Poussières dans le vent

Au milieu des années 60, A Yuan, fils aîné d’une famille d’un village de montagne, décide d’abandonner, au regret de son père, le lycée pour travailler à Taipei. Il y retrouve d’autres jeunes de son village partis précédemment, avant d’être rejoint par son amie A Yun. Sans formation, il exerce des métiers sans qualification, travaillant d’abord chez un imprimeur, tout en poursuivant ses études le soir. Son amie a, elle, trouvé un emploi chez une couturière grâce à l’amie d’un ami. La vie s’écoule, A Yuan change de travail pour devenir livreur en remplacement d’une connaissance partant au service militaire – horizon indépassable d’un jeune taïwanais. Sa relation avec A Yun connaît des tensions car la vie dans la capitale et les comportements ne sont pas les mêmes qu’en province.

Si les films précédents de Hou Hsiao-hsien réservaient de splendides moments sur le plan visuel, cette deuxième collaboration avec Mark Lee Ping-bin marque un saut qualitatif certain. Les deux artistes magnifient le quotidien de cette époque sans le figer dans de belles images, parvenant au contraire à faire de Poussières dans le vent le film le plus émouvant de son début de carrière.

L’ambiance que le cinéaste crée par petites touches en filmant simplement leur quotidien est la source de l’émotion qui transpire des plans. L’émotion se prolonge dans les raccords via quelques accords joués de guitare folk, qui plonge un peu plus le film dans un bain de nostalgie. Cette respiration prend généralement la forme d’une nature morte urbaine, plan fixe d’une partie d’une rue ou d’un poteau électrique, qui, couplée aux plans séquences et aux trajets en train, font immanquablement penser aux œuvres de Yasujiro Ozu.

Poussières dans le vent s’inscrit dans un double mouvement : le passage de la ville à la campagne, les films alternant les scènes dans chacun des lieux, et celui de l’adolescence à l’âge adulte. Même si certaines scènes semblent s’inscrire dans la continuité, elles peuvent être séparées de plusieurs mois. Hou Hsiao-hsien procède par ellipse : un détail comme les cheveux plus longs des protagonistes permet d’être renseigné sur le passage du temps.

Cette septième réalisation clôt un cycle de films débuté par Les garçons de Fengkuei et reposant sur les souvenirs de jeunesse de Hou Hsiao-hsien et de ses scénaristes Chu Tien-wen et Wu Nien-jen. Poussières dans le vent est tiré plus précisément de l’expérience de ce dernier.

Si le film se déroule à Taïwan, l’histoire est universelle. Interrogez vos proches montés à Paris dans les années 50 et 60 et ils vous raconteront les mêmes histoires : la solidarité entre gens du même village, des emplois ne nécessitant pas beaucoup d’études, les tuyaux échangés sur des postes qui se libèrent, des chambres peu reluisantes que l’on partage et qui sont repassées aux nouveaux arrivés... Autant de scènes qui se sont reproduites de par le globe et à des époques différentes.

L’émigration à la ville est concomitante au passage à l’âge adulte, avec toute les ruptures qu’il comporte. L’absence d’émotion lisible sur le visage d’A Yuan face aux changements que connait sa vie, mais aussi à sa petite amie, décontenance toutefois. Ce bloc humain se fissure cependant deux fois, offrant lors de la séquence au bord de la mer l’un des plus beaux moments du film.

Poussières dans le vent offre un plaisir renouvelé à chaque nouvelle vision, marque des grandes œuvres.

Kizushii | 30.05.2018 | Taiwan

Poussières dans le vent fait partie d’un coffret édité par Carlotta Films comprenant 6 œuvres de jeunesse d’Hou Hsiao-hsien, dont les masters ont été restaurés en 4K. Il comprend également Cute Girl, Green Green Grass of Home, Les Garçons de Fengkuei, Un temps pour vivre, un temps pour mourir et La Fille du Nil. Poussières dans le vent et Un temps pour vivre, un temps pour mourir sont aussi disponibles en édition individuelle.
Merci à Carlotta Films.

aka 戀戀風塵, Lian lian feng chen | Taïwan | 1986 | Un film de Hou Hsiao-hsien | Avec Wang Chien-wen, Xin Shufen, Li Tianlu, Ko Yue-lin, Yang Lai-yin
A Brighter Summer Day
Angel Terminators
Marlina, la tueuse en quatre actes
A Scene at the Sea
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Une affaire de famille
Trapped
Savior of the Soul
Beyond Re-Animator
Mr Boo Meets Pom Pom
The Yakuza Way
A Man Who Went to Mars
Le doux parfum d’eros
Love Talk
Yûsaku Matsuda
Jigoku
Koma
Royston Tan
Alleycat Rock
Somebody Up There Likes Me
Shadow of the Wraith
Picture Bride
Pinocchio 964
Tag
Tag
La Maison de cire
Bug Me Not !
Maniacal Night
Herbal Tea
Identity
Make it Big