Voyageurs et magiciens

"On devrait jamais quitter Montauban."

Après La Coupe, sélectionné à Cannes en 1999, Khyentse Norbu, qui est non seulement réalisateur de son état, mais également Lama (il est considéré comme la réincarnation d’un saint du 19ème siècle), nous convie pour son deuxième long métrage à un "roots movie".

Sujet du Bhoutan, petit royaume himalayen enclavé entre les deux pays continents que sont la Chine et l’Inde, le personnage central de Voyageurs et magiciens, Dondup (incarné par le très sympathique acteur bhoutanais Tsewang Dendup) n’a qu’un seul désir, aller au pays des rêves : les Etats-Unis. Pourtant, il vient d’être nommé fonctionnaire dans un village reculé, situation enviable et stable dans cette tranquille bourgade de paysans et d’artisans. Seulement voilà, comme il le dit à un de ses amis, il n’y a pas de cinémas, pas de restaurants et surtout pas de filles, bref c’est un trou...

Après avoir manqué le bus pour la capitale, Dondup se voit rattrapé par le rythme de sa terre natale, et doit poursuivre son voyage en auto-stop. Sur le bord de la route, il partage son attente du véhicule providentiel avec un vendeur de pommes, un moine bouddhiste, auxquels vont venir s’adjoindre un fabricant de papier et sa fille. Au cours de ces longues périodes d’attente sur le bord de la route, le moine va raconter la légende d’un homme qui voulait également visiter le vaste monde.

Mâyâ [1]

Si le film d’adresse à tout le monde, et le prix du public qui lui a été décerné à Deauville indique que cela fonctionne, il n’en est pas moins imprégné de philosophie bouddhiste. Le lama n’est finalement jamais bien loin derrière le réalisateur ! Un des grands principes de cette philosophie n’est-il pas que le monde humain, les choses, les pensées que nous tenons pour réels sont dénués de véritables existences et constituent de pures illusions ?

Alors qu’il y a trente ans, les jeunes occidentaux étaient attirés par les contreforts de l’Himalaya, dans un rejet du matérialisme et la recherche, entre autres choses, d’une certaine spiritualité, l’effet joue désormais en sens inverse. Une partie de la jeunesse du toit du monde est également attirée par les lumières de la civilisation occidentale. "L’herbe est-elle vraiment plus grasse de l’autre côté ?" interroge Khyentse Norbu par l’intermédiaire de Dondup. Ne s’agit-il pas d’une illusion ?

Cette mise en garde contre les illusions est la morale de l’histoire du moine. Les tribulations du héros du conte ne sont pas réelles, seulement une hallucination provoquée par la magie de son frère. A contrario, ce que cherchait Dondup vient à lui sur ce bord de route perdu dans les montagnes himalayennes.

Le film ne se veut pas donneur pas de leçons, il nous encourage simplement à faire plus attention à ce qui est proche de nous. Ce que l’on recherche est peut-être là sous nos yeux, mais on ne sait pas le voir.

Paradoxalement, ce film qui invite à ne pas oublier ses racines, est également à travers ses personnages et ses paysages une incitation au voyage. Les paysages dans lesquels évoluent les personnages sont magnifiques, mais ne prennent cependant jamais le pas sur l’histoire. Ces panoramas sont il est vrai tout simplement ceux du quotidien du réalisateur, même s’ils peuvent nous sembler splendides.

Un film qui plait par sa simplicité, à apprécier sans modération.

Voyageurs et magiciens a obtenu le prix du public à l’occasion du 6ème festival du film asiatique de Deauville, et sortira sur nos écrans le 21 avril 2004.

Site officiel du film : http://www.travellersandmagicians.com

[1Illusion

aka Travellers and magicians | Bhoutan | 2003 | Un film de Khyentse Norbu | Avec Tsewang Dendup, AP Dochu
The Bodyguard
Antiporno
Dernier train pour Busan
Hôtel Singapura
Les Garçons de Fengkuei
Green Green Grass of Home
Home Run
La femme de Seisaku
The Trap
The Neighbor No. Thirteen
Claws of Steel
Chasseurs de Dragons
Aoi Haru
Daishi Matsunaga
Journal d’une jeune nord-coréenne
Id
Id
April Snow
Turning Gate
Slave of the Sword
Sex Boat
Running Wild
RoboGeisha
Un Yakuza contre la meute
Bodyguard from Beijing
Meurtre à Yoshiwara
Mayonaka no Yaji-san Kita-san
The Moss
A Bloody Aria
Marriage is a Crazy Thing
The Man Who Watched Too Much