Green Fish

Mak-Dong (Han Seok-Gyu) effectue en train le trajet qui doit le ramener auprès de sa famille quand il rencontre Mi-Ae (Shim Hye-Jin) : alors qu’il se penche par une porte ouverte pour ressentir le souffle d’une liberté nouvelle, il reçoit le fouloir rouge de la jeune femme, qui fait la même chose que lui à la porte du wagon voisin, sur le visage. Il se dirige vers la jeune femme quand il découvre trois voyous en train de la harceler. Il intervient mais se fait casser la figure, sans doute à cause de son uniforme : il vient d’obtenir sa décharge de l’armée... Mais Mak-Dong est rancunier ; à l’arrêt suivant, il descend pour se venger des voyous. Le train redémarre sans lui, mais avec sa valise... et la mystérieuse jeune femme, dont il possède toujours le foulard. De retour chez lui, Mak-Dong se met en quête d’un emploi pour subvenir à sa famille, en situtation précaire depuis la mort de son père. Parti sur les traces de Mi-Ae par la même occasion, il rejoint le gang de Bae Tae-Gon (Mun Seong-Geun), son amant...

Green Fish possède un scénario tout ce qu’il y a de plus classique, mais son intérêt réside autant dans la richesse des personnages qu’il met en scène que dans la qualité époustouflante de leurs interprétations.
Sur le devant de la scène, nous retrouvons bien sûr Han Seok-Gyu, quelques temps avant Christmas in August, Shiri et Tell Me Something, et nous lui découvrons encore de nombreuses nouvelles facettes. Il insuffle à Mak-Dong une simplicité authentique, et confère aux états d’âme d’un homme incapable de réfléchir seul une force irréfléchie véritablement attachante.
Mun Seong-Geun donne quant à lui au personnage de truand "old school" de Bae Tae-Gon une classe et une présence irréprochables, et Shim Hye-Jin interprête à la perfection une femme meurtrie (moralement autant que physiquement, d’ailleurs) par l’homme qu’elle aime, qui la fait souffrir et qu’elle ne saurait se résoudre à quitter, le fuyant pour toujours mieux lui revenir. En dépit d’un temps de présence à l’écran relativement faible, ses séquences intimes avec Han Seok-Gyu sont parmi les plus impressionnantes de Green Fish.

Derrière tout ça, il ne faut pas pour autant oublier le talent discret de Lee Chang-Dong pour offrir à ses personnages l’espace nécessaire à leur développement / emprisonnement : dés les premières images, pendant lesquelles il recouvre le visage de Mak-Dong avec le foulard de Mi-Ae, lui offrant implicitement une nouvelle identité par procuration, le ton de sa mise en scène est donnée. Toujours effacé derrière ses acteurs, il sait se placer au détour d’un miroir ou d’un reflet dans la vitre d’une cabine téléphonique pour jouer le jeu des apparences projetées et/ou souhaitées par les différents protagonsites. De plus, Chan-Dong se permet d’introduire en filigramme une réfléxion sur les changements d’une Corée défigurée par la modernisation. A ce propos, le dernier plan du film offre une traduction visuelle explicite de la lutte menée de façon différente par Mak-Dong et Tae-Gon, que la fuite incontrôlée vers l’avant de leur pays a irrémédiablement laissé derrière. Un retard que certains ne parviendront jamais à rattraper, laissant juste à ceux qui leur survivront un héritage de traditions qui sera, tôt ou tard, éclipsé à son tour.

Le film est disponible en DVD chez Spectrum.
La copie est parfaite, en 16:9 anamorphique, et la bande-son 5.1 très efficace, avec une bonne spatialisation, même au niveau des voix. Par contre, il y a un décalage de certains bruitages (notamment tous les coups de poings) tout au long du film, assez désagréable... Les sous-titres sont parsemés d’erreurs de typo mais restent très compréhensibles.

Corée du Sud | 1997 | Un film de Lee Chang-Dong | Avec Han Seok-Gyu, Shim Hye-Jin, Mun Seong-Geun
Silence
The Longest Nite
Dans un jardin qu’on dirait éternel
Raining in the Mountain
Les Fleurs de Shanghai
The Fake
Eros : The Hand
Matrix Revolutions
Re-Cycle
A-1
A-1
Skins
La Forêt sans nom
The Razor 3 : Who’s got the Gold ?
Yomigaeri
House of 1000 corpses
The Forbidden Legend : Sex and Chopsticks 2
The Razor : Sword of Justice
Lesson of the Evil
Holy Virgin vs. the Evil Dead
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Un Yakuza contre la meute
Kuchisake
Eric Khoo
Wu-Ji, La Légende des Cavaliers du vent
Kamikaze Girls
Poussières dans le vent
Olivier Assayas
Kiyoshi Kurosawa
On the Job
Summer Snow