Popee

Popee c’est un chien, son nom c’est marque de PQ ! Jusque là tout va bien. Mais voilà, après avoir batifolé avec toutes les chiennes du quartier, Popee meurt (y’a-t-il un rapport de cause à effet, je ne saurais dire mais bon...) Et là, Kim Ji-Hyun décide d’en faire un film avec des chiens qui chantent ! Et après on va dire que nos amis coréens sont méchants avec les toutous. Alors que leurs voisins chinois font l’élevage de saint-bernard uniquement pour en faire de la viande !! Alors que le meilleur dans le saint-bernard c’est pas la viande, c’est le tonneau de cognac... pft... n’importe quoi ! Mais que fait cette année la Fondation Brigitte Bardot ? Ah ouais, ils ont encore dû se planter de film !

Mais attention, voici le scoop Sancho ! Bon c’est de l’info que j’ai recueilli off, d’un ami Steven journaliste (un vrai lui !), peut-être que cela figurera dans les notes de production des bonus du DVD !? Popee, au lieu dire "Arf waf" (ça donne "Rosebud" en humain !) avant de mourir, ses derniers aboiements auraient plutôt été "arf wouf wouaf ! wawouf wouf wawaouf waffaf woufoufouf" - c’est-à-dire "monde de merde !!. Je ne vais pas pouvoir aller voir Slaughter & the Dogs au Nouveau Casino le 24 juin ! ! Voilà, alors Popee le chien le plus classe ou le plus punk du monde ?!? A vous de juger.

- Kaelu San

* * *

Ouaf !

Ahhh Popee... très cher Popee... La première fois que j’ai rencontré Popee, il se promenait dans la rue. C’était un petit chien très vif, au poil soyeux, mignon comme... ouh là !! mais que m’arrive-t-il ?!

Popee est une sorte de chancre purulent au milieu d’une industrie cinématographique coréenne en décrépitude ! Pourquoi ? Mais il suffit de jeter un coup d’œil à certaines infamies filmiques du type Whasango, My Wife is a Gangster et autre 2009 !!!... non, c’est toujours pas ça... heuuuuuuu.....???

Popee, Popee... mais que dire finalement sur ce petit être d’os et de poils, qui malheureusement n’est plus... snif !
Etrange OVNI filmique nous narrant la vision qu’ont certains humains de leurs compagnons à quatre pattes préférés (moi je préfère les chats ! suis-je humain ?!), Popee est une sorte de Citizen Canin (oui et re-oui !) ; flashbacks, témoignages divers... "j’appelle ça du plagiat... Ahh Rosebud !".

...bon, passé mon inénarrable don de parler pour ne rien dire, Popee est bien plus intéressant qu’il n’en a l’air ; effectivement, au-delà du simple témoignage d’ "amour" d’un maître pour son chien, il s’agit là plutôt d’une étude de mœurs de la société humaine. Et le résultat est plutôt... étonnant, c’est le moins que l’on puisse dire ! Aimer un animal au même point qu’un enfant, qu’un ami, qu’un frère ?... pourquoi pas après tout, si le bonheur est là... Popee met certainement le doigt sur une facette de l’être humain qui mériterait d’être analysée plus en profondeur ; ce rejet de la solitude, ce besoin d’aimer et d’être aimé... finalement la base de la vie... Outre toutes les réflexions qu’il peut engendrer, Popee est avant tout une jolie tranche de vie canine on ne peut plus humaine, et rien que pour ça, il mérite qu’on lui consacre soixante petites minutes (de bonheur)...

- Kuro

* * *

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Popee, sans jamais oser le demander !!

En 1986 Mel Brooks, dans un éclair fulgurant de génie, écrivait ce dialogue : "Je suis un Moa, je suis mi-homme, mi-chien... je suis mon meilleur ami." Ah, sacré John Candy, encore un fan de Bon Jovi tiens !!

Tout ça pour vous dire que le statut de l’animal de compagnie a bien évolué depuis quelques décennies. Des cimetières, des crématoriums, des chapelles ardentes fleurissent de partout, pour célébrer le chien, la perruche ou le chat ; il existe même des jours sur le calendrier censés les fêter.

Selon la Constitution de Genève de la Déclaration Indépendante des Droits de l’Homme, tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits. Mais alors qu’en est-il des animaux, et plus particulièrement des chiens ?? Bon okay, cela ne s’applique pas trop aux chiens. Bah oui, il existe des races de chiens assez laides, comme le pékinois, le sharpey, ou encore le caniche (en plus celui de ma tante est con et gueulard) et ne parlons pas des teckels, hein !!

Bref si Rintintin et Lassie connurent leur heure de gloire, au cinéma comme à la télévision, c’était sans conteste dans le but inavoué de préparer le terrain pour Popee, le fabuleux chien coréen qui aurait mérité de figurer au casting d’Address Unknown de Kim Ki-Duk.

Popee est tout blanc.
Popee est tout petit.
Popee ressemble plus à un raton laveur croisé avec une musaraigne qu'à un chien.
Mais voilà, Popee est aimé de sa famille d'adoption.

N’empêche qu’il existe quand même des producteurs assez dérangés pour mettre de l’argent sur une série télé dont le héros est un husky errant. Sorte de rip-off d’Arnold et Willy, Le Vagabond devait aider quelqu’un dans chaque épisode, le générique français était coquace... attendez... ça donnait ça au début et à la fin, je crois : "Il est parti et toujours il revient (...), il se peut qu’un beau jour, je me repose enfin. Jusqu’à ce jour je poursuis mon parcours..."

Popee est le frère que le héros n'a jamais eu.
Popee est un fin observateur.
Popee est aussi l'amant préféré des dames chiennes du quartier.

Mais Popee devient vieux, et là c’est le drame.

Popee meurt.
Popee est incinéré: "{...and a plaque, that reads here lies poor old Popeeeee.}"

Popee est le titre du film, dont certaines séquences sont d’ailleurs réalisées en multicam. Pourquoi pas après tout, au moins la coupe de cheveux du chien est toujours raccord. Popee est un film où il ne se passe rien, où l’on n’apprend rien de nouveau sur les liens entre humains et animaux. Popee dure 19 heures et 46 minutes, il m’a semblé. Popee, et bah moi étant donné que je n’ai pas pu récupérer une des quatres affiche d’Infernal Affairs, à cause d’une méchante dame blonde de l’accueil, je me suis contenté de celle de ce chef-d’œuvre incompris qu’est Popee ; qui dit mieux ?!!

Popee moi j’adore.

- Takeuchi

* * *

Popee, pour les représentants de l’équipe de SdA fraîchement débarquée à Deauville, c’est le début d’un joyeux Festival (sauf pour Takeuchi qui a eu le courage d’aller visionner My Beautiful Girl, Mari directement en arrivant).

Popee, c’est une soixantaine de minutes sur un petit chien qui vient de mourir - le dit décès entraînant une flopée de témoignages pro-canins. Un petit chien que la mère de son propriétaire s’empresse de renier, de "déshumaniser", comme à l’inverse d’un Project Mayhem qu’aurait brutalement dénoncé le Narrateur de Fight Club.

Et pourtant Popee, c’était quelqu’un : il suffit de s’en enquérir auprès des femelles de son quartier, qui ont toutes porté sa progéniture, pour s’en convaincre. Popee n’est toutefois pas le seul chien exceptionnel du film - je pense notamment à ce mastodonte qui accompagne, en chantant, son maître muni d’un harmonica.

Popee, ça paraît un peu simple comme ça, mais en fait c’est un film sympathique, rempli de chiens attachants et de gens qui ne le sont pas moins, mais dont on ne comprend pas toujours l’éloignement aux humains.

- Akatomy

Popee n’est plus...

Corée du Sud | 2002 | Un film de Kim Ji-Hyun | Avec Paek Hyun-Jin, Oh Yun-hong, Suh Young-hwa, Park Hyun-Young, Lee Jung-Pyo, Oh Hyun-Ri et Cha Ji-Woo... et Popee
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Cycling Chronicles
Zebraman 2
Tai Chi Zero
Minbô no Onna
Criquets
Les Loups
My Wife is a Gangster 2
Shamo
Love on a Diet
Mayonaka no Yaji-san Kita-san
Art Museum by the Zoo
Men Suddenly in Black
Hors-jeu
Scaramouche
Organ
Le portrait de Petite Cosette
Sister Street Fighter
Body of Lies
5 secondes avant l’extase
Departures
Detective Story
Shinji Aoyama | Masaya Nakahara
Mere Yaar Ki Shaadi Hai
Dead Run