Raging Angels

Chute libre !

C’est lors d’un voyage aux Philippines, pour rassurer les actionnaires de la société qu’elle dirige avec son mari, que Sister Bin devient veuve : son homme est battu à mort pour une raison inconnue, pendant qu’un de ses fidèles collaborateurs se voit forcé d’avaler de l’acide, piégé par un employé qui leur a dérobé une fortune et que tous tentent de démasquer... Alors que Bin enterre l’amour de sa vie, Chin passe la bague au doigt du sien, Tao. Collègue et ami de Bin, Tao doit tout à Uncle Hwa, à qui appartient le groupe désormais entre les mains de la veuve. Tao, lui, connaît l’identité du voleur infiltré... il s’agit de Tammy, qui a toujours eu pour habitude d’emprunter quelques millions de HK$ pour des opérations boursières, avant de les rendre aussi sec. Non seulement Tammy est devenu plus gourmand, mais il ne rembourse plus le timide Tao, involontairement impliqué, voire responsable. Tammy sent que l’étau se reserre, et il ne peut plus faire marche arrière : c’est pourquoi, profitant d’un voyage aux Philippines de Bin et Chin - qui a été embauchée par Bin pour diriger une nouvelle branche de la compagnie -, désireuses de voir le collaborateur "sous acide" qui vient de sortir de son coma, Tammy assassine Hwa et Tao.

Et de deux veuves. Ca pourrait être pire, il pourrait pleuvoir me direz-vous. Figurez-vous que nous y sommes presque, puisque Tammy a piégé les deux femmes en mettant de la cocaïne dans l’attaché-case de Bin. Arrêtées par les douaniers à l’entrée des Philippines, où le deal de drogue est sanctionné par la peine de mort, les deux femmes n’ont qu’une solution : accepter que l’une d’elles porte le chapeau et endure son temps en prison, en espérant que l’autre arrive à la sauver avant qu’il soit trop tard. Let it pour...

Raging Angels est l’un des derniers films de la carrière de Ricky Lau, a qui l’on doit notamment la série des Mr Vampire, mais aussi des titres nettement moins bons, comme Super Car Criminals. Ni excellent ni mauvais, Raging Angels se situe quelque part au centre de ce spectre d’aptitudes, réminiscence des années 80 marquées par le rendu visuel lancé par Wong Kar-wai dans As Tears Go By, et renforcé par Bride with White Hair, nostalgique du female with guns avec la figure essentielle de Carrie Ng.

Film à géométrie variable, Raging Angels passe le plus gros de sa narration à exposer le vil stratagème qui va pousser ses deux héroïnes à prendre les armes et lâcher les coups de tatane. Pendant plus d’une heure en effet, on regarde les hommes tomber, d’abord sans rien y comprendre, puis sous l’action de plus en plus volontaires de Tammy (Roy Cheung). Les scènes d’action sont intéressantes mais pas toujours bien montées, trop occupées à exploiter le style ralenti-accéléré qui termine de faire rage à l’époque. Il faut attendre l’arrivée de Chin en prison pour que Raging Angels s’affirme véritablement comme un film d’exploitation au féminin. Chin est incarnée par Jade Leung (l’inclassable Phantom of Snake), vraie-fausse figure d’innocence, merveilleuse, dont le côté enfantin contraste violemment avec ses aptitudes physiques. Sa rebellion contre ses co-détenues est l’une des scènes les plus brutales du film.

Passé cette digression façon women in prison, Raging Angels en vient enfin à son véritable sujet : la vengeance de deux femmes à qui l’on a tout pris. Ce qui permet au film de se conclure sur une bobine de bagarres et de fusillades, dans la plus simple tradition hongkongaise, réunissant trois figures emblématiques de l’époque. Globalement, Raging Angels est donc un film sympathique, teinté de nihilisme et un peu rétro - si ce n’était pour les ralentis-accélérés, on se croirait plutôt à la fin des années 80 qu’à la fin des années 90 -, jouissant du charisme de ses deux merveilleuses interprètes mais réalisé avec force clichés ; comme cette manière de tout filmer de traviole dès lors que l’action se situe aux Philippines. Où, c’est bien connu, l’horizontale n’existe pas.

Akatomy | 11.06.2007 | Hong Kong

Raging Angels est disponible en DVD et VCH HK chez Universe.

Hong Kong | 1998 | Un film de Ricky Lau Koon Wai | Avec Carrie Ng Ka-Lai, Jade Leung Chang, Vincent Wan Yeung-Ming, Gwan Lai Git, Choi Wai Man, Roy Cheung Yiu-Yeung, Karel Wong Chi Yeung, Eddy Ko Hung, Jameson Lam Wa Fan, Rocky Lai Keung-Kun
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Memories Look at Me
Casino
Guerre des Gangs à Okinawa
Heart of Dragon
Death Bell
Parking
Godzilla vs. Mechagodzilla
Lost In La Mancha
Kakashi
Muhan
Thriller - a cruel picture
Im Sang-soo, troisième
Re-Cycle
One Day Fetish
Pistol Opera
Shiri
Confessions
Shinjuku Incident
Gangster VIP
Justice
Casino Royale
The Journals of Musan
Alive
The Sniper