Phone

Cela faisait un bon moment - depuis la vision du très énervant Sorum de Yun Jong-Chan si mes souvenirs sont bons - que je n’avais pas eu l’occasion de remettre la main sur un véritable film d’horreur coréen. Il faut dire aussi que les récents The Record et consorts ne m’avaient pas pleinement convaincus (c’est le moins que l’on puisse dire) et que par conséquent j’avais quelque peu délaissé ma quête de frissons de qualité en provenance du Pays du Matin Calme. Ma curiosité étant bien plus forte que mes capacités de raisonnement cependant, je me suis laissé tenté par Phone, second film du jeune Ahn Byeong-Gi, réalisateur de Nightmare (aka The Scissors) - et pour cause : ce dernier, avec son savant mélange de slasher et de surnaturel à la Ring, était loin d’être mauvais - surtout comparé à ses contemporains ! Qui plus est, le rôle principal de Phone revient à l’une des actrices de Nightmare, la charmante Ha Ji-Won (Ditto)... alors pourquoi ne pas se laisser tenter ? Cette nouvelle tentative aura-t-elle enfin été la bonne ? Réponse dans les lignes suivantes...

Les premières images de Phone nous présentent une jeune femme en fuite d’un agresseur invisible, intervenant uniquement par le biais de son téléphone portable, et du texto suivant : "je suis ton destin". Bloquée dans l’ascenceur de son immeuble, la femme paniquée aperçoit une vision fugitive qui semble la terroriser, alors que son téléphone ne cesse de sonner - avant que l’ascenceur n’entâme une vertigineuse chute dans le vide. Générique.

Les conditions exactes dans lesquelles Ji-Won exerce sa profession sont floues, toujours est-il que la demoiselle est journaliste. Enfin "était", car une série d’articles impliquant plusieurs figures publiques dans un scandale sexuel pédophile ne cesse de lui attirer des ennuis ; et Ji-Won décide donc de prendre le large quelque temps, afin de se faire oublier et d’achever d’écrire un roman en cours. Les menaces téléphoniques qu’elle reçoit rajoutent encore à sa motivation, un stalker ne cessant de la harceler sur son portable...
Un couple d’amis très proches de l’héroïne décide de lui prêter une maison qu’ils ont acheté en ville, mais dont ils ne se serviront que quand leur petite fille sera plus grande. Ji-Won accepte, et change par la même occasion de numéro de portable pour pouvoir se mettre au travail tranquillement. Seulement les coups de fils continuent, et se voient même cette fois accompagnés de mails effrayants. Mais la voix au bout du fil n’est plus exactement la même...
Un jour, alors que Ji-Won est au musée avec son amie Ho-Jeong et sa fille, la petite décroche le portable et entend une voix de femme hurler. Alors que la gamine commence à agir de façon étrange, Ji-Won semble hantée par des hallucinations de plus en plus terrifiantes...

Phone est un film tortueux, proprement terrifiant - et ce pour plusieurs raisons. Une fois de plus, Ahn Byeong-Gi brouille les pistes d’une narration complexe en mélangeant plusieurs types de films d’horreur contemporains. Ainsi hésite-t-on dans un premier temps entre le slasher et le film surnaturel, à la manière de l’approche hybride de Nightmare. Rapidement néanmoins, il apparaît que le réalisateur a choisi de renforcer la part d’inspiration provenant du tandem nippon Nakata / Suzuki (Ring, Dark Water).
Le prégénérique du film, superbe, mèle l’imagerie du premier chef d’oeuvre de Nakata (les ongles noirs de la jeune femme qui se brisent sur les parois de l’ascenceur) aux prémices d’une légende urbaine moderne impliquant le téléphone portable comme véhicule de terreur. Une idée redoutable à une époque où l’outil de communication est aussi devenu un véritable instrument de narration cinématographique. Pourtant, une fois Ji-Won arrivée sur le devant de la scène, le téléphone ne semble intervenir que par le biais d’un simple harcèlement ; rien de fantastique à celà - jusqu’à ce que l’héroïne, fatiguée, décide d’enquêter. A défaut de trouver l’origine des coups de fils étranges, elle suit la piste troublante des gens ayant possédé son numéro avant elle - tous étant mystérieusement décédés.
La force de Phone réside - comme pour Ring - dans le fait que la peur à réussi à s’installer bien avant que l’enquête commence. L’intrigue du film joue donc sur deux niveaux : la peur instaurée en début de narration, qui se développe au travers du comportement effrayant d’une petite fille à renvoyer le Gage de Pet Sematary (Simetierre - Mary Lambert, 1989) au placard, ainsi qu’au travers de visions indescriptibles ; mais aussi sur l’enquête menée par Ji-Won, qui quitte rapidement le domaine du fantastique pour entrer dans celui non moins puissant du drame passionnel, de la haine que certaines situations "adultes" peuvent entraîner.

Si la structure de Phone est finalement absolument identique à celle du premier opus de la trilogie Ring, il serait injuste d’y voir une simple copie. Ahn Byeong-Gi puise intelligemment dans une conception de l’horreur qui n’est pas la sienne pour livrer une intrigue originale et rythmée avec soin et patience, oscillant constamment entre l’enquête policière et le film d’épouvante pur. Certaines séquences impliquant la petite fille donnent réellement la chair de poule, faisant de la jeune actrice du film la digne héritière de Linda Blair dans L’exorciste (William Friedkin, 1973). Ha Ji-Won renforce l’équilibre difficile du film avec un jeu nuancé, hésitant constamment entre la détermination et la crainte.

Comme dans Nightmare, le réalisateur exploite intelligement le hors-champ par le biais de miroirs et de visions de visages effrayés, l’objet de leur effroi étant souvent laissé implicite. A la différence de ce premier film cependant, la fin surprenante de Phone, aussi intelligente que le reste de l’intrigue, renforce la peur éprouvée par le spectateur en la rendant parfaitement tangible, palpable, sans user pour autant de démonstrations didactiques inutiles.
Phone parvient ainsi à s’installer dignement au même niveau que les meilleurs films de Nakata et que la série des Tomie, faisant enfin entrer les coréens au panthéon du film d’horreur contemporain. Il était temps, non ?

Akatomy | 2.12.2002

Phone est disponible en double DVD coréen chez Starmax / Bear Entertainment.
Au programme : un transfert anamorphique accompagné d’une bande son au choix en 5.1 EX ou 5.1 DTS ES, et de nombreux suppléments (commentaires audio, scènes coupées, making-of, interviews, trailer,...).

Corée du Sud | 2002 | Un film de Ahn Byeong-Gi | Avec Ha Ji-Won, Kim Yu-Mi, Choi Wu-Je
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Joyce Bernal
The Red Shoes
I Not Stupid
Les Infiltrés
Horoscope 2 : The Woman From Hell
The Japanese Wife Next Door : Part 2
Monrak Transistor
Love Song for a Rapper
Rouge
Sex Boat
Bad Boys 2
Zero Woman : Dangerous Game
Yesterday
City of Life and Death
La Vengeance est à moi
Une balle perdue
Le détachement féminin rouge
39 -Keihô Dai Sanjûkyu Jô-
Twins Mission
Rock ’n Roll Cop
Chant des mers du Sud
Chaalbaaz
Hero
Sawasdee Bangkok