Skinned Deep

Vous connaissez beaucoup de gens qui peuvent prétendre avoir travaillé avec des personnalités aussi variées que Tobe Hooper, Stuart Gordon, Frank Henenlotter, Sam Raimi, Tommy Lee Wallace, Craig Baxley et j’en passe ? Gabe Bartalos, spécialiste des effets spéciaux de plateau, des créatures en latex et du maquillage, est tout de même l’homme qui a conçu Elmer, merveilleux parasite du Brain Damage (Elmer le remue-méninges) de Frank Henenlotter. Si l’homme est avant tout connu pour ce talent hors-caméra, il a aussi signé une réalisation ; et pas des moindres puisque Skinned Deep (récemment distribué dans l’excellente collection de B’Movies de Mad Movies) est une véritable petite bombe, un chef-d’œuvre à sa façon dans sa niche du survival, barré, gore et on ne peut plus indépendant. Et en plus, sieur Bartalos peut en assurer tout le crédit, puisqu’il a aussi écrit et produit ce film qui ne fera jamais la couverture de Télérama, mais mérite pourtant une place de choix dans votre vidéothèque.

Tina, son frêre simplet et leurs parents, péquenauds patentés, visitent les USA sur quatre roues quand ils sont victimes d’une crevaison. La paternel se rend alors au restoroute le plus proche, où il est accueilli par une charmante vieille dame qui lui propose d’amener sa famille à déjeuner chez elle, pendant que son fils s’occupera de sa voiture. Le père accepte, et entraîne les siens dans une demeure en piteux état, sorte de musée vivant du bric à brac, du jouet cassé et de la récup’. Bizarrement, seule Tina flippe, tandis que ses parents sont ravis d’être assis aux côtés d’un étrange vieillard (le Surgeon General), d’un nain peu rassurant (Plates), et d’un jeune homme à la tête hypertrophiée (Brain). Tout se passe pour le mieux à la table de cette famille très Texas Chainsaw Massacre, jusqu’à ce que le Surgeon General révèle son véritable visage et tue papa et maman. Tina et son frère s’enfuient, mais ils sont rattrapés par les dégénérés et le petit littéralement coupé en deux. Reste alors l’adolescente, enfermée dans une pièce recouverte de papier journal, pour le plus grand plaisir de Brain (qui doit son surnom à la cervelle gigantesque qui lui sert de crâne), amoureux de la Belle...

Amateurs de cinéma dégénéré, ce film est pour vous ! Grand fourre-tout d’un homme qui a mis dans un seul film tout ce qu’il souhaitait voir, Skinned Deep vous offre tout ce que vous ne saviez même pas désirer. Bénéficiant d’un grand soin en dépit d’un budget restreint, le film de Gabe Bartalos est minutieux dans son portrait d’une famille de malades, menée de main de fer par une vieille sadique à souhait, et dont le plus illustre membre est aussi son plus petit, j’ai nommé Warwick "Plates" Davis ! Rarement le petit grand homme ne nous aura offert de prestation plus hallucinante, avec sa passion pour la projection d’assiettes... Skinned Deep multiplie les séquences d’anthologie, avec notamment un vieillard gringalet capable d’arracher une tête à mains nues, mais aussi de grands moments d’émotions, comme la mort de Brain. Cet homme incompris, de son vrai nom Brian, qui tente tant bien que mal de dissimuler sa difformité derrière des sacs en papier et autres casques délirants, et qui parvient à exprimer son amour par delà la mort, à l’aide de cubes s’échappant de son cerveau ouvert et formant le mot « love »...

Skinned Deep est fort bien réalisé, avec l’amour du bis qui tâche, sans aucune préoccupation d’ordre commerciale... c’est du Cinéma avec un grand B, qui cultive l’art de la différence avec une honnêteté unique, et se met en quatres pour exploiter un principe simple... On sent notamment le temps qu’a investit l’équipe du film, dans le moindre détail de la maison de la famille de Plates, parfaitement délirante, mais il en va de même pour toutes les têtes explosées, les membres arrachés, les bikers octogénaires et vengeurs... Gabe Bartalos ne foulera certainement jamais le même chemin que Peter Jackson, mais on espère qu’il reste en lui assez de désirs difformes pour qu’il renouvelle un jour cette expérience de mise en scène. Skinned Deep en tout cas, m’a touché comme peu de films du genre avaient réussi à le faire depuis longtemps... depuis Body Melt, peut-être ! Ce film est génial, franchement !

Akatomy | 30.08.2005 | Hors-Asie

Skinned Deep est disponible en DVD zone 2 dans la collection du magazine Mad Movies, doublé en français avec génie, ainsi qu’en DVD zone 1 dans la collection initiée par Fangoria. Le DVD français est accompagné d’un excellent documentaire, qui, en peu de temps, parvient à dresser un portrait attachant de Gabe Bartalos et de son amour du cinéma bis.

aka Ecorché vif | USA | 2004 | Un film de Gabe (Gabriel) Bartalos | Avec Karoline Brandt, Jay Dugre’, Warwick Davis, Aaron Sims, Kurt Carley, Peter Iasillo, Liz Little, Forrest J Ackerman
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Dilwale Dulhania Le Jayenge
Alone in the Dark
Suffocation
Ryoma Ansatsu
The Trap
Orgies Sadiques de l’Ère Edo
Doberman deka
Twist
Numéro 9
Raging Angels
Female Convict Scorpion
Police contre Syndicat du Crime
Monrak Transistor
The Friends
Confession of Murder
Face
Casino
Stop the Bitch Campaign 2
Partho Sen-Gupta
Kannibal
Le village de Kilsottum
Waterpower
Phantom the Submarine
Bubba Ho-Tep