Party 7

Deux ans après son cultissime Samehada Otoko to Momojiri Onna, Katsuhito Ishii signe l’un des films les plus barré de l’année...

Miki Shunichiro (Masatoshi Nagase), petite frappe d’un clan de yakuza, vole 200 Millions de Yen à son boss ; ce dernier plutôt mécontent, envoie alors Sonoda (Keisuke Horibe) à sa poursuite afin de récupérer l’argent et de l’éliminer. Miki se réfugie dans un hôtel paumé, le New Mexico... Pendant ce temps, Okita (Tadanobu Asano) un jeune homme voyeur et pervers qui sort tout juste de prison, revient dans l’hôtel construit plusieurs années auparavant par son père ; dans une pièce secrète et souterraine, il tombe nez à nez avec un étrange "super héros" obsédé et masqué : Captain Banana (Yoshio Harada)... Kana (Akemi Kobayashi), l’ex-petite amie de Miki, vient le retrouver à l’hôtel ; elle veut récupérer une partie de l’argent afin de "se payer" une famille et des amis pour son mariage avec Todohira (Yoshinori Okada), un geek mytho... Mais tout ceci était sans compter la présence de Wakagashira (Tatsuya Gasyuin), un schizo de la gâchette complètement déjanté...

Samehada Otoko to Momojiri Onna (Shark Skin Man & Peach Hip Girl /1998), le premier film de Katsuhito Ishii, est devenu quasi-instantanément après sa sortie un objet culte à travers le globe... Automne 2000, un teaser sur le web : Party 7, nouvel opus d’Ishii est prévu au cinéma pour fin décembre (au Japon)... des mois et des mois d’attente qui n’en finissent pas pour l’équipe de SdA... ça y est ! le DVD est prévu, il sort le 26 septembre...

Et l’attente valait le coup ! Party 7 n’a pas à rougir de la comparaison avec son prédécesseur. Après une double intro uro-scato de par son contenu, arrive le générique ; pas moins de 5’30 d’animation que l’on doit au Studio Mad House (Jubeininpucho)... ça calme d’entrée de jeu ! Suit alors un déluge d’idées géniales et farfelues, de décors sortis tout droit d’un dessin-animé et de personnages tous plus barrés les uns que les autres. Le Captain Banana, proprio de l’hôtel, vit caché dans une pièce secrète pour pouvoir s’adonner à sa passion : le voyeurisme. Il va faire la rencontre de Okita (Asano - Distance, Gojoe), lui aussi voyeur, qui en bon pervers ne sort jamais sans sa boite de Kleenex... Ces deux personnages somme toute assez pittoresques, en dehors de leurs discussions très intéressantes sur l’ "écartage" des jambes féminines, vont être les spectateurs du huis-clos déjanté mettant en scène les cinq autres...

Avec ce deuxième film, Ishii confirme sa place au sein de l’industrie cinématographique nippone ; il est doué, c’est indéniable, et il faudra désormais compter sur lui. Sa mise en scène épileptique, son découpage ultra-dynamique, l’humour décalé et le non-sens omniprésent, sans oublier des personnages excessifs sortis tout droit d’une BD, sont sa marque de fabrique. Les acteurs peuvent alors s’en donner à cœur joie et laissent leur image de côté ; Asano dans le rôle d’un obsédé notoire remporte haut la main l’Oscar du pull le plus mortel de l’histoire du cinéma ! On retrouve à ses côtés le d’habitude très sage Masatoshi Nagase (Mystery Train, Shinde mo ii, Gojoe) dans le rôle de Miki ; Keisuke Horibe (Unlucky Monkey, Samehada...) un habitué des films de Sabu (Postman Blues, Monday) qui campe ici Sonoda, un mafieux ténébreux et naïf que son boss roule en permanence en lui offrant au choix un faux costume Armani ou encore un appareil photo en or qui se révèle être en plastique... sans oublier l’excellentissime Yoshio Harada (Onibi, Another Heaven), qui avec son rôle du Captain Banana va certainement lancer une nouvelle mode vestimentaire à travers le Japon !

Si vous aimez les ours polaires en peluches déguisés en catcheurs, les excréments qui tombent du ciel, Asano en latex jaune, et si vous êtes avide de découvrir le ’Top Ten’ du Captain Banana en matière de voyeurisme, Party 7 est assurément fait pour vous !!!... Quant aux autres, même si vous êtes la personne la plus triste et la plus blasée de le Terre, vous n’aurez plus que deux mots à la bouche : Caputen’ Banana ! Culte, chef-d’oeuvrissime, génial...

Kuro | 1er.10.2001 | Japon

DVD | Tohokushinsha Film Corporation | NTSC | Zone 2 | Format : 1:1:85 - 16/9 | Images : De très belles à magnifiques ! Le rendu des couleurs dans la pièce secrète de Banana est tout simplement sublime ! Zéro défaut de compression, un pressage anamorphique sans fautes. | Son : Un 5.1 énorrrrrrrme ! Vos voisins vont souffrir... | Sous-titres : Anglais (youpi !!!!) | Suppléments : Près de 2 heures !!! Le film version story-board, une interview d’Ishii, des teasers, trailers et spots T.V en pagaille, des dessins/ébauches des personnages, un livret (8 pages) et un jeu (Game of New Mexico Hotel) qui une fois terminé donne accès à un making of de plus de 20’ et à deux mini scènes coupés (non sous-titrées) intervenant juste avant le générique de fin.

Tips : Bon, allez, pour les flémards ou ceux qui ne captent rien au japonais, voici la solution pour les bonus cachés...
A chaque fois dans le jeu, deux choix s’offrent à vous : rouge ou bleu. Avec Miki : bleu - rouge - rouge (scènes coupées). Avec Okita : bleu - bleu - rouge (making of).

Info : Party 7 est sorti en salle le 16 décembre 2000.

Site Officiel: http://www.party7.com

Japon | 2000 | Un film de Katsuhito Ishii | Avec Masatoshi Nagase, Tadanobu Asano, Keisuke Horibe, Akemi Kobayashi, Yoshio Harada, Yoshinori Okada, Tatsuya Gasyuin, Ren Ôsugi
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
United Trash
Il Mare
Le temple de Shaolin
The Baby Factory
Green Green Grass of Home
La Fille du feu
U.F.O. Kamen Yakisoban Ikari no Agedama Bonbâ
Bedevilled
Jason X
The Mummy, Aged 19
Raped By An Angel 4 : The Raper’s Union
Domino
Skyfall
Dragon rouge
Taboor
Bullets of Love
Kuchisake Onna
P-047
The Lovers
Land of the Dead
Marks
The Ring 2
Exodus
Grotesque