New Police Story

Je dois être le seul malade de Sancho à avoir été voir de mon plein gré Le tour du monde en 80 jours. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’aime bien Mister Jackie, et que j’avais la stupide impression que je pourrais passer un bon moment. Erreur ! Etait-il possible de faire encore pire que Le médaillon ou The Tuxedo ? Tout à fait, et en sortant de la séance j’avais perdu tout espoir concernant l’avenir cinématographique de Mister Chan. Mais oui Jackie, que reste-t-il de ces beaux jours, de ces coups d’amours que tu distribuais si gentiment dans la tête des bad guys qui t’entouraient ? L’espoir était mort ; enfin cela jusqu’à ce que mes petites mimines tombent sur le DVD de New Police Story.

N’y allons pas par quatre chemins, cela fait du bien de revoir Mister Chan sortir d’un carcan à la Rush Hour. Okay le film est tout sauf parfait, mais ne boudons pas notre plaisir face à ce petit moment de détente beaucoup plus fun qu’il n’y paraît. Le gros défaut du film est sans nul doute ce casting de belles geules typées popstars cantonaises, aussi nuls en chant qu’ils le sont pour le jeu d’acteur. Quelque chose qui se démontre tout au long du film tant on attend avec impatience qu’un bout de la station Mir leur tombe dessus afin d’en finir. Ils jouent mal, très mal, mais d’un autre côté il ne faut pas non plus trop en demander à un mec de boys band. Non mais quoi c’est vrai, le jour où l’on verra un mec de boys band jouer du Shakespeare, les poules auront des dents et il neigera en enfer. Mais bon je m’égare, revenons-en au film.

Imaginez donc le topo : vous êtes un petit jeune de bonne famille à Hong Kong, vous êtes plein de thunes et vous ne savez pas quoi faire de votre vie. Enfin du moins jusqu’à cette rencontre brillante avec d’autres gosses de riches, et cette encore plus brillante idée de devenir des braqueurs et tueurs de flics. C’est vrai quoi : rien de plus cool que de se défouler en cassant du poulet entre deux ramassages d’argent de poche chez Papa et Maman. Le seul problème c’est que le poulet se rebiffe ; eh oui il faut être un peu barjot pour vouloir se castagner contre Papy Chan. Malgré son âge la tatane est toujours vivace, et sa volonté farouche de multiplier les pains dans la gueule n’a pas faibli. Cela faisait longtemps que l’image d’un Jackie Chan faisant le guignol pour l’oncle Sam avait remplacé celle du valeureux héros d’antan. Et bien ce héros d’antan n’est pas mort, Dieu soit loué.

L’âge est là et Chan a bien compris qu’il devrait varier son jeu afin de perdurer. D’où l’un des principaux problèmes de New Police Story. Là où l’on attend de l’action non stop comme dans les premiers épisodes, on se retrouve face à un drame policier un peu bancal. Bancal car Chan n’est pas totalement crédible dans son rôle de flic borderline. Sa séquence alcoolo dans la première partie du film est anthologique. Certes il est loin d’être insupportable ou tout simplement nul - je ne me permettrais pas -, mais c’est un fait reconnu de tous : Jackie est plus fort dans la tatane que dans le drame. Est-ce que cela tue le film ? Non, mais ça nous emmène au travers de moments bateaux dont l’histoire aurait pu se passer. Tout comme on aurait pu se passer de Nicholas Tse en sidekick pas franchement sensationnel. Heureusement ô grand bonheur, les quelques séquences d’action du films sont là et sont bonnes. Une séquence de baston mémorable entre Jackie Chan et un des gangsters, lors de la dernière prise d’otage, ravira les fans hardcore de coups de savate. Certes ce n’est pas Ong Bak au niveau du réalisme, mais les chorégraphies sont là, nerveuses au dernier degré, elles en mettent plein la vue et c’est ce que l’on demande.

Retour aux sources pour Chan, New Police Story représente une volonté de renouveau pour un acteur que l’on croyait perdu aux comédies américaines sans saveur. Reste à voir ce que l’avenir réserve à Mr Chan ; on espère le meilleur.

Marcus Burnett | 18.06.2005 | Hong Kong

New Police Story sortira sur les écrans français le 13 juillet prochain, et est par ailleurs disponible en DVD HK (sous-titré anglais).

Hong Kong | 2004 | Un film de Benny Chan Muk-Sing | Avec Jackie Chan, Nicholas Tse Ting-Fung, Charlie Young Choi-Nei, Charlene Choi Cheuk-Yin, Daniel Wu, Dave Wong Kit, Andy On Chi-Kit, Terence Yin, Hayama Go, Coco Chiang Yi, Deep Ng Ho-Hong, Ken Lo Wai-Kwong, Tony Ho Wah-Chiu
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Turning Gate
Beyond Re-Animator
Saw
Saw
Gonin Saga
Identity
The God of Cookery
Evil Aliens
The Journals of Musan
Karate-Robo Zaborgar
August In The Water
Bodigâdo Kiba
4-16 productions
Id
Id
Sawasdee Bangkok
The Contact
Hozour
Annyong Yumika
Never Let Me Go
La Bête Aveugle
Kuro No Tenshi Vol. 1 et 2
The Sword
Sumo Do, Sumo Don’t
TV Show – La Mort en direct
Never to Lose