The Triple Cross

"Non moi c’est Fracas ! Lui c’est Pertes !" - Martin Riggs dans L’Arme Fatale 3.

Kanzaki, Shiba et Imura sont les gangsters les plus doués de leur génération. Cambrioleurs de haut vol (à mains armées), ils ont amassés chacun une petite fortune. Le temps passe et leurs exploits se perdent dans les mémoires. Vieux et nostalgiques de cette grande époque, nos trois compères décident de remettre le couvert pour un dernier gros coup : attaquer un convoi de transfert de fond provenant d’un casino de Sapporo (Hokkaïdo). Chacun a ses propres raisons. Imura est endetté, et sa santé l’empêche de subvenir aux besoins de sa femme et de sa fille. Shiba quant à lui a besoin d’argent pour permettre le train de vie élevé de sa très jeune compagne Mai (30 ans les séparent). L’instigateur du projet Kadomachi, jeune punk décoloré et chien-fou, avait prédit qu’il y aurait 200 millions de yens à la clé. Le vol est un succès mais le butin ne s’élève qu’à 50 millions de yens. Devant tant de déception, Imura craque et menace ses collègues de son arme. Kanzaki convainc son vieil ami de baisser son arme, mais dans la confusion Kadomachi se saisit de l’arme, abat Imura, blesse Shiba, tire sur Kanzaki et dynamite le bâtiment désaffecté, avant de s’enfuir au volant de sa Lotus rouge.

Imura est mort, Shiba lutte pour la vie, Kanzaki en homme d’honneur part à la poursuite du jeune freluquet qui a osé les défier. La chasse ne se fera pas sans pertes et fracas.

Fukasaku Kinji, le maître des maîtres, dynamite les règles du genre et nous livre un polar vengeur à l’action ininterrompue.

Force est de constater (une fois de plus !!) que Fukasaku maîtrise l’Art cinématographique d’une façon quasi divine (mais ça je le dis à chaque fois). Itsuka Giragirasuruhi est un film à l’action non-stop qui enterre n’importe quel autre "action movie" tant le rythme est élevé et croissant. Il s’agit d’1h40 d’explosions, de poursuites en voitures, de gunfights... bref une exposition parfaite du talent du sieur Kinji... ou pour simplifier c’est tout bonnement JOUISSIF.

Outre ces scènes de violence hallucinantes, Fukasaku nous offre des moments d’anthologie. Notamment l’agression de Misato par deux jeunes loubards en motocross ; toute la grâce et le gestuelle de l’actrice Yumi Takigawa étant rudement mises à l’épreuve, le tout plongé dans une lumière de toute beauté. Et puis voir Sonny Chiba torse nu, en pantalon blanc, bandant ses muscles et fanfaronnant : "Vous avez vu Mai ? On a 30 ans de différence mais je suis toujours en forme, et j’ai intérêt parce que elle aime ça !! Ha ha ha !!"... c’est ti pas le bonheur ça messieurs-dames ?!

Le personnage de Kanzaki est incarné par Kenichi Hagiwara - acteur dans Kagemusha, mais aussi dans Yatsu Hakamura de Yoshitaro Nomura (l’histoire d’un village qui a connu des meurtres multiples qui vont se répéter huit ans plus tard - tout un programme !!). C’est aussi le héros de l’immense drama Taiyo ni Hoero ! Macaroni Keiji hen et du non moins célèbre Kizudarake no Tenshi [1].

Dans le rôle d’Imura, nous avons le droit à la présence de Renji Ishibashi. Pêle-mêle et dans le désordre, Renji a joué plusieurs fois sous la direction de Takashi Miike : Audition, Chugoku no Chojin (The Bird People in China), Kumamoto Monogatari et Dead or Alive. Il apparaît aussi dans le Hotaru de Yasuo Furuhata, ou encore dans le premier Tetsuo de Shinya Tsukamoto. Il partage la vedette avec Yoshio Harada dans Ryoma Ansatsu en 1974. Détective désabusé dans Nihon kuroi no natsu enzai, et gentil comploteur dans le Doraheita de Kon Ichikawa. Mais Renji Ishibashi a aussi prêté sa voix à Renji dans Cowboy Bebop : Knocking on Heaven’s Door. Plus près de nous, c’est l’adversaire que doit affronter Shinji Takeda dans Chess (l’un des quatre sketches de Tales of the Unusual dans sa version cinéma).

Yumi Takigawa quand à elle... et bien, elle est associé à deux drama : Oretachi wa tenshi da ! et Onihei Hankacho. Mais elle fait aussi partie de la constellation Takashi Ishii puisqu’elle incarne l’une des héroïnes de Gonin 2. Et... et puis de toute façon elle est très belle, maîtrise les lames de rasoir comme personne et n’apparaît pas assez dans le film mais bon, on s’en contentera.

Autre rôle féminin et pas des moindres, la très énervante (dans le film) Keiko Oginome. La petite amie de Sonny Chiba est en effet des plus enquiquinantes. Toujours en train de crier et de sauter partout, menteuse, voleuse, traîtresse, meurtrière et tout simplement folle à lier. La malheureuse affirmant d’ailleurs que son exubérance provient du fait que les gens l’ignoraient et ne la regardaient pas assez. Et puis ce n’est pas comme si tout arrivait par sa faute... En 1994, Fukasaku et Keiko retravailleront ensemble pour Chushingura Gaiden : Yotsuya Kaidan (Crest of Betrayal).

Je vous aurais bien parlé de Sonny Chiba, mais je n’ai pas vu les Streetfighter, ni Shogun’s Shadow (vous savez les chevaux sur du Hard Rock...). Je préfère garder en tête ses apparitions dans Fukkatsu no hi et Kamata Koshinkyoku, tous deux réalisés par Kinji.

Kadomachi, le jeunot de la bande, se nomme officiellement Kazuya Kimura. Délinquant fan de rock, il va tout faire pour atteindre son but : ouvrir une boîte de nuit ou les groupes de vrai rock d’homme pourront venir se produire ; l’intention est louable, et puis à chacun son rêve... Kazuya Kimura a joué aux côtés des plus grands, comme Riki Takeuchi dans Gokudo no Onna tachi II. Mais aussi avec Akira Emoto dans Bakumatsu Junjouden ; et ici avec Renji, Sonny et Kenichi - sous la houlette de Kinji Fukasaku qui plus est. Et puis selon les dires des suppléments du DVD anglais, il jouerait également dans Gonin, qu’on ne présente plus tant c’est un film parfait !!

Au niveau du casting, il me semble que c’est tout - ah non j’oubliais, il y a une guest star spéciale : Yoshio Harada. Le tueur héroïnomane, à moitié fou lui aussi, qui veut récupérer les 50 millions de yens pour s’acheter une nouvelle dose (une grosse alors !!).

Bref en un mot comme en cent, Itsuka Giragirasuruhi est une perle du cinéma d’action qui ne s’arrête jamais - oui c’est ça : cela ne s’arrête jamais.

Takeuchi | 6.05.2003 | Japon

DVD anglais (Zone 2 donc) édité par Tokyo Bullet, au format 1:1.77. Un pressage réussi, même si les contrastes passent assez mal. Un surround qui n’est guère qu’un mono gonflé, mais qui reste très correct. Le film est sous-titré anglais ce qui est de bon alloi.

Suppléments :
- Bios des acteurs principaux et filmographies correspondantes... presque puisque sous la photo de Kenichi Hagiwara on y lit le nom de Yoshio Harada, et en cliquant dessus on voit apparaître la filmo de Yoshio et non pas de Kenichi. Kenichi Hagiwara qui n’a décidément pas de chance, puisque sur la jaquette il se nomme Kenichi Hagiwawa (encore un fan de Popee !!) ;
- Gallerie de photos de tournages ;
- Bandes annonces de Score 1 et 2, Kuro no Tenshi 1 et 2, Gonin 1 et 2, Violent Cop et Sonatine.

DVD japonais (toujours Zone 2 donc ; pas vu) édité par Bandai Video. Le film y est présenté au format et en stéreo, et ne comporte pas de sous-titre.

Suppléments :
- Bande annonce ;
- News.

[1Deux séries fleuves disponibles en DVD japonais. Dans le cas de la première, il vous faudra 72 400 Yens pour acquérir les deux box. Et pour la deuxième vous avez le choix entre les box et les DVD simples.

aka Itsuka Giragirasuruhi - Double Cross | Japon | 1992 | Un film de Kinji Fukasaku | Avec Kenichi Hagiwara, Renji Ishibashi, Sonny Shinichi Chiba, Kazuya Kimura, Keiko Oginome, Yoshio Harada, Nobuo Yana, Yumi Takigawa
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Le Justicier de Shanghai
Une vie simple
Hoy no tuve miedo
La Vallée de P’ia
Useless
Oil City Confidential
Takeshis’
Running on Karma
One Day Fetish
WXIII - Patlabor the Movie 3
My Name is Nobody
La Meute
La Rose sauvage
Le château ambulant
Hana yori mo naho
Les Loups
Ryoma Ansatsu
Chanko
The Butterfly Murders
The Hero
Whispering Sands
Memories of Murder
Rétribution
Our Town