The Trap

Troisième et dernier épisode de la série des Mike Hama, le détective privé originaire de Yokohama et interprété par Masatoshi Nagase, The Trap continue dans la veine de The Stairway to a Distant Past notamment par l’utilisation de la couleur mais aussi en développant le thème de la relation de Mike à sa mère.

Du nouveau pour notre détective préféré ! En effet, il aurait trouvé la femme de sa vie. Histoire de ne pas faire tout à fait comme tout le monde, cette dernière est muette. Pendant qu’il multiplie les rendez-vous amoureux, un mystérieux homme masqué vient le charger d’une enquête très grassement payée. Pendant ce temps, la police est confrontée à une série de meurtres : des femmes se ressemblant sont retrouvées assassinées. Il semble en outre que les deux affaires sont plus que liées, surtout lorsque les empreintes digitales de Mike lui-même sont retrouvées sur le lieu d’un meurtre.

S’il n’est certainement pas le meilleur épisode de la série, The Trap est cependant le plus déroutant. C’est pourtant plus directement au thriller que l’on a affaire, qui du fait d’une mise en scène relativement classique, ne se démarque pas véritablement, du moins sur la forme, d’un thriller policier télévisé quelconque. Kaizo Hayashi propose quelques idées intéressantes mais ces dernières sont malheureusement noyées sous un flot d’effets mélodramatiques sans subtilité et une utilisation à outrance de séquences bleues nuit. Outre la romance avec sa petite amie muette qui se retrouve évidemment impliquée dans cette histoire de meurtres, la corde tragique est tirée plus d’une fois avec notamment les mésaventures d’Hoshino.

La personnalité de Mike Hama s’efface un peu au cours de ce troisième épisode qui n’est cependant pas exempt de surprises. En fait Kaizo Hayashi s’ingénue surtout à brouiller les pistes. Sa technique et d’utiliser par exemple des acteurs déjà présents dans les épisodes précédents, mais dans des rôles radicalement différents. Ainsi un yakusa devient policier et surtout Masatoshi Nagase y interprète un double-rôle. A croire que ce film a particulièrement marqué Sogo Ishii, puisque dans son film Electric Dragon 80 000 V, Masatoshi Nagase y interprète un personnage qui semble une émanation directe du Mike Hama de The Trap. Le film fait de plus régulièrement référence aux épisodes précédents. Ainsi un film projeté nous fait percevoir la voix de l’ami taiwanais de Mike dans The Most Terrible Day in My Life ou encore, une séquence fait référence au titre The Stairway to a Distant Past, c’est-à-dire le second épisode. Et c’est sans compter sur les multiples rebondissements inutiles qui privilégient l’aspect purement thriller sur les personnages - le retour de Jo Shishido et ses bajoues siliconées n’y faisant rien, au contraire. Le double maléfique de Mike Hama manque cruellement de subtilité (pourquoi laisser entendre qu’il possède des pseudo pouvoirs psychiques ?), tout comme de nombreuses autres scènes où la symbolique prend le pas sur l’humour et la personnalité singulière de Mike.

Tout cela résulte en un sentiment de confusion et donne au film un caractère extrêmement brouillon. Tiraillé entre une classique histoire policière mâtinée d’une touche de thriller psychologique et la volonté de s’intéresser plus spécifiquement à la relation ambiguë de Mike envers sa mère, le film échoue à se concentrer sur ce thème principal, pourtant suffisamment ambitieux, et se perd souvent - et nous avec.

Le principal problème avec cette série de Kaizo Hayashi est certainement qu’il a débuté trop fort. Avec la barre si haut placée, difficile ensuite de ne pas être un peu déçus. Néanmoins, il faut bien reconnaître qui si les films suivent une spirale descendante, ils sont loin de toucher le fond et chacun d’eux possède des qualités inhérentes qu’il serait dommage de négliger. De plus, Kaizo Hayashi invente un personnage qui donnera lieu à l’une des séries les plus excitantes de la télévision japonaise, puisque le principe de cette série basée sur le personnage de Mike Hama était que chaque épisode soit réalisé par un réalisateur différent au nombre desquels Shinji Aoyama, Go Riju, Sogo Ishii ou l’Anglais Alex Cox qui conclut la série. Un film a de plus était tiré (une sorte de director’s cut) de chacun des épisodes télévisés, même si pour l’instant seul A Forest with no Name de Shinji Aoyama a bénéficié d’une sortie cinéma, les autres n’étant parus jusqu’ici qu’en DVD japonais. Les films de Kaizo Hayashi méritent en tout cas mieux que l’indifférence dont ils sont curieusement victimes.

Zeni | 28.09.2003 | Japon

The Trap tout comme The Stairway to the Distant Past, est disponible en DVD au Japon, sans sous-titres, dans une édition DVD à prix restreint.

Japon | 1996 | Un film de Kaizo Hayashi | Avec Masatoshi Nagase, Jo Shishido, Tesuta Sugimoto, Yui Natsukawa
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Beijing Bicycle
The Proposition
Le cheval de Turin
Wang Bing
The Man Who Stole The Sun
Horror Hotline... Big Head Monster
Lagaan
Zipang
La « prof » connaît la musique
Il Camino
Getting Home
Azumi
Vers l’autre rive
Devil Fetus
L’Été de la dernière étreinte
Kowai Onna
The Sky Crawlers
Memories Look at Me
The Kiss
Zombeak
The Legend of Zu
Girlfriends
The Restless
Le Lézard noir