Ryuji

Shôji Kaneko (19.12. 49 - 6.11. 83)

...un homme s’éteint, une légende est en marche...

La pénible existence d’un yakuza devenu père de famille qui, tiraillé par ses vieux démons, tente désespérément d’oublier le milieu...

Il est des hommes dont le destin est tracé. Tracé pour entrer dans l’Histoire. En l’occurrence, certains d’entre eux y entrent par une petite porte, celle du septième art. Shôji Kaneko est de ceux là...

... 1983. Un comédien totalement inconnu mais infiniment talentueux. Lorsqu’il n’est pas sur les planches, il écrit. Un jour, une idée folle lui traverse l’esprit. Réunir autour de lui une équipe de tournage afin de réaliser coûte que coûte un film. Il en serait le scénariste, l’acteur principal et, s’il le fallait, le monteur. Ce projet qui lui tient tant à cœur a un nom : Ryuji.

Ryuji, c’est un petit caïd, un yakuza parmi tant d’autres. Le jour où il sort de prison, il décide de reprendre sa vie en main. Difficile... Sa femme et sa fille (jouée par Momo, la véritable fille de Shôji) qu’il aime plus que tout au monde, sont là pour lui rappeler qu’il doit tenir le coup. Lui qui n’a jamais travailler de sa vie, tout du moins de manière décente, se rend compte que gagner de l’argent honnêtement n’est pas aisé... Homme violent et aimant à la fois, il est sans cesse en proie à des peurs. Peur de ne pas pouvoir s’occuper convenablement de sa famille. Peur de replonger dans le milieu... Il lutte, perpétuellement, contre lui-même. Tel un enfant qui aurait grandi trop vite, il se retrouve au beau milieu d’une société qui le dépasse, qui est bien trop forte pour lui. Oppressé par des responsabilités bien au dessus de ses véritables préoccupations, il va être confronté à un choix ; devenir adulte ou, inévitablement, dépérir...

Pour mieux appréhender son rôle/double, Shôji Kaneko se fait introniser dans un clan de Shinjuku et devient un véritable yakuza... Il écrit un roman, Chôchin qui sera adapté au cinéma par Shunichi Kajima en 1987, ainsi que plusieurs scripts qui seront également portés à l’écran comme Shishiohtachi no Natsu (L’Eté des jeunes Lions - Banmei Takahashi /1991), Chi-n-pi-ra (Tôru Kawashima /1984) ou encore son pseudo-remake réalisé par Shinji Aoyama (Chinpira - Two Punks /1996). Avec Ryuji, Kaneko lance un cri. Un cri certainement vain. Celui d’un homme qui a perdu ses rêves, qui vit dans la violence et par la violence... Quelques jours après la sortie du film, Kaneko meurt d’un cancer. Il a trente-trois ans.

Son distributeur d’alors ne semble guère intéressé par une quelconque viabilité du projet, et le range tout simplement dans un tiroir. Le film, exploité un temps infime en salles, devient pour les quelques chanceux l’ayant vu un ovni cinématographique, remarquable et bouleversant. En une décennie, Ryuji devient un objet culte vénéré par un public grandissant. Début 2002, un film sur Shôji Kaneko et l’aventure Ryuji, sort sur les écrans nippons : Ryuji Forever...

Shôji Kaneko est aujourd’hui pour une poignée de japonais, une véritable légende. Il commence sa carrière d’acteur en 1974 en interprétant un petit rôle dans le dorama Haru no Motsure, puis entre la même année dans la compagnie théâtrale du dramaturge Eiichi Uchida, Tôkyô Zattoman. Il y travaillera jusqu’en 1981, date à laquelle il se lance dans l’écriture scénaristique (il travaillera notamment avec Yusaku Matsuda). Le reste fait aujourd’hui partie de l’histoire...

Véritable ode à la vie, Ryuji est une œuvre unique, un brûlot au même titre qu’un poème désenchanté sur un homme miné, terrifié par sa propre image et par le bonheur que lui renvoient les deux femmes de sa vie... Un homme apeuré pour qui la violence est une drogue ; lentement il succombe et se fait happer, quitte à anéantir des années d’effort, en abandonnant ce qu’il a de plus cher au monde... Ryuji s’en va pour toujours, tandis que le spectateur éprouve l’étrange sentiment mêlé de joie et de tristesse, d’avoir assisté à la naissance d’une légende...

Kuro | 19.12.2002 | Japon

DVD | Amuse Pictures | NTSC | Zone 2 | Format : 1:1:85 - 16/9
Images : Un pressage exemplaire. | Son : Mono, r.a.s. | Suppléments : Trailer, interview écrite de Shôji Kaneko, cast & staff bio/filmos, galerie photo du tournage, galerie photo de Shôji Kaneko, et le trailer de Ryuji Forever.

Ce DVD ne comporte pas le moindre sous-titre.

Existe également en VHS.

Japon | 1983 | Un film de Tôru Kawashima | Avec Shôji Kaneko, Eiko Nagashima, Koji Kita, Kinzoh Sakura, Masataka Iwao, Momo
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Permanent Nobara
Bashing
Pornostar
Les Loups
Public Enemy
She’s on Duty
The Human Centipede (First Sequence)
Jigoku
eXistenZ
8 Mile
Twinkle
Madam City Hunter
Hana yori mo naho
Gakidama
Endless Semen
Distance
Annyong Yumika
Nin × Nin - Ninja Hattori-kun the Movie
I’ll Never Die Alone
Dump Truck Woman
La Gran aventura de Mortadelo y Filemon
36
36
R-Point
Say Yes