Attack on the Gas Station

"No Mark", "Ddan Dda Rra", "Ppaint" et "Mu Dae Po" sont quatre jeunes hommes pas foncièrement méchants, mais suffisamment désœuvrés pour lancer un raid sur une station service qui a juste la particularité de se trouver sur leur chemin, un soir d’errance. Le hic, c’est que, quelques jours après, le pseudo-gang s’ennuie toujours autant, et que la station-service est toujours là. Seulement, le patron ayant compris qu’il ne vaut mieux pas garder trop de cash dans la caisse, les quatre amis se retrouvent bredouille. Histoire de se faire un peu d’argent, ils prennent tout simplement la direction de la station service. Leur politique : chaque client repart avec le plein, qu’il le veuille ou non ! Commence alors une prise d’otages un peu particulière qui va durer une bonne partie de la nuit, et au cours de laquelle les vrais visages de tous les protagonistes (dont le nombre augmente constamment avec l’arrivée successive de flics, voyous, livreurs de nouilles...) vont se révéler...

Pour vous faire une idée du ton de ce film vraiment original, surtout ne vous fiez pas à sa bande-annonce (même si celle-ci, en pâte à modeler, est exceptionnelle) : un peu à la manière de celle de Nowhere to Hide, celle-ci laisse imaginer une succession incessante de scènes de dégradation gratuites et d’action débridées. Et bien sûr, c’est très loin d’être le cas. Non, pour savoir à quoi vous attendre, retenez juste le nom de la boîte de production de Attack on the Gas Station : Fun & Happiness Film.

Contrairement à la majorité des films sur la jeunesse désemparée qui sont monnaie courante en Occident, Attack... s’attache à dépeindre leur vue de la société plutôt que d’essayer de justifier leur comportement par les nombreux travers de cette dernière. En gros, le raid de la station service est ce qui pouvait arrivé de mieux à tous les gens qui s’y retrouvent le temps de cette nuit si particulière !
Evidemment, comme dans Nowhere to Hide et Foul King avec lequel Attack... partage une affiliation évidente, la galerie de personnages présentée est tout simplement merveilleuse. De Mu Dae Po, imbécile (plus ou moins) heureux plutôt brutal qui impose des tortures assez novatrices aux otages avant de les forcer à se battre pour régler leurs différents, aux voyous rappeurs qui chantent merveilleusement sous la menace de Ddan qui ne peut pas vivre sans musique, c’est un échantillon de vie véritable qui se dessine tout au long du film. Quant à la conclusion de Attack..., ne vous attendez pas à voir un jour une telle morale dans un quelconque film produit de ce côté-ci du globe !

Alors, si vous avez envie de connaître quelques astuces pour voir la vie du bon côté en toute circonstance, rendez-vous à la station-service la plus proche !

Akatomy | 30.05.2001 | Corée du Sud
Corée du Sud - 1999 | Un film de Kim Sang-Jin | Avec Jeong Jun, Lee Seong-Jae, Yu Oh-Seong
Dans un jardin qu’on dirait éternel
Raining in the Mountain
Les Fleurs de Shanghai
The Fake
Election
Printemps précoce
Délivrance
36
36
Furtif
Alleycat Rock
Le Samouraï et le Shôgun
Kids Return
Yôichi Higashi
New Police Story
Conte de Cinéma
The Human Centipede (First Sequence)
Sins of Sister Lucia
The Shaft
Behind the Green Door
The Park
OneChanbara : The Movie
Picture Bride
Electric Dragon 80 000 V
The Metropolitan Police Branch 82 - Rebirth
L’Arc
Flying Boys
La Bataille de la Montagne du Tigre
Matrubhoomi, Une Nation Sans Femmes
Savior of the Soul
Naruhiko Onozawa : producteur de Masao Adachi