Perfect Education 2 : 40 Days of Love

Quand la déviance et la perversité laissent place à la beauté et à la pureté de l’amour...

Haruka Tsumura est une jeune fille de dix-sept ans qui vit seule avec sa mère. Solitaire, elle se promène lorsqu’elle aperçoit une forme indistincte dans le ciel. Elle conclue qu’il s’agit d’un ovni... Alors qu’elle prie afin d’être enlevée par des êtres venus d’ailleurs, un homme armé d’un couteau la kidnappe... Il s’agit de Tatsuaki Sumikawa, un professeur. Il la déshabille, l’attache, et tente de la violer... puis s’excuse. Commence alors une étrange relation mêlant crainte et excitation, soumission incestueuse et désir amoureux...

Je dois dire que lorsque j’ai inséré le DVD de Ai no 40 nichi dans mon lecteur, je ne m’attendais à rien de particulier, hormis peut-être à un petit pinku des familles plus racoleur qu’autre chose... En plus, si je m’étais attardé sur ce second opus de la série des Kanzen Naru Shiiku [1] (The Perfect Education), c’est tout simplement parce que le DVD était anamorphique, contrairement au premier volet, et que l’on y retrouvait Naoto Takenaka et la jolie Rie Fukaumi. Bref, rien de très glorifiant dans les raisons qui me poussèrent à l’acquérir, voici déjà plusieurs mois de cela...

...puis, de surprise en surprise, je me rends rapidement compte que le film s’est terminé sans que je m’en sois rendu compte ! Là il s’est forcément passé quelque chose... Soudain, une idée me traverse l’esprit, alors qu’elle ne m’avait même pas effleurée auparavant ; et si ce Ai no 40 nichi était un bon film ?... Soit !

Lorsque vous lisez une phrase telle que présentée en introduction, vous devez vous dire que quelques explications doivent être fournies par le rédacteur... Oups ! Pas de chance Kuro, débrouille toi maintenant !...
L’introduction du film est assez rapide ; Haruka est seule sur un pont, et observe... Seiichi Akai a remarqué la jeune femme depuis quelques temps déjà. Il va à sa rencontre afin de voir ce qu’il peut faire pour elle. Elle lui propose de sortir avec lui, en lui demandant d’être son "papa"... Akai va alors lui faire comprendre qu’il n’est pas intéressé, mais qu’il peut en revanche l’aider. Il l’emmène dans son cabinet, et va entamer avec elle une thérapie par hypnose, afin de savoir ce qui lui est arrivé... La suite nous fait voyager à travers les étranges souvenirs - oubliés, ou plutôt enfouis - de la jeune femme...

Haruka a été victime d’un enlèvement ; séquestrée comme un animal, nue, attachée, avec pour seul repas un petit déjeuner... son "tortionnaire" la prend en photo et note son poids, jour après jour... la jeune fille maigrit à vue d’œil... Puis, l’homme lui achète une robe d’été ; ce qui peut paraître un objet de fantasme pour fétichiste, s’avère être le vecteur déclencheur - de quelle manière, je vous laisse le découvrir - d’une relation qui va alors prendre un virage à 180°. Il va la laver, la coiffer, prendre soin d’elle, en lui achetant tout ce dont elle a besoin - ou pas d’ailleurs... Un étrange sentiment va alors entrer en jeu ; Haruka va transposer l’image du père absent sur Sumikawa... mais le trouble vient du fait que l’homme va également devenir son premier amant... L’esprit confus de la jeune fille va alors mélanger amour filial et amour physique, dans une relation semi-incestueuse avec un homme mûr, traumatisé par la perte de sa mère... Pathos... pathos...

Pathos certes, mais bon... il faut ce qu’il faut, et l’histoire écrite par Michiko Matsuda (scénarisée par Gen Shimada) n’est pas foncièrement drôle... On retrouve dans le difficile rôle de la jeune Haruka, la non moins jeune et surtout très jolie Rie Fukaumi, aidoru célèbre, vue dans de nombreuses publicités mais également dans quelques films, téléfilms ou dorama, dont l’adaptation du génial manga de Masanori Morita, Rokudenashi Burûsu (Rokudenashi Blues), habilement appelée Rokudenashi Burûsu’98, réalisé par Atsushi Muroga (Junk, Gun Crazy - Fukushû no Kyôya et Uragiri no Banka). A ses côtés, hormis l’excellentissime (vous allez commencer à le savoir !) Naoto Takenaka, on retrouve Yasuto Hida qui campe ici le professeur-tortionnaire-amant-père, acteur habitué des productions videos, vu notamment dans Happy People (Kousuke Suzuki /1996) ou dans le remarquable Samurai Fiction de Hiroyuki Nakano (1998).

Si Ai no 40 nichi peut sembler être une simple curiosité cinématographique, il s’avère être un beau film sur la dépendance amoureuse et l’emprisonnement, tant moral que physique... une prémisse évidente à l’œuvre de Sade, une sorte de conte sado-masochiste mainstream, mais intelligemment fait... De l’exploit’ grand public en somme ?! Moi j’en redemande... Arigatou Nihon !!!

Kuro | 1er.02.2003 | Japon

DVD (HK) | Universe | NTSC | All Zone | Format : 1:1:85 - 16/9 | Images : Le pressage souffre d’une légère rémanence lors des mouvements... mais l’ensemble est plus que correct ; merci au transfert anamorphique ! | Son : Une très bonne stéréo agrémentée d’effets surround à la hauteur. | Suppléments : 3 trailers (The Isle, Battle Royale et Happy End)... c’est tout !

Ce DVD comporte des sous-titres optionnels anglais, chinois et chinois simplifié.

DVD (Japon - pas vu) | Beam Entertainment en association avec ArtPort | NTSC | Zone 2 | Format : 1:1:85 - 16/9

Ce DVD est une édition spéciale... mais ne comporte pas le moindre sous-titre !

Site Officiel du film: http://www.emovie.ne.jp/movie/shiiku

[1Un troisième opus de la série vient tout juste de sortir en salle au Japon (le 7 décembre dernier). Le site officiel : http://www.shiiku3.jp.

aka Kanzen Naru Shiiku - Ai no 40 nichi | Japon | 2001 | Un film de Yôichi Nishiyama | D’après le roman écrit par Michiko Matsuda | Avec Rie Fukaumi, Yasuto Hida, Naoto Takenaka, Yoshiko Noda, Yukio Yamato, Megumi Itô, Kiiji Suzuki, Yu Tokui, Saori Fujimoto, Makoto Ishiwara, Emiko Yamauchi, Yukiyo Tada, Satoshi Nakagawa, Momoko Nishida
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Wonderful Town
Yôkai hyaku monogatari
Narc
Northwest
L’Anguille
Monte Adentro
Painted Skin
Dummy Mommy, Without a Baby
Land of the Dead
Kim Jee-woon
28 Days Later
Casino Royale
Combat sans code d’honneur
Séance
Maicchingu Machiko Sensei
Takashi Nishimura
Kaoru-chan V : Mt. Tengu Ghost Story
8000 Miles
Blind Pig Who Wants to Fly
Vivre dans la peur
Jeon Soo-il
Cut - Three... Extremes
Portraits de la beauté soumise
Savior of the Soul