Muhan

Nihilisme passionnel...

Alors que Yuu et son petit ami Kenzô font l’amour dans leur voiture, trois hommes les attaquent ; Yuu est violée, tandis que Kenzô est tué sauvagement... Dix années passent. Yuu, devenue tueuse professionnelle, se voit confier une mission par l’énigmatique et violent Kisaki, à la fois son employeur et son amant. La mission consiste à assassiner un certain Oda, mais Yuu ne parvient pas à le trouver dans la jungle urbaine que constitue la mégalopole nippone...

Obsessions, obsessions... inutile de vous préciser que le script de Muhan sort tout droit des méandres de l’esprit tortueux du génial Takashii Ishii, mangaka/réalisateur qui fait ici sa huitième incursion scénaristique pour le grand écran, incursion principalement amorcée pour la Nikkatsu avec la série des Tenshi no Harawata dès 1979... Ishii pose donc ici véritablement les bases de ce qui deviendra sa marque de fabrique lorsqu’il passera derrière la caméra trois années plus tard pour réaliser l’excellent Tenshi no Harawata - Akai Memai...

...Yuu a beau ne pas encore se prénommer « Nami », héroïne « récurrente » de l’univers de Takashi Ishii, elle en possède déjà les caractéristiques psychologiques et physiques qui en font une femme Ishiienne à part entière... Yuu, jeune femme hantée par les images de l’homme de sa vie, froidement abattu par des hommes qui lui volèrent sa vie.

Yuu part donc à travers Tôkyô à la recherche de ce dénommé Oda, jusqu’à ce qu’une piste l’entraîne dans un bar tenu par une lesbienne qui parviendra à ses fins avec notre malheureuse héroïne... à peine remise de ses récentes émotions saphiques, Yuu est agressée par des yakuza ultra-violents qui tentent de l’éliminer sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi. Un homme la sauve ; c’est Oda... une idylle naît entre la chasseuse/proie et son impressionnant gibier. Yuu paraît avoir retrouver un semblant de joie de vivre avec cet homme qui lui fait reprendre confiance en elle et en le genre humain. Yuu décide de téléphoner à Kisaki pour lui annoncer qu’elle se retire du contrat...

Naosuke Kurosawa, huit ans et trente-cinq films de bons et loyaux services dans l’assistanat, onze long-métrages à son actif (dont XX - Utsukushiki Hyoteki et Another XX - Akai Satsujinsha), spécialiste es roman poruno, relève le difficile pari de faire un film purement Ishiien quelques années avant que celui-ci ne passe à l’acte. Certes, le style n’est pas totalement maîtrisé, mais Kurosawa parvient -le script d’Ishii y est bien évidemment pour quelque chose- à transformer ce roman poruno produit sous l’égide de la Nikkatsu en une espèce de polar humide, emprunt d’un onirisme quasi-permanent qui laisse augurer les futurs films réalisés par Takashi Ishii. Son actrice principale, Rei Akasaka, interprète une femme envoûtante et fragile, à la beauté triste et au regard nostalgique, sa présence transcende Muhan jusqu’à le rendre beau...

...qui dit roman poruno, dit quota de scènes érotiques à respecter ; Kurosawa n’est pas Ishii, et il semble avoir une certaine difficulté à s’en affranchir en les faisant durer... mais l’ensemble constitue un film à mi-chemin entre l’érotisme de commande et le polar auteurisant, nous laissant pénétrer dans les méandres de l’esprit tourmenté d’une jeune femme qui perd peu à peu tous ceux qu’elle aime dans la violence. Au-delà d’une simple esquisse de l’univers de Takashi Ishii, Muhan se révèle être un drame sombre où Eros et Thanatos se côtoient dans un tourbillon de violence et de lyrisme... sublime et désespéré.

Kuro | 5.09.2004 | Japon

Disponible en VHS (NTSC) chez Nikkatsu Video et en LaserDisc (NTSC) au Japon.

Japon | 1985 | un film de Naosuke Kurosawa | avec Rei Akasaka, Kiriko Shimizu, Hiroshi Umeda, Takashi Naitou, Kazuhiro Yamaji, Yasuharu Ôkubo, Kazunari Hosaka
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Green Green Grass of Home
Le monde de Nemo
Le Cimetière de la Morale
The Spectacular Now
Asoka
Ugly
Art Museum by the Zoo
St John’s Wort
Weather Girl
Shara
Il Mare
Tropical Malady
Le Chemin des lucioles
La Caja 507
The Suicide Manual
Epouses et concubines
Natural City
Shameless
Hirokazu Kore-Eda
Dark in the White Light
Le Mystère de la chambre jaune
He Lives by Night
Stormriders
Paju
I Not Stupid