Rush !

Quand destins croisés rime avec narration éclatée...

La chaîne Parutenon, spécialisée dans la confection/distribution de plats cuisinés, obtient un large succès grâce à un slogan publicitaire désormais sur toutes les lèvres : "Revolution Yakiniku". A sa tête, Son, un homme d’affaires coréen venu au Japon afin d’y faire fortune... Masaya est cuisinier chez Parutenon ; un jour, deux de ses collègues coréens lui proposent un job : kidnapper Soyon, la fille du grand patron, afin d’en tirer un rançon... Aussitôt dit, aussitôt fait ! Oui mais il s’avère que la personne à l’origine de cet enlèvement n’est autre que la victime elle-même ; plusieurs années auparavant, Soyon et sa mère alors malade, furent abandonnées par Son, parti au Japon... La jeune femme, véritable garçon manqué, veut prendre sa revanche et faire payer son égoïste de père pour tout ce qu’il leur a infligé à elle et à sa défunte mère. La rançon demandée par Soyon s’élève à 50 Millions de Yens... La jeune femme qui ne parle pas un mot de japonais, se retrouve avec Masaya qui lui, ne parle pas coréen, mais leur aventure semble bien commencer...

Pendant ce temps, Son apprend que sa fille a été enlevée... C’est alors que Naruse, yakuza notoire, l’assassine par erreur, voulant récupérer la rançon. Alors qu’il est toujours dans le bureau de Son, il reçoit un appel concernant la dite rançon ; une idée lui vient alors à l’esprit... son plan machiavélique lui paraît plutôt bien parti...

Shimazaki, un salary man qui vient de se faire larguer par sa femme, erre sur les routes du Japon... c’est lors qu’il croise Masaya et Soyon, pour finalement se retrouver dans une espèce d’hôtel tenu par un catcheur et son ami ; le décor est planté, l’histoire peut donc commencer...?

...Ouh là ! Alors autant vous prévenir tout de suite, Rush ! n’est pas le film le plus simple à suivre, surtout si vous n’avez aucune connaissance de la langue nipponne. Et pourtant...

...pourtant Rush ! fait parti de ces films qui d’emblée sont cultes - pour certains. Mais qu’est-ce qui confère à ce petit film, ce droit au culte que je lui alloue sans la moindre hésitation ? Et bien à vrai dire, pas mal de petits détails, qui additionnés, lui permettent d’atteindre ce rang... Tout d’abord, le réalisateur ; Takahisa Zeze. Ca ne vous dit rien ?... Pourtant Zeze n’en est pas à sa première incursion cinématographique. En 1989, soit à 29 ans, Zeze décide de laisser de côté le super 8 pour se lancer dans le 35 mm avec la réalisation de son premier film, Good Luck Japan... non, toujours rien ?... depuis Zeze n’arrête pas de tourner, pas mal de Pinku Eiga mais également des films tels Waisetu Boko Shiyudan, Komono (No Man’s Land /1991), un film sur le Japon pendant le conflit du Golfe, Karura no Yume (1994), ou encore le fameux Hysteric (1999), et, plus récemment Tôkyô X Erotica (2001), un Pinku politique et métaphysique...

Passons sur le côté "indépendant" du film, et de sa toute petite distribution en salles au Japon... Ensuite, vient l’aspect amitié nippo-coréenne qu’il nous renvoie. Chacun sait qu’entre le pays du soleil levant et celui du matin calme, la fête n’a pas toujours été au rendez-vous... bref, le casting (judicieux) tient - encore une fois, mais c’est normal me direz-vous ! - une place prépondérante dans la réussite de Rush !. Le trio principal réunit à lui seul tous les publics ; Shô Aikawa, qui interprète ici Masaya, est bien connu d’un public avide de films d’auteurs ou indépendants, c’est au choix, de l’univers de Kyoshi Kurosawa (série des Katte ni Shiyagare ! /96, Hebi no Michi /98, Kumo no Hitomi /98) à celui de Takashi Miike (trilogie des Dead or Alive /99-01, Nihon Kuroshakai-Ley Lines /99). Puis Toshiro Yanagiba ; ce nom ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit de l’un des acteurs les plus connus du grand public nippon, et ce, surtout grâce à ses excellentes prestations dans des dorama, tels Odoru Daisosasen (Rhythm and Police - Wangan Police Station), l’excellent Koi Suru Top Lady, ou encore Ashita ga Arusa... Au cinéma, on a pu le voir dans Saraba Itoshi no Yakuza, Minbo no Onna, Chinese Dinner, Hotaru, et j’en passe... Quant à Soyon, c’est la belle actrice coréenne Kim Yoon-Jin, vue dans Swiri (Shiri /99) et Legend of Ginko (2000), qui lui prête ses - jolis - traits... Tout autour de ce trio gravite une cohorte d’acteurs tous aussi géniaux les uns que les autres, de Ren Ôsugi à Hiroshi Abe, en passant par Kumiko Asô (soupirs...) et même Riki Takeuchi dans une cameo à moustache dont ses fans se souviendront...

...Voilà, c’est un peu grâce à tout ça, que Rush ! peut-être élevé sans problème au rang de culte... Ahhh... mais, et le film dans tout ça ?!...

Au niveau narratif, Rush ! peut en déconcerter plus d’un... On peut parler de scénario à tiroirs, ou même de failles spatio-temporelles, d’une boucle temporelle sans fin, ou comment un seul petit élément peut changer radicalement le cours d’une histoire... on pourrait même trouver un terrain de comparaison avec l’excellent Donnie Darko de Richard Kelly - un film brillant - mais chut, point trop n’en faut dire !

Mais avant toute chose, le secret de Rush ! est la bonne humeur qu’il dégage, son humour omniprésent et le plaisir, simple, qu’il procure au spectateur... peut-être finalement le but premier du cinéma me direz-vous ?... Soit ! Est-il besoin d’en rajouter ?...

PS : Un grand merci à Michiko Iwata-Lenrouilly !

Kuro | 29.05.2002 | Japon

DVD | Beam Entertainment | NTSC | Zone 2 | Format : 1:1:85 - 4/3 (Grrrrrr !!!!!) | Images : Nickelles ! Belles couleurs, bon contraste général, tout va bien... hormis l’absence d’un transfert anamorphique ! | Son : Stereo qui manque cruellement d’ampleur... mais bon, il y a pire ! | Suppléments : Trailer du film, making of plutôt sympa et bio/filmos des cast & staff.

Ce DVD ne comporte pas le moindre sous-titre (enfin si, des sous-titres japonais lorsque les dialogues sont en coréen)...

Site Officiel de Rush!: http://cadet.cside4.com/rush

aka Rasshyu ! | Japon | 2001 | Un film de Takahisa Zeze | Avec Toshiro Yanagiba, Shô Aikawa, Kim Yoon-Jin, Hiroshi Abe, Ren Ôsugi, Kumiko Asô, Kouji Chihara, Haninô Haninâ, Riki Takeuchi, Norika Aota, Yoshiyuki Yamaguchi, Kim Tei, Junichi Kawamoto, Akira Ôkata, Naoki Matsuda, Toru Minegishi, Shihou Harumi, Fuyukaze Matsumura, Kakei Nishimura, Hideo Nakano, Eiichi Furui, Chiro Kei, Ali Ahmed, Hiroki Funabashi, Keiji Fujimara, Tsugihiko Kuge, Satoshi Ohe, Yuuichi Minato
Headshot
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Ware ni utsu yoi ari
Les disciples d’Hippocrate
Gun Crazy Episode 1 : A Woman from Nowhere
Onmyouji
Ring 2
Monrak Transistor
Koibito wa Sunaipâ [Gekijouban]
Tokyo Marigold
Straightheads
Dog Bite Dog
Ploy
Asiexpo Paris 1ère Édition
Cartel
Biwi N°1
Womb Ghosts
Le doux parfum d’eros
La rose sauvage
Tokaido-Yotsuyakaidan
Id
Id
Mutt Boy
Vivre dans la peur
Meurtre à Yoshiwara
Madam City Hunter
Aditya Assarat