Tomie Re-birth

Au cœur du renouveau du cinéma d’horreur japonais, la littérature moderne et le manga ont une place qui est loin d’être négligeable : la série des Ring (téléfilm, séries et films), Crossfire et l’étrange Uzumaki en sont d’excellentes illustrations. La série des Tomie (qui compte à ce jour trois épisodes officiels pour le grand écran, et un épisode un peu à part pour la vidéo avec Runa Nagai, Tomie : Another Face), basée sur un manga de Junji Itou, provient du même vivier à l’imaginaire aussi riche que tordu.

Le premier épisode (Tomie - 1999), film glauque et surprenant, mettait en scène l’histoire particulièrement ahurissante de Tomie, amoureuse monstrueuse qui, au travers des âges, se réincarne à partir de portions de corps sectionnés - après avoir amené chacun de ses prétendants successifs à la décapiter. Ainsi tout le film, qui suivait l’enquête de l’inspecteur Shouji Harada (interprété par l’omniprésent Tomoro Taguchi) tournait-il autour d’une tête coupée dotée de parole, vraiment pas rassurante...

Après Tomie Replay (2000), Tomie Re-birth est donc le troisième film basé sur cette légende urbaine hors du commun. Le film s’ouvre sur une séquence "intimiste" : le jeune Hideo est en train de réaliser le portrait d’une personne que l’on devine aisément être une jeune fille, mais dont on ne voit jamais le visage. A un moment donné, celle-ci se lève pour susurrer à l’oreille du peintre un simple mot d’amour. Inexplicablement, Hideo devient fou et assassine son modèle. Alors que le titre apparaît, la seule phrase que l’on entend est "Je t’aime, Tomie". Sur ce, Shun’ichi et Takumi débarquent chez Hideo et le découvrent allongé, tout sourire, sur le sol de son salon, le cadavre de Tomie dans les bras. Les trois amis enterrent le cadavre, avec toutes les affaires de la récente défunte, au cœur d’une forêt. Hideo et ses camarades n’arrivent cependant pas à se débarrasser de leur culpabilité - rédemption douteuse qui n’est pas facilitée par le retour d’entre les morts de Tomie, bien décidée à recommencer son cycle de vie/mort diabolique. Le suicide d’Hideo précède de peu la folie de Shun’ichi, qui tombe désespérément amoureux de l’effrayante revenante. Pendant ce temps-là, Takumi (interprété par Miki Sakai, le jeune héros du Love Letter de Shunji Iwai) et sa petite amie Hitomi font ce qu’ils peuvent pour ne pas perdre pied avec une réalité sans cesse altérée...

Moins glauque et un peu moins graphique (dans le traitement de la violence et de la mort) que les épisodes précédents, Tomie Re-birth garde tout de même les éléments si caractéristiques qui font tout le charme de cette série hors du commun. Tomie est vraiment effrayante dans sa douceur meurtrière, surtout lorsqu’elle défie ses prétendants de la tuer. Quelques visions sont réellement cauchemardesques, et l’ensemble se suit avec curiosité et beaucoup de plaisir malsain, jusqu’aux dernières images (excellentes).
Peut-être que le filon n’est pas inépuisable, mais si la série pouvait continuer avec un tel niveau de qualité (photo, réalisation et casting impeccables), les fans d’épouvante que nous sommes serions vraiment ravis !

Akatomy | 24.01.2002 | Japon

Tomie Re-birth est disponible en DVD en zone 2 chez l’éditeur japonais Toei Video.
Copie au format mais non anamorphique qui restitue aussi bien les couleurs que les contrastes, stéréo sans défauts, et une foultitude de suppléments (making of, trailer, teaser, reportages...).
Le tout, bien sûr, malheureusement sans le moindre sous-titre !

Japon | 2001 | Un film de Takashi Shimizu | Avec Miki Sakai, Tarou Suwa, Kumiko Endou, Yutaka Nakajima, Satoshi Meotogi, Yoshie Ôtsuka
Désirs volés
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Notre petite sœur
La 36ème chambre de Shaolin
Slave of the Sword
Return of the Living Dead : Necropolis
Severance
The Descent
Qayamat
Judgement
Martial Angels
Slice
Le cheval de Turin
Kick The Moon
Madam City Hunter
Possédée
Campaign 2
Shakti the Power
Midnight Fly
Kishiwada Shounen Gurentai - Going My Way
Kié la petite peste
Eternity
The Proposition
Cut
Cut
Théâtre 1 / Théâtre 2
Expect the Unexpected