Zero Woman 3

Zero Woman... Une série commencée en grande fanfare avec Les menottes rouges avant de se poursuivre de façon très différente dans le V-Cinema. Des films souvent très cheaps, toujours très dénudés, qui mettent en scène une même femme, Rei, à chaque fois interprétée par une actrice différente. Pour ce troisième épisode, c’est au tour de la belle Kumiko Takeda (Technical Virgin, Close Your Eyes and Hold Me) d’endosser le rôle de la mystérieuse tueuse. Derrière la caméra, on retrouve un illustre inconnu du nom de Masahide Kuwabara - qui a tout de même depuis été assistant-réalisateur sur le Kanzo Sensei de Shohei Imamura (1998) - ça c’est de la promotion ! Peut-être méritée, nous allons le voir...

L’histoire est toujours à peu près la même : Rei est chargée par son patron, un membre de la police en charge de la "Division Zero", d’éliminer un certain nombre de pontes du crime organisé. Perturbée par des flash-backs de la mort de son père, Rei ne semble toutefois pas très motivée pour accomplir sa mission. Dans un moment de détente, Rei s’offre une partie de "détente" avec Katsumura (Keiji Matsuda - Metropolitan Polce Branch 82 avec une autre Rei, Chieko Shiratori), un autre assassin. Lorsqu’elle se décide enfin à passer à l’action, c’est face à ce même tueur qu’elle se retrouve. L’homme la blesse pour lui éviter la mort, puis l’emmène chez lui pour la soigner. Et pourtant, Rei est désormais sa cible officielle. Pendant un temps, les deux tueurs jouent à cache-cache, hésitant à s’éliminer mutuellement. Mais leurs patrons respectifs commencent à perdre patience, et Rei et Katsumura vont devoir choisir leur camp une bonne fois pour toutes...

Comme quoi tout arrive ! Je dois avouer que j’ai été très heureusement surpris par ce troisième opus des Zero Woman. Ne vous méprenez pas : j’aime la plupart des épisodes de la série, mais surtout parce qu’ils sont très cheaps et édifiants. Mais ici, il y a un petit quelque chose en plus - autre que Kumiko Takeda, bien sûr... Pour pallier à son manque de moyens, Kuwabara découpe son film en séquences assez longues et bien soutenues, maintenant toujours sa caméra en mouvement pour combler certains vides narratifs. L’histoire puise sa force de multiples parallèles, entre Rei et Kuwabara dans leurs poursuites / attentes qui peuvent durer très longtemps, mais aussi entre Rei et ses futures victimes (le parallèle de transpiration dans la salle de gym - semi-excuse pour nous montrer une fois de plus la poitrine de Kumiko - est une idée très "exploitation" mais bien trouvée).

A intervalles réguliers, le film est ponctué de scènes d’action qui, pour une fois, ne sont pas complètement ratées. Je dirais même que deux gunfights valent le coup, et que la scène finale - tournée à la Sergio Leone avec les moyens du bord - est excellente. Même la musique style western colle souvent bien à l’action, ses dérives bluegrass étant toutefois à plusieurs reprises ridicules.

Au bout du compte, Kuwabara parvient à donner à son film un rythme unique, qui finit presque - comme le déclare un internaute sur IMDB - par devenir hypnotique ; tournant donc un scénario simpliste et un budget riquiqui à son avantage. Je n’irais donc pas jusqu’à dire que ce Zero Woman 3 fait de l’ombre à l’incroyable Les menottes rouges, mais c’est - à sa façon - un excellent petit film. Et surtout un petit chef-d’oeuvre dans le monde souvent très pauvre du V-Cinema !

Akatomy | 26.08.2002 | Japon

Zero Woman 3 est disponible en DVD Japonais et Taiwanais sans sous-titres, ou alors en zone 1 sous-titré anglais chez Asia Pulp Cinema. Je n’ai pour ma part vu que le DVD Taiwanais : l’image vidéo est correcte dans les scènes de jour, absolument illisible dans l’obscurité...

aka Zero Woman : Assassin Lovers - Zero Woman 3 : Keishichô 0-ka no Onna | Japon | 1996 | Un film de Masahide Kuwabara | Avec Kumiko Takeda, Keiji Matsuda, Tokuma Nishioka, Erika Abe, Nao Ishibashi, Mari Nishina, Miyuki Tanigawa
The Raid 2
Raikô Sakamoto
Le Conte de la princesse Kaguya
Black Coal
People’s Park
Never Let Me Go
Sex Boat
Paju
Kaojikara
Tekken
This is Law
Slap Shot 2 : Breaking the Ice
Pole Pole Higashinakano - Motohashi Seiichi, Ohara Osamu & Doi Kouchi
Kaitô Ruby
The Mothman Prophecies
LoveDeath
Gyakufunsha Kazoku
Suffocation
Kirei ?
Marat Sarulu
Wonderful Days
Zero Woman - Keishichou Zeroka no Onna
Marriage is a Crazy Thing
Autofocus
Songyos, Charlie et Sirachuch
Bunty aur Babli
Bio-Cops
The Arena
Nothing to Lose
Le Pouvoir de la province de Kangwon