Sain wa V

"Dans l’équipe il y a maintenant une jeune fille qui a du punch..."

Pas évident pour la jeune Yumi Asaoka, joueuse au sein de l’équipe de volley-ball de Tachiki, de concilier ses entraînements difficiles et la récente perte de sa grande sœur dans un accident... Constamment mise sous pression par Mari, sa coéquipière et rivale, elle décide de se reprendre en main avant le grand tournoi du Japon, en accord avec son entraîneur. Après un entraînement éprouvant de plusieurs semaines, Yumi arrive sur le terrain avec un nouveau service, qui devrait pouvoir hisser son équipe au premier rang national...

Au commencement, Sain wa V était une série télévisée, diffusée par TBS entre le 5 Octobre 1969 et le 16 Août 1970. Ultra populaire et rencontrant un succès plus qu’inattendu, ce drama longue durée (45 épisodes) eu droit à l’ultime privilège d’une adaptation sur grand écran. C’est donc un mois avant la fin de la diffusion de la série que sort dans les salles obscures nippones Sain wa V le film...

Le volley-ball féminin est un sport qui semble toucher tout particulièrement nos amis japonais ; ben oui, montrer des jeunes femmes en petite tenue courir dans tous les sens peut être une intention louable... oui mais il n’y a pas que ça ! Tout débuta en 1964, année qui vit l’organisation des jeux olympiques d’été confiée au Japon, en même temps que l’entrée du volley-ball parmi les disciplines pratiquées. Alors que chez les hommes ce sont les russes qui remportent la médaille d’or, c’est l’équipe féminine nippone qui monte sur la plus haute marche du podium devant son public. Dès lors, le volley devient l’un des sports préférés des japonais, et surtout des japonaises... Séries télévisées, manga, dessins-animés et objets dérivés en tous genres font alors leur apparition !

Mais l’année du "volley-boum" reste certainement 1968, qui voit la création du manga le plus célèbre sur ce sport : Atakku No.1. Créé par Chikako Uraga, le manga est un tel succès qu’il est aussitôt adapté à la télévision. Atakku No.1 [1] devient alors l’une des séries animées les plus longues de l’histoire de l’animation nippone, avec pas moins de 104 épisodes diffusés entre le 7 Décembre 1969 et le 28 Novembre 1971 !... Quatre long-métrages verront également le jour sur une courte période d’une année (entre le 21 Mars 70 et le 17 Mars 71 !). C’est durant cette période plutôt propice, qu’Akira Mochizuki créé le manga Sain wa V. Le succès est immédiatement au rendez-vous, la série - live cette fois-ci - Sain wa V peut donc être lancée...

...dès les premières images de Sain wa V le film, le ton est donné ! Un générique totalement psyché nous montre un ballon faire des trucs qui n’existent pas, accompagné d’une chanson très... ancrée dans son époque ! Une chose est sûre, Yumi, la jeune héroïne, va en baver ! Son entraîneur, une sorte de brute mal dégrossie aux méthodes plutôt musclées, va lui en faire voir de toutes les couleurs... pauvre Yumi, lorsqu’elle ne se prend pas des ballons plein la tête, c’est Mari, sa rivale au sein de l’équipe, qui ne cesse de la rabaisser en pointant du doigt ses moindres défauts... Mais Yumi est une vraie battante, et c’est dans l’adversité que sa combativité sera décuplée ! Elle va s’entraîner, s’entraîner encore et toujours plus, pour arriver fin prête dans le championnat avec un nouveau service jamais vu dans toute l’histoire du volley-ball...

Entering le pathos ! Jyûn, jeune rebelle qui traverse le Japon à la recherche de sa mère qui l’a abandonnée alors qu’elle n’était qu’une petite fille, est habitée par une rage qui fait d’elle une redoutable adversaire... Yumi, enfin en paix avec elle-même, se retrouve confrontée à cette forte personnalité qui fait son entrée au sein de l’équipe. Les deux jeunes femmes se jaugent, se défient... pour finalement comprendre que dans l’adversité, l’amitié prime (oooh, c’est beau !). Elle s’allient et mettent au point une technique tout droit sortie d’un Sentai, effets spéciaux à l’appui !...

Yumi est l’exemple parfait du "héros" japonais ; tel Musashi elle va apprendre de ses erreurs, passer par l’humiliation - la sévérité de son coach fait vraiment peur -, faire face à la jalousie, devoir faire fi de son ego, bref, grandir, évoluer et devenir adulte à force de courage et de persévérance...

Sain wa V est le premier et unique film réalisé par Susumu Takebayashi, tout droit venu du petit écran nippon où il réalisa d’ailleurs bon nombre d’épisodes de Sain no V la série... C’est Kawai Okada, vue notamment aux côtés de Toshirô Mifune dans Akage (Red Lion - Kihachi Okamoto /1969), qui interprète excellemment la jeune Yumi. La mise en scène de Takebayashi est assez intéressante, puisque mêlant allègrement le film de sport "classique" quelque peu romancé, aux fleurons de l’exploit’ des 70’s type Joshuu Sasori - je pense tout particulièrement aux scènes d’entraînement, proches parfois de l’humiliation pure et dure...

Ego surdimensionné de certaines joueuses, des coups imparables nécessitant des préparations encore plus compliquées que la transformation d’X-Or, volleyeuses qui restent en suspend dans les airs pendant plusieurs dizaines de secondes avant de frapper dans le ballon, équipe hétéroclite - la petite boulotte à lunette, la sage, la "méchante", la timide, la confidente... -, un coach cruel et dur mais qui au fond de lui aime ses joueuses, jalousie féminine... Sain wa V a certainement inspiré Jun Makimura et Shizuo Koizumi qui créeront le shôjo manga Atakkâ You ! [2] au début des années 80...

Typique film d’été (il est sorti en plein mois de Juillet) du début des 70’s, Sain wa V est une bouffée d’air frais (un "air frais" de trente-trois ans, j’en conviens !), un moment tant agréable que jouissif qui concilie cinéma familial mainstream et cinéma d’exploit’, qui tient tout autant du film de prison de femmes que de la fable sportive... bref, Sain wa V, c’est l’bonheur en toute simplicité !

Kuro | 24.06.2003 | Japon

DVD (HK pas vu) | Mei-Ah | NTSC | All Zone | Format : 1:2:40 - 4/3 | Son : Mono.

Ce DVD ne comporte que des sous-titres chinois et chinois simplifiés optionnels.

VCD (HK) | Mei-Ah | Au format, en japonais mono... mais - attention ! - ne contient que des sous-titres chinois imposés.

Sain wa V la série, est aujourd’hui disponible dans son intégralité au Japon. Les 45 épisodes sont disponibles au choix, regroupés dans 4 Box, ou sur 9 DVD...

[1Atakku No.1 fût également diffusé en France sous le titre Attaquantes.

[2Atakkâ You ! (Attacker You !), dont découla une série télé animée du même nom (diffusée entre le 13/04/84 et le 31/06/85), plus connue en France sous le titre Jeanne & Serge ( !).

aka Sign wa V - V is our Sign | Japon | 1970 | Un film de Susumu Takebayashi | Avec Kawai Okada, Hitoshi Nakayama, Mari Nakayama, Yuki Kishi, Bunjaku Han, Youko Aoki
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Le Violeur à la rose
Black Kiss
Guerre des Gangs à Okinawa
Hero
Wu-Ji, La Légende des Cavaliers du vent
Raped By An Angel 4 : The Raper’s Union
The Land of Hope
Coast Guard
My Name is Nobody
Kaoru-chan V : Mt. Tengu Ghost Story
Sentenced to hang
Zipang
Tetsuya Mariko : entretien avec Kiyoshi Kurosawa
Kaili Blues
Arrietty - Le petit monde des chapardeurs
Spectre
Nothing to Lose
Permanent Nobara
Female Convict Scorpion
The Spectacular Now
A Night in Nude
Hatsukoi
Siamese Outlaws
La Semana del Asesino