The Hero

Major Arun Khanna, le 007 indien.

Pourquoi choisit-on un film plutôt qu’un autre en 7 temps :

En premier, il y a le titre : "The Hero". Simple. Efficace. On se doute bien que le film ne va pas faire dans la dentelle question psychologie. Un bon film d’action indien, ça titille le cinéphile curieux que je suis.

En second, il y a le slogan : "Love story of a spy". Là, je me demande à quel point l’histoire d’amour (obligatoire dans un film indien) va prendre le pas sur l’action.

En troisième, il y a le budget : le plus gros de tous les temps pour un film Bollywood. Je me dis qu’il va y avoir des cascades et des explosions à gogo et je jubile d’avance.

En quatrième, il y a Sunny Deol. Je trouve qu’il ressemble un peu trop à Anthony Wong mais c’est pas grave puisque c’est une Action-Movie-Star dans son pays. Et puis, un espion, ça doit pas forcément ressembler à Sean Connery ou Pierce Brosnan.

En cinquième, il y a l’association Anil Sharma/Sunny Deol. Ils nous ont déjà offert Gadar en 2001 (un drame amoureux sur font de guerre indopakistanaise). Là, je prends peur parce que j’ai entendu parler des penchants plus que patriotiques du duo, et que le Hero du film lutte contre des terroristes pakistanais dans la région du Kashmir.

En sixième, il y a Preity Zinta et Priyana Chopra. Quand on sait que Preity Zinta est mannequin et que Priyana Chopra a été Miss India et Miss World en 2000, je me dis que les Bond Girls indiennes sont plutôt bien représentées.

Enfin, il y a Amrish Puri, Uttam Singh, Anand Bakshi et Javed Akhtar au générique. Je me jette alors sur le DVD et je rentre chez moi en courant pour voir le film.

L’histoire : Le major Arun Khanna (Sunny Deol) est envoyé par les services secrets indiens en mission à la frontière du Kashmir. Sa mission : récupérer des informations sur des terroristes pakistanais qui sont basés de l’autre côté de la frontière.

Il rencontre alors la jolie Reshma (Preity Zinta), une villageoise dont les parents ont été tués par des terroristes. Elle devient vite un informateur zélé et après un entraînement, Reshma devient officiellement un agent pour le major Khanna.

Elle est alors envoyée en tant que servante dans le camp des terroristes. Elle découvre qu’ils essayent de fabriquer une bombe nucléaire mais sa couverture est éventée. Elle s’enfuit et le beau major la sauve.

Ce qui devait arriver, arrive : Reshma et Khanna tombent amoureux. Ils décident donc de se fiancer lors de la fête du nouvel an.

La fête est de courte durée puisque les terroristes font sauter tout le bâtiment. Reshma tombe à l’eau et est emportée par les courants. Elle est recueillie par un pakistanais qui fait tout son possible pour la guérir (elle a perdu l’usage de ses jambes).

Persuadé que Reshma est morte dans l’explosion, Khanna se lance éperdument à la recherche du leader des terroristes : Isaq Khan (Amrish Puri). C’est ainsi qu’il se retrouve au Canada.

Pendant ce temps-là, Reshma part aussi au Canada pour se faire soigner par Shayna (Priyanka Chopra), fille d’un industriel nommé Zakaria (Kabir Bedi).

Il se trouve que Zakaria travaille pour Isaq Khan. Khanna décide donc de séduire Shayna pour approcher les terroristes. Ce n’est que le jour du mariage qu’il s’aperçoit que Reshma est vivante !

Les terroristes seront-ils déjoués ? Khanna et Reshma se retrouveront-ils ? Autant de questions dont les réponses sont plutôt évidentes...

Mon avis : À la vision de ce film, on est obligé de réagir. La propagande anti-pakistanaise est vraiment limite. Le patriotisme à l’Indienne ressemble étrangement à celui des Américains, période guerre froide. Personnellement, j’ai beaucoup de mal à regarder Sunny Deol en train de chanter son amour pour le Kashmir avec ses potes militaires dans sa belle jeep ; sourire de vainqueur et complicité avec les enfants du coin en prime !

Passons sur l’idéologie douteuse (après tout, il y a quand même un gentil Pakistanais dans le film...) et concentrons-nous sur le reste...

Ça commence plutôt bien et puis ça devient mou. La première partie qui se déroule au Kashmir est plutôt molle. C’est surtout l’histoire d’amour entre Reshma et Khanna qui tient le devant de la scène. C’est regardable, mais bon, ce n’est pas assez original pour susciter vraiment l’intérêt. Et question action, c’est pas la fête.

Heureusement qu’il y a l’entraînement de Reshma qui nous fournit une séquence GI Jane assez plaisante (spéciale dédicace à Akatomy).

Et puis, il y a surtout le sauvetage de Reshma... Un grand moment... Imaginez une forêt, la nuit, une jeune femme en fuite cernée par une trentaine de terroristes armés jusqu’aux dents. Elle est perdue... Non, car Sunny Deol débarque avec un gun dans chaque main et se les fait tous en 5mn ! Il faut le voir avec Preity Zenta sur l’épaule entrain de dégommer du méchant terroriste en hurlant. Un grand moment, je vous dis ! Ce Sunny Deol se prend tellement au sérieux qu’il force le respect !

Avant l’entracte, on a la grosse séquence à effets du film : l’explosion du bâtiment de la fête du nouvel an. On sent d’ailleurs que ça a été soigné : un dôme de verre qui éclate filmé sous tous les angles, des cascadeurs à gogo qui traversent l’écran en volant et/ou en brûlant, une terrasse qui s’effondre avec plein de gens dessus, le tout se reflétant très esthétiquement sur l’eau... Bref, une bonne grosse explosion des familles qui n’a rien à envier aux blockbusters américains des années 80 façon Joel Silver.

Fin de la première parie. Ouf, le film peut vraiment commencer. Le chassé-croisé entre Reshma et Khanna devient plus intéressant. Et puis il y a l’arrivée de Miss World 2000 qui ne gâche rien. Et puis, le Major Khanna commence à faire un vrai travail d’espion : il enquête, il casse des codes secrets, il séduit, il se déguise, il fait du rappel dans des conduits d’aération, etc. Il était temps ! Parce que les bluettes sur fond de conflit indopakistanais c’est sympa mais c’est du James Bond à moustache que je voulais voir, moi ! Et là, j’ai mon compte. Merci Sunny !

Petite parenthèse : La séquence du code secret est honteuse. Il leur faut plusieurs heures et un super calculateur pour trouver que "anacad" est l’anagramme de "Canada" !!!

Les chansons : À part la chanson militaire du début qui m’a traumatisé, les chansons sont plaisantes (surtout la chanson du nouvel an avec un Sunny Deol déchaîné).
Il faut dire aussi que ce sont Uttam Singh et Anand Bakshi (Taal) qui ont signé respectivement les musiques et les paroles. C’est à ce duo de choc que l’on doit celles de Pyaar diwana hota hai et Dil to pagal hai (dont nous vous parlerons bientôt). Anand Bakshi faisait équipe avec le talentueux Javed Akhtar, à qui l’on doit les paroles de Lagaan, Baadshah et Chalte Chalte.
Anand Bakshi, le plus prolifique des paroliers de Bollywood (plus de 4000 chansons à son actif) est malheureusement décédé à l’âge de 74 ans, le 30 mars 2002, après une carrière de plus de 43 ans au sommet.

Conclusion : Je ne vais pas trop vous dévoiler ce qui se passe dans la deuxième partie pour ne pas vous gâcher le plaisir de le découvrir par vous-même. Car malgré une première partie plus que moyenne, The Hero s’en sort la tête haute. C’est un bon film d’action, un peu basique, mais fort sympathique. Comme je vous l’ai déjà dit, Sunny Deol se la joue tellement qu’il n’est même plus ridicule (et pourtant, avec le concours de perruque qu’il fait avec Amrish Puri, c’était pas gagné d’avance). Il est fort ce Sunny !

PS : Il semblerait que la critique annonçait un flop aussi monumental que le budget du film. Cependant, même si le succès n’était pas au rendez-vous à l’international, les résultats au box-office indien ont été plutôt satisfaisants. Sunny Deol et son patriotisme ont encore de beaux jours devant eux.

Bonus People : Sunny Deol, qui s’appelle en réalité Ajay Singh Deol, vient d’une famille d’acteurs. Son père, Dharmendra Deol, a joué dans près de 180 films depuis 1955. Son petit frère, Bobby Deol, a déjà fait l’acteur dans une quinzaine de films. Et la petite sœur, Esha Deol, commence très fort avec déjà 7 films en 2 ans. D’après IMDB, Sunny aurait touché 45 millions de roupies pour son rôle dans The Hero (= 855 733 Euros soit 5 613 000 francs). Et si mes informations sont bonnes, il possède sa propre boîte de production nommée "Sunny Super Sound" mais il n’aurait produit qu’un seul film en 2002 : 23rd March 1931 : Shaheed, un film sur Shaheed Bhagat Singh, un révolutionnaire qui se battait contre les Anglais au début du siècle dernier (décidemment il est très patriote ce Sunny...).

Terry Tsurugi | 27.07.2003 | Inde

DVD | Videosound - 183 min - 2.35:1 - 16 /9 - DD 5.1 - NTSC All zone - Hindi - Sous-titre anglais - Chapitrage - Accès aux chansons - Making Of de 20 mn - Bandes-annonces Ciné et DVD

En bonus, un DVD de chansons de Sunny Deol est offert (si vous achetez le DVD officiel...).

Le site officiel du film : http://theherothefilm.com/

aka The Hero : Love Story of a Spy | Inde | 2003 | Un film de Anil Sharmas | Avec Sunny Deol, Preity Zinta, Priyanka Chopra, Amrish Puri, Kabir Bedi, Rajpal Yadav, Malaika Arora, Parvin Dabas
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
The Ring Virus
Esclaves de la souffrance
Our Sunhi
La Servante
The Untold Story
Sympathy for Lady Vengeance
8000 Miles 2
Shakti the Power
Bug Me Not !
Heitai Yakuza
Rashōmon
Hebano
Joyce Bernal
Le Cocher
Xu Jinglei
Evil Dead Trap 2
Akusengari
True Noon
Kakashi
Je ne peux pas vivre sans toi
Scaramouche
Kunoichi Ninpô Chô
Rikidozan
Undead