Psychedelic Cop

Danny Lee et la métaphore de la pêche à la crevette.

Un précurseur, l’ami Bosco ? L’homme à l’origine de l’histoire de l’excellent Viva Erotica de Derek Yee aurait-il donné à Andrew Lau et Alan Mak les ingrédients nécessaires à la conclusion experimentalo-extrémiste des Affaires infernales ? Si je dis ça moi, c’est parce que ce vrai-faux nanar avec Danny Lee précède l’injustement décrié Infernal Affairs 3, et qu’il met déjà en scène la notion d’undercover ultime qui transcende le face à face Andy Lau / Leon Lai : à savoir la notion d’être undercover par rapport à soi-même. Pour l’interrogation, je rigole bien entendu, mais le concept est tout de même bien là. Jugez plutôt : Dee est un flic inflitré dans la mafia, vénéré par son jeune acolyte qui se voit déjà réformer les Triades. Un soir alors qu’il rentre chez lui, il manque d’être renversé par une ambulance qui écrase, en freinant, une canette de bière. Stimulus iconoclaste qui fait remonter le souvenir du massacre de sa famille par des mafieux, et le transforme en ninja tueur redoutable. La preuve, c’est qu’armé de son sabre, il se rend tout seul au bateau repère de son propre gang pour tailler dans le gras. Le lendemain bien entendu, il ne se souvient de rien, et crache même sur ce nouveau héros populaire. Pourtant, même sa nouvelle petite amie – la sœur de son acolyte (le très endivesque Ken Chung), incarnée par Sharon Chan qui a quelque chose d’Alice Chan (Bio-Cops en moins), s’entiche du tueur masqué qui sévit à chaque fois qu’une canette est écrasée par un véhicule équipé de gyrophares (c’est à dire plus souvent qu’on ne le croit). Vous voyez venir l’incroyable trio amoureux ? Et Danny Lee dans tout ça ? Le supérieur de Dee ; son Anthony Wong à lui, qui ne le rencontre qu’au cours de pêches à la crevette métaphoriques…

Petit produit en vidéo num issu des bureaux de Matrix Productions, qui aurait mieux fait de se cantonner à son trop fugace filon softcore avec Sophie Ngan et ses amies (retenons pour aujourd’hui, le doux souvenir de Fox Ghost), Psychedelic Cop est mieux que ce que l’on pourrait espérer, mais tout de même pas terrible. La réalisation est vraiment correcte pour un produit à si petit budget, et l’histoire est simple mais dans l’accabit du tout venant policier HK, à savoir plate et parsemée de grand n’importe quoi. Les prestations elles, naviguent entre le correct et l’atroce, et participent du doute qui me tiraille à la vision du film. Pyschedelic Cop se prend-il au sérieux ou pas ? On aurait tendance à répondre que oui, because Danny Lee joue dedans et que Danny Lee ne rigole JAMAIS avec un rôle de flic, pas même lorsqu’il joue au golf, mais à plusieurs reprises, je doute. Comme lorsque BB (Sharon Chan), toute émoustillée d’avoir été effleurée par la fine lame de la nuit (non, pas Zorro), au point d’en oublier son traumatisé de frangin légume, caresse une espèce de Big Jim déguisé en ninja pour prolonger l’émotion.

Psychedelic Cop rejoindra peut-être le Yesterday de Jeong Yun-su (oui j’aime ce film, et alors ?) pour la pertinence de ses métaphores piscicoles, mais il n’ira pas beaucoup plus loin. Je le répète toutefois, en tant que projet numérique sans le sou, c’est loin d’être le pire que j’ai vu en provenance de Hong Kong. La preuve, je l’ai regardé en entier et j’ai souris un paquet de fois. Il faut dire aussi que le déclencheur du film est une trouvaille aberrante (un flic qui n’avait jamais été confronté auparavant à des gyrophares ???), que les combats au sabre sont assez nazes mais pleins de bonne volonté, que les messages d’amour fraternel sont sublimes ("Que tu sois masseuse ou pute, tu restes ma soeur"), et que les relations amoureuses sont dépeintes avec brio (quelle composition de la part de la charmante Claire Yiu, journaliste entraînée dans le tourbillon de ses sentiments, et nous racontant avec lyrisme la tragédie amoureuse de Dee et BB !). Danny Lee est tout de même bien loin de ses prestations mythiques à la Untold Story. J’oubliais : si vous lisez ce site régulièrement, vous savez que je répète régulièrement qu’il n’y a rien de pire qu’un film ni figue ni raisin... Eh bien Psychedelic Cop en est une nouvelle preuve. Si l’on en croît le site The Illuminated Lantern, il serait devenu légendaire pour sa prestation au box-office HK (car il est sorti en salle !!!) : 10 spectateurs en tout et pour tout, pour une semaine d’exploitation. Chapeau !

Akatomy | 3.02.2008 | Hong Kong

Psychedelic Cop est sorti en DVD HK chez Universe, mais celui-ci est aujourd’hui plus ou moins disponible. Rassurez-vous toutefois, l’édition VCD elle, constitue toujours un repli de choix.

Hong Kong | 2002 | Un film de Bosco Lam Hing-Lung | Avec Danny Lee Sau-Yin, David Lee, Chan Man Chi, Ken Chung, Claire Yiu, Wayne Lai Yiu-Cheung, Kau Man Lung
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
The Neighbor No. Thirteen
Red Tears
Endless Night
Roaring Currents
Le Sorgho rouge
Nuits d’ivresse printanière
Maison Ikkoku
Secret Tears
Cartel
Undead
Devil Fetus
Knightriders
Backdancers !
Manhunt
Mother
Pandora’s Box
Taxi Hunter
Panic Room
Rush !
Siamese Outlaws
Slang
R-Point
Protégé de la Rose Noire
Tetsudo-en (Poppoya)