Razor Blade Smile

Rejeton de l’humour british et des films d’horreur indépendants (Bad Taste, Phantasm et Massacre à la tronçonneuse sont parmi ses favoris), Jake West se jette à 28 ans dans l’écriture et la réalisation de Razor Blade Smile (rebaptisé Razor Blade à l’occasion de sa sélection à l’édition 2000 du Festival de Gerardmer). Projet enthousiasmant s’il en est, car l’Angleterre n’a quasiment plus produit de films de vampires depuis au moins vingt ans. West, successeur de l’esprit Hammer ? Pas vraiment... Si ses vampires gardent un certain phlegme courant outre-manche, ils n’en sont pas moins à l’antipode des suceurs de sang des films de l’historique maison de production, et manient aussi bien les flingues et le sabre que les canines...

Porteuse de flambeau de ce renouveau des maîtres de la nuit, la sculpturale Eileen Daly (que les collectionneurs de vidéos Redemption connaissent bien) incarne donc ici Lilith Silver, vampire malgré elle : "dommage collatéral" de l’issue d’un duel opposant son amant à Sir Sethane Blake, elle est ramenée à la vie par ce dernier. Plus de 150 ans après, Lilith a appris à apprécier les avantages (nombreux, il faut bien l’avouer) de sa condition, et exerce tranquillement le métier de tueuse à gages. Jusqu’à ce qu’elle soit confrontée aux membres d’une organisation internationale (qui complote contre l’humanité, bien sûr) pas comme les autres...

Si Jake West réhabilite, au cours d’une superbe séquence pré-générique en noir&blanc (et rouge), l’image classique pseudo-victorienne des vampires à l’anglaise, c’est pour mieux la mettre en miettes après le (très beau) générique en image de synthèse (qui, à lui seul, a dû engouffrer la moitié du budget du film). Dans le Londres des années 90, les vampires se promènent en pleine journée avec des lunettes de soleil, ils ne craignent pas plus l’ail que les crucifix et ne dorment pas dans un cercueil, préférant y dissimuler un arsenal plutôt fourni en armes à feu qu’en armes blanches.

Réussite dépaysante bien que parcourue de défauts mineurs, RBS doit beaucoup à son interprète principale, l’incroyable Eileen Daly, qui joue jusqu’au bout le jeu de séduction largement SM de son personnage avide de sexe et de sang. Franchement second degré dans ses flash-backs romantico-hardcores et dans les dialogues entre Lilith et ses amis morbides, le film entre plusieurs fois en état de grâce, notamment lors de la mise à mort de l’amante d’un soir de Lilith, une jeune fille désireuse de rejoindre les rangs des créatures de la nuit succombant à un plaisir irréel.

Certains pourront s’énerver des hissements répétés de Eileen Daly, les autres reconnaitront avec plaisir David Warbeck (le héros du The Beyond de Fulci) dans son dernier rôle (the Horror Movie Man) et apprécieront la beauté plastique (corporelle autant que visuelle, étant donné que Jake West n’hésite jamais à filmer son actrice de très près) d’un film qui remplit largement le but qu’il s’était fixé : amener une bonne dose de sang neuf et de formes à un genre emmuré dans un esthétisme trop souvent statique (à l’exception du Near Dark de Kathryn Bigelow et du Vampires de Carpenter). Nul doute que le Jess Franco de Vampyros Lesbos se reconnaîtrait dans cette relecture insolente d’un mythe qui ne vieillira décidemment jamais...

Akatomy | 13.09.2001 | Hors-Asie

Disponible en DVD en zone 1, avec une image tout à fait honnête compte tenu du matériau de départ. On aurait bien aimé quelques suppléments...
Dispo aussi en zone 2 depuis un certain temps, mais je ne l’ai jamais vu...

UK - 1998 | Un film de Jake West | Avec Eileen Daly, Christopher Adamson, Isabel Brook, Jonathan Coote, Jennifer Guy, Kevin Howarth
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Marronnier
Dream Maker
Kuch Kuch Hota Hai
Los Sin Nombre
Printemps dans une petite ville
Charlie et la chocolaterie
n[EOn]
2 Soeurs
The Sun Beaten Path
Journal érotique d’une infirmière
Josie and the Pussycats
Kichiku
Holiday Dreaming
Possédée
Saw
Saw
Daredevil
Sukeban Deka
Electric Shadows
Eli, Eli, Lema Sabachthani ?
Seule dans la nuit
Super Car Criminals
Hong Kong Showgirls
Dai-Nipponjin
Wishing Stairs