The Treasure Hunter

Quelque part sous le sable du désert de Mongolie, au cœur d’une cité enfouie, reposerait depuis des siècles un trésor exceptionnel, confié à la vigilance du légendaire Aigle du Désert, ses confrères gardiens et la Légion de la tempête de sable... Alors qu’elle peine à écrire le second roman que lui réclame son éditeur, la jeune romancière Lan Ting est enlevée par Pork Rib et Hua, pilleurs de tombes dépareillés qui savent que son père, Tu Lao Dai, détient la carte au trésor. Au même moment, la convoitise séduit une autre partie et le paternel est assassiné ; tandis que son arrogant disciple Ciao Fei, rejeton improbable d’Indiana Jones et Lara Croft qui veille à la protection du patrimoine archéologique chinois, s’en va à la rencontre des kidnappeurs pour leur livrer la carte et libérer Lan Ting. Au cœur du désert, dans une auberge hors du temps, le meurtrier de Tu Lao Dai vient perturber l’échange ; et si la belle, amie d’enfance de notre héros tout en cuir, fouet et insolence, est sauvée, la carte est dérobée par un enfant de passage. Ciao Fei se donne alors pour mission de récupérer le parchemin, et protéger le trésor...

Lorsque, à la fin de The Treasure Hunter, ses différents protagonistes se retrouvent dans le tombeau censé abriter le trésor tant désiré, Eric Tsang, interprète braillard de Pork Rib, ne peut s’empêcher d’exprimer sa déception. Cette pièce vaste et vide, flanquée d’un simple cercueil et quelques statues, est donc tout ce qui les attendait au bout du chemin ? On comprend aisément la colère indignée du personnage : parti du décor original du Beer & Inn, auberge Steampunk dans laquelle se déversent presque trop d’idées, le film de Kevin Chu traverse longuement l’austère Village des voyageurs, lieu d’un morne combat, avant de se retrouver sous le sable dans une grotte plus terne encore, où notre héros monocorde ne côtoie plus qu’une paire de zombies inopportuns et d’éthérés spectres sabreurs. En cent et quelques minutes passablement décousues, The Treasure Hunter se vide de toute substance et narration, se défait de son enthousiasme initial, quelque peu frénétique, et se dépouille d’une quelconque identité visuelle.

Pourtant, les premiers instants du film sont prometteurs : Ching Siu-ting, chorégraphe, cite, le temps d’un travelling latéral sur un duel dans les dunes, son travail virtuose sur le Dragon Inn de Raymond Lee (1992). Le cadre du Beer & Inn poursuit avec plaisir l’évocation du film d’auberge, et les combats en son sein, certes fouillis, possèdent un caractère old school réjouissant ; tout comme cette mythologie ensablée, pleine de promesses. Mais, rapidement, une ombre s’installe sur l’édifice, par le biais de son piètre héros : l’arrogance de Ciao Fei n’est pas tant le fait d’une armée de scénaristes engourdis, que celle qui se dégage toujours de son pénible interprète, l’endive Jay Chou. La star taiwanaise, suffisante à l’extrême, brille une fois de plus par son absence totale de charisme, comme dans Kung Fu Dunk, sa précédente collaboration avec Kevin Chu. Si le réalisateur de Shaolin Popey 2 : Messy Temple, Trouble Maker et autre Slave Of The Sword s’est souvent montré, pour sa part, à l’aise dans une certaine vulgarité, il l’est nettement moins dans l’action et l’épopée, ses approximations - de cadrage, de montage - plombant sans cesse ses velléités d’entertainer. Et puisque le scénario, en perte de vitesse constante, fait l’impasse sur les notions de continuité et de causalité, on perd progressivement tout intérêt pour l’aventure.

Tout, ou presque. Car dans cet écueil à la progression inversée, du divertissement vers l’ennui, perce une lueur à même de nous maintenir éveillés. Lin Chi-Ling, que l’on retrouve sur grand écran après ses débuts dans le Red Cliff de John Woo, resplendit, dans le rôle pourtant quelconque de Lan Ting, d’une beauté saisissante, presque ostentatoire. Je n’avais pas fait aussi belle rencontre, depuis Zhao Wei et Fan Bing-Bing.

Akatomy | 1er.12.2010 | Taiwan

The Treasure Hunter sort en DVD dans l’hexagone ce jeudi 2 décembre 2010, chez E1 Entertainment.
Remerciements à Aventi Distribution et Cynthia Romano.

aka 刺陵 | Taiwan | 2009 | Un film de Kevin Chu Yen-Ping | Avec Jay Chou, Lin Chi-Ling, Chen Dao Ming, Eric Tsang Chi-Wai, Miao Pu, Baron Chen Chu-He, Wong Yat-Fei, Kenneth Tsang Kong, Liu Genghong, Teddy Lin Chun
Solo, Solitude
Désir meurtrier
Mon deuxième frère
The Tenants Downstairs
Headshot
Désirs volés
Vexille
Gakidama
WXIII - Patlabor the Movie 3
Six Strong Guys
Passion
MirrorMask
Takeshi Kitano, l’imprévisible
Ring 2
La Nouvelle de la Classe
Nobuhiro Suwa
Kuro No Tenshi Vol. 1 et 2
28 Days Later
L’Épouse, l’amante et la secrétaire
Fulltime Killer
Haeundae
Nin × Nin - Ninja Hattori-kun the Movie
The Violent Kind
Antiporno
Queen Kelly
The Record
Her Vengeance
Cai Shangjun
Confession of Murder
Le couvent de la bête sacrée