The Legend of Zu

Première partie - 29.08.2001

Bon, je sais, je ne devrais peut-être pas faire ça, mais je suis incapable de résister à l’envie de vous faire partager mon enthousiasme par rapport à ce film que tout fan de cinéma hongkongais qui se respecte attend comme le messie...

Ce n’est plus la peine de présenter Tsui Hark, ni vraiment Zu, les guerriers de la montagne magique. L’équipe rédactionnelle de feu HK Orient Extreme Cinema (car je considère bien la revue décédée, vu la pertinence toute relative du cahier inclus dans DVDVision...) s’est suffisamment épanchée (et bien, en plus) sur ce qui fut, pour beaucoup, le "traumatisme originel" pour que nous ne puissions rien rajouter de véritablement intéressant. Mais, depuis ce jour au Grand Rex (nous sommes malheureusement trop jeunes pour avoir pu y assister), Tsui Hark n’a pas chômé, et ses ambitions démesurées ont trouvé, grâce aux nouvelles technologies, le moyen de s’exprimer plus librement encore qu’auparavant. Alors quand il a annoncé le projet d’une suite à Zu, nos glandes salivaires à tous se sont mises en action à l’unisson, histoire d’être certains de pouvoir sécréter suffisamment de bave le jour de la projection tant fantasmée arrivé.

Et bien ça y est, nous avons vu le film ; malheureusement sans sous-titres (la bande son était en mandarin et non en cantonais original, mais ça n’aurait rien changé de toute façon). Du coup, l’histoire reste floue, même si au départ on se rend bien compte que ça part comme un remake du premier Zu. Le truc, c’est qu’au bout de trois quarts d’heure, on ne comprend plus grand chose si ce n’est qu’il y une lutte terrible entre le bien et le mal. Le personnage de Zhang Ziyi, par exemple, est absolument insaisissable visuellement. On peut d’ailleurs se demander si ce sera beaucoup plus simple avec des sous-titres, car un des défauts de Zu était justement sa trop grande complexité (proportionnellement à la vitesse effréné de narration)...

Alors du coup on se concentre sur les visuels, et là c’est la claque, comme prévu. Non pas que les effets spéciaux soient irréprochables ; quiconque connaît un peu le travail de la Film Workshop sait très bien que, au niveau de l’intégration, ils sont quasiment irrécupérables. Mais est-ce que la cigogne magique et autres cables énormes empêchent Green Snake d’être un chef-d’œuvre magique ? Ici, le niveau technique va du pathétique à l’incroyable, avec tous les stades intermédiaires. Mais ce n’est pas important. Le truc, avec Legend of Zu, c’est qu’on sent bien que tout le monde y croit. Tsui Hark, son équipe, mais aussi ses acteurs, et je suis certain que le public visé aussi. Par contre je doute très fortement du succés d’une exploitation en salles chez nous...

Résolument chinois dans son exposition d’une mythologie presque inaccessible à la majorité du public occidental, Legend of Zu surprend par son assurance, qui lui permet d’aller jusqu’au bout de la folie de son auteur/réalisateur. Les visuels sont incroyables et d’une imagination sans cesse renouvelée, l’échelle des combats énorme, bon nombre de scènes déjà d’anthologie... La fin écrase, en ampleur sinon en technique, tout bouquet final vu jusqu’ici, il faut bien l’avouer. Certaines scènes sont cheap suivant les standards américains, mais n’en demeurent pas moins sublimes (la désintégration de la superbe Cecilia Cheung au début du film, par exemple). Le pari de Tsui Hark semble une fois de plus remporté...

En gros, avec cet avant-goût aussi satisfaisant que frustrant, je peux au moins vous garantir une chose. Pour ceux qui sauront regarder Legend of Zu avec le respect de la culture chinoise, le cadeau devrait être énorme, c’est désormais une certitude. Pour les autres...
Rendez-vous donc dans un futur proche mais encore indéterminé pour la suite de cet article, lorsque nous aurons vraiment vu Legend of Zu dans des conditions optimales !

Akatomy | 29.08.2001 | Hong Kong
Hong Kong | 2001 | Un film de Tsui Hark | Avec Ekin Cheng, Louis Koo, Cecilia Cheung, Kelly Lin, Zhang Ziyi, Jacky Wu, Sammo Hung
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Green Green Grass of Home
Au-delà des montagnes
Sector 7
Love on a Diet
Orbital (To)
A Swordsman in the Twilight
Big Bullet
Le Royaume des Chats
Naoki Hashimoto, Sayoko Oho & Miyu Yagyu
Sasori : Joshuu 701 Gou
Metalhead
Duel à mort du sorcier chinois
Spacked Out
Maicchingu Machiko Sensei
The Foul King
Buddha Mountain
Inugami
Nin × Nin - Ninja Hattori-kun the Movie
Turtles Are Surprisingly Fast Swimmers
Scorpion Woman Prisoner : Death Threat
L’Épouse, l’amante et la secrétaire
Concrete
Donoma
Street Fighter : The Legend of Chun-Li
American Mary