une ville voisine. Le métier de leur famille leur vaut le surnom de gitans. Leur mère, malade, réside également dans cette ville. Ses deux fils étant peu loquaces, l’aînée de la famille raconte l’histoire de ses membres.

Monte Adentro est un documentaire à hauteur d’encolure, sans fioriture, comme la vie des personnes qu’il montre. Ces paysages des montagnes colombiennes, parfois perdues dans la brume, semblent hors du temps. Même si l’on peut imaginer que les envahisseurs espagnols devaient faire transporter par monts et par vaux en Amérique latine toute sorte de choses improbables venues d’Europe, le transport de la pièce de résistance de ce déménagement, ce sofa à trois places, semble incongru dans cette montagne. Il est est trop long pour ce chemin de montagne tortueux. Le muletier est ainsi parfois obligé de se substituer à l’animal afin de permettre le passage de l’objet. Il devient lui-même une bête de somme. Ce périple montre le travail de muletier comme inadapté à son époque et trop difficile. Un métier de chien où l’on est parfois considéré comme un chien, comme par le commanditaire de ce déménagement.

Comme toute personne habitant à la campagne et travaillant avec des animaux, les deux frères sont durs avec leurs mules. Pour les faire franchir des obstacles, ils n’hésitent pas à les bousculer violemment. Répondant à une question d’un spectateur, le réalisateur a reconnu qu’il avait choisi ne pas montrer certains comportements plus violents qui auraient pu choquer les pieds tendres des villes que nous sommes. Ils auraient sans doute distrait les spectateurs de son véritable projet, consistant à montrer ce métier qui va bientôt disparaitre dans sa dimension principalement humaine.

Macario Alonso documente aussi le basculement d’une famille de la campagne à la ville. Cette transition se fait dans une certaine continuité : la scène du début du film où Novier ferre sa mule en clouant le fer à cheval sur le sabot renvoie à celle où son frère Alonso ressemelle une chaussure. Tout semble revenir à cette idée de cheminement, celui des mules sur leur sente, des hommes et du temps.

Monte Adentro a été présenté au cours du 36e Festival des 3 Continents (2014), dans le cadre de la Sélection Officielle.

Argentine / Colombie | 2014 | Un film de Macario Alonso | Avec Novier Valencia, Alonso Valencia, Blanca González de Valencia
Entretien avec Katsuya Tomita sur Bangkok Nites
Le Profond désir des dieux
UZU : entretien avec Gaspard Kuentz
Old Stone
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Blood
Les Eunuques
Door II Tokyo Diary
Unbowed
Veteran
Keeping Watch
Kazoku Gêmu
Crazy Thunder Road
Rue des étrangers
Mademoiselle
L’enfant de Kaboul
Bloody Secret 2000
Weather Girl
Secret Tears
Princess-D
Fulltime Killer
Our Town
Blubberella
Yotsuya Kaidan
God’s Puzzle
Crazy Lips
Macabre
Nezu no Ban
Confessions